Ça roule…

Le parcours de la 1e édition du Mercan’Tour Classic Alpes-Maritimes

La 1ère édition de la Mercan’Tour Classic Alpes-Maritimes aura lieu le 18 mai 2020 avec un parcours montagneux avec un départ et une arrivée à la station de Valberg pour 188 kilomètres de course à travers le massif du Mercantour.

Après être parti depuis Valberg, il y aura sept kilomètres de départ fictif jusqu’à Breuil via une route en descente.

Ensuite, ce sera l’ascension du Col de la Couillole sur 6,7 km à 3,7 % avec quelques pourcentages sur la partie basse de cette première montée du jour.
Après plus d’une quinzaine de bornes en descente jusqu’à Saint-Sauveur-sur-Tinée, les coureurs auront environ 50 kilomètres en vallée pour rejoindre le pied du Col de la Porte pour atteindre le Col de Turini.

Depuis, Lantosque dans la vallée de la Vésubie, ce col s’effectuera en trois temps. La première partie sera longue de 13,4 km à 4,7 % avec quatre premiers bornes assez roulants avant une petite descente d’un peu plus de 2 kilomètres. La dernière partie sera la plus difficile entre 6 et 9 % jusqu’au Col de Porte. Après une nouvelle petite descente, ce sera les routes du Turini sur une douzaine de kilomètres avec une première moitié assez dure avant une seconde moitié bien plus roulante.

Puis après une nouvelle descente, le Col Saint-Martin – 16,5 km à 6,2 % – se présentera sous les roues de coureurs via Saint-Martin-Vésubie par la D2205. Cette ascension sera régulière entre 6 et 7 % avec un petite section plate avant La Bolline.

Par la suite, les concurrents plongeront dans la dernière vraie descente de la journée jusqu’à la vallée où se trouvera la ville de Saint-Sauveur-sur-Tinée pour grimper le dernier col du jour : le Col de la Couillole – 16,1 km à 7,3 % sur des rampes plutôt régulières avec quelques partie à plus de 9 %

Au sommet, ils descendront vers Breuil sur six kilomètres pour à nouveau monter vers Valbert et atteindre la ligne d’arrivée. Cette bosse finale sera longue de 7 kilomètres à 3,6 % avec une difficulté avec un replat au milieu.

Valberg a servi d’arrivée à la septième étape du Paris-Nice 1999 avec la victoire du Belge Franck Vandenbroucke.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
Sed sed leo commodo velit, ut Aliquam