En équipe

Top 14 : le Stade Toulousain s’impose en patron sur la pelouse du Racing 92 !

En terre parisienne, le Stade Toulousain fait chuter le Racing 92 (24-30). Les Rouges et Noirs assurent leur place de leader du Top 14 à l’issue d’un match spectaculaire où les attaques des deux équipes se sont illustrées, avec pas moins de cinq essais.

 

Confinés dans un hôtel depuis jeudi, et ce, jusqu’à la finale de Champions Cup contre Exeter, les joueurs et le staff du Racing 92 sont sortis de leur bulle ce samedi, pour affronter le Stade Toulousain dans le cadre de la 4ème journée de Top 14.

 

Un chassé-croisé spectaculaire, à l’avantage des Toulousains

Devant un millier de spectateurs réunis à la Paris La Défense Arena, le Racing 92 débute ce match en mettant une pression intense sur le Stade Toulousain. Les Racingmen enchaînent les temps de jeu sur toute la largeur du terrain mettant la défense toulousaine en difficulté. Le deuxième-ligne rouge et noir, Emmanuel Meafou écope d’un carton jaune suite à un placage haut dès la 9ème minute. Maxime Machenaud, demi de mêlée du Racing, en profite pour ouvrir le score (3-0, 9e).

La réaction du Stade Toulousain est immédiate. Le jeune ailier Matthis Lebel récupère le ballon de renvoi, sur le côté gauche du terrain à 5 mètres de la ligne et file dans l’en-but francilien inscrire le premier essai de la rencontre. Le buteur toulousain, Thomas Ramos transforme (3-7, 11e).

Les joueurs du Racing 92 repartent à l’attaque et s’installent progressivement dans le camp toulousain. Les Ciel et Blanc profitent de l’indiscipline du Stade Toulousain pour reprendre l’avantage grâce à deux pénalités signées Maxime Machenaud (9-7, 20e).

Dans la deuxième moitié de ce premier acte, les Toulousains reprennent les commandes du match. Sur une belle action collective, Romain Ntamack, après une feinte de passe, transmet le ballon à Cheslin Kolbe sur l’aile droite. Le Sud-Africain fonce inscrire le deuxième essai de la rencontre, transformé par Thomas Ramos (9-14, 26e). L’arrière toulousain inscrit également une pénalité permettant à son équipe de creuser l’écart (9-17, 37e).

Dans cette première mi-temps riche en rebondissements, les Racingmen ripostent une nouvelle fois. Le jeune Donovan Taofifenua slalome la défense toulousaine et grâce à ses appuis dévastateurs, inscrit le premier essai du Racing 92. Les Franciliens réduisent la marque juste avant la mi-temps (16-17, 39e).

 

L’expérience du Stade Toulousain a fait la différence

Les Ciel et Blanc débutent la deuxième mi-temps tambour battant. Les Racingmen multiplient les séquences de jeu. Après un gros travail des avants, Jordan Joseph inscrit un nouvel essai pour le Racing (21-17, 43e).

Le chassé-croisé entre les deux équipes se poursuit. En effet, à la 51ème minute, le Stade Toulousain reprend l’avantage après un essai de Zack Holmes (21-24). Le Toulousain mis sur orbite suite à une mêlée, profite de sa vitesse pour filer dans l’en-but francilien malgré le retour de Taofifenua.

La fin de ce match est marquée par de nombreuses approximations. Les Racingmen ont tenté à de nombreuses reprises de mettre en danger la défense toulousaine, mais sans succès. L’expérience des Stadistes a fait la différence dans cette fin de rencontre.

En effet, les Toulousains ont profité de l’indiscipline du Racing 92 pour inscrire deux pénalités par l’intermédiaire de Thomas Ramos, auteur d’un match parfait avec 100% de réussite (24-30, 74e).

 

Au terme d’un match spectaculaire, le Stade Toulousain décroche sa troisième victoire consécutive en Top 14, face au Racing 92 (24-30). Les Toulousains confirment et prenne seuls la tête du championnat. A l’inverse, les Racingmen ne sont pas au mieux avant d’affronter Exeter en finale de Champions Cup, la semaine prochaine.



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
quis, Donec consequat. elit. ipsum velit, sem,