Catch

Le circuit indépendant manque à Daniel Bryan

Le retour miraculeux de Daniel Bryan en mars 2018 restera à jamais l’un des plus beaux moments du catch américain. Révélant un côté bien plus sombre en décembre de la même année, Daniel Bryan est depuis l’un des heels majeurs de la WWE. A l’occasion de houses-shows organisés en Colombie, l’ancien champion de la WWE a confié quelque chose de surprenant : le circuit indépendant lui manque. 

« Oui… tout ça me manque vraiment. Et l’une des choses qui me manque, c’est de me battre avec différentes personnes. Être indépendant, vous pouvez vous battre avec des personnes que vous n’avez jamais rencontrées auparavant, c’est quelque chose que j’aime. Par exemple, à SmackDown, j’ai combattu face à Buddy Murphy et j’étais très excité, car je ne l’avais jamais combattu. »

Avant d’être connu en tant que Daniel Bryan, le natif d’Aberdeen était nommé Bryan Danielson et fut l’un des pionniers du circuit indépendant américain dans les années 2000. Considéré comme l’un des pères fondateurs de la Ring of Honor voire même de la Pro Wrestling Guerrilla. Danielson s’est ensuite envolé vers le Japon où le public nippon le connaissait par le nom d’American Dragon. Il a notamment combattu pour la New Japan Pro-Wrestling et la Pro-Wrestling NOAH où il a tout de même remporté le titre de la division Junior de cette dernière.

« En tant que combattant indépendant, mon esprit travaillait toujours. “Je ne sais pas qui est ce garçon, je ne sais pas ce qu’il fait, je n’ai jamais été dans cette salle.” J’aime ces expériences. » 

Outre une grande carrière sur le territoire américain et japonais, Daniel Bryan est aussi connu pour son travail en Europe où il fut l’une des grandes attractions de la Westside Xtreme Wrestling (wXw). Il sera même connu jusqu’en France grâce à l’ICWA, une promotion qui invitait bon nombre de lutteurs étrangers durant son âge d’or, maintenant sur le déclin.

« C’est également intéressant car malgré le plaisir de se battre à WrestleMania ou de se battre ce soir à Bogotá devant dix mille fans enthousiastes, le sentiment que je ressens dans les événements indépendants me manque, même s’il n’y en avait que quelques milliers ou quelques centaines. C’est simplement une sensation différente. »

Aux derniers rapports, une re-signature de Daniel Bryan à la WWE n’est pas sûre à 100%. Ses états-d’âmes en sont la preuve.

Si Daniel Bryan tient tant à être indépendant, il n’a qu’à passer le coup de fil à David Starr et son mouvement de lutteurs indépendants. 



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
id Praesent risus. mi, consequat. accumsan efficitur. amet, in Nullam nunc mattis