Ça roule…

Les 24 Heures du Mans : Toyota à nouveau victorieux au Mans

Pour la première année de la réglementation Hypercar, Toyota ne s’est pas trompé. La firme nippone a enfin pu offrir la victoire à sa voiture n°7 (Kobayashi/Conway/Lopez).

Nouvelle réglementation, mais nouvelle victoire pour Toyota, la quatrième de suite dans la Sarthe. Et avec la manière, tant la firme nippone a dominé la nouvelle catégorie Hypercar. Enfin, le trio Kobayashi/Conway/Lopez de la n°7 peut savourer cette victoire qui lui a tant fait défaut les années passées, mais qui lui a échappé à cause de la fiabilité. Et pourtant cette question de la fiabilité était dans tous les esprits.

Hypercar : Toyota en patron, Alpine sur le podium.

Cela a été une course maîtrisée pour la n°7. Et même les problèmes rencontrées (problèmes de pompe à essence) à 5 heures du but n’ont pas entaché la performance remarquable de l’équipe. À l’inverse, la n°8 a souffert. Des contacts en début de course (notamment avec la Glickenhaus n°708 au départ), des crevaisons, et des soucis de boite de vitesse et de pompe à essence. Malgré cela elle termine à deux tours de la voiture sœur.

Alpine n’a pas non plus à rougir de sa performance. L’équipe française a connu une course calme sur le plan de la fiabilité, malgré une sortie de piste en début de nuit. Mais le duel pour le podium avec la Glickenhaus n°708 fut âpre jusqu’à midi. La performance en Hypercar est donc à mettre au profit de Jim Glickenhaus, et des deux voitures de son équipe, qui ont réussi à finir la course. Et pendant un temps, l’équipage de la n°708 a pu croire au podium.

LMP2 : coup de théâtre dans le dernier tour!

WRT a failli tout perdre dans le dernier tour. Les deux voitures de l’équipe belge ont profité des incidents au cours de la nuit pour prendre les commandes de la catégorie LMP2. Mais, alors qu’on semblait se diriger vers un doublé, la WRT n°31 a commencé à rencontrer des problèmes dans les dernières heures. Et dans le dernier tour, c’est la n°41 qui s’arrête dans les esses de la forêt.

Mais la n°31 ne va pas vivre de tout repos ses 13 derniers kilomètres. En effet, en proie à des difficultés depuis deux heures, elle a vu la JOTA n°28 revenir à moins de 3 secondes à l’entrée des Hunaudières pour finir sur la ligne à 0.7s d’avance seulement. La n°63 du Panis Racing termine à la 3e place.

Double triomphe en GTE pour Ferrari et AF Corse

En GTE Pro, comme en GTE Am, Ferrari et son équipe client AF Corse font le coup double. Si le sort du GTE Am fut assez rapidement réglé pour la n°83, la bataille fut plus ardue en GTE Pro, notamment entre la Corvette n°63 et la Porsche n°92. Longtemps au coude à coude, la Ferrari n°51 s’est détaché dans la dernière heure, pour finir avec 41 secondes d’avance sur la Corvette n°63. Longtemps dans la lutte, la Porsche n°91 a dû y renoncer suite à une sortie de piste qui a causé beaucoup de dégâts.

Cette 89e édition nous a offert une course à rebondissements et des enseignements, notamment dans la catégorie Hypercar. L’année prochaine, la 90e verra la possible arrivée de Peugeot dans la catégorie reine pour un duel avec Toyota.

Crédit image une : linternaute.com

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire