Les 30 moments marquants de 2019 : le sacre Sud-Africain

0
in Tokyo on October 19, 2019
Ligue 1

Il y a 19 ans maintenant, Nelson Mandela disait « Sport has the power to change the world ! » Impossible de le contredire après ce que tous les amateurs de sport et de sensations fortes ont vécu cette année. À l’instant même où vous êtes en train de lire cette phrase, Trent Alexander-Arnold s’apprête sans doute à tirer un corner et Julian Alaphilippe a sûrement eu le temps de se glisser dans une échappée. Mais qu’importe votre sport de prédilection, la rédaction de WeSportFr a fait de la place à tous, et revient sur les 30 événements sportifs qui ont fait 2019.
Aujourd’hui, retour sur le sacre du vainqueur de la Coupe du Monde de rugby 2019, l’Afrique du Sud. (crédit photo: la-croix.com)

 

Une phase de poule bien maîtrisée

Malgré une défaite contre les tenants du titre Néo-Zélandais (23-13), le reste de la copie est sans faute. Bien que la rencontre face à leur ennemi rugbystique de longue date fut dure, les autres équipes n’ont pas fait le poids. Et en même temps, comment auraient-elles pu ? Avec l’Italie, la Namibie et le Canada, trois nations clairement moins forte que les deux mastodontes de l’hémisphère Sud, les Boks se sont baladés. 57-3 contre la Namibie, 49-3 contre l’Italie et 66-7 contre le Canada, pas de pitié pour leurs adversaires. C’est ainsi que les pièces de l’échiquier se mettaient en mouvement, menées par un grand homme, Johan Rassie Erasmus. On a donc pu voir quels seraient les joueurs à suivre de cette sélection et quel jeu correspondait à cette équipe.

 

Pas à pas, l’horizon se dessinait naturellement pour les Boks

Plus le tournoi avançait, plus la machine Sud-Africaine se mettait en marche et paraissait inarrêtable. Les premiers à en faire les frais, ce furent les Japonais. Pourtant au coude à coude dans le premier acte, les Bras Blossoms n’ont pu stopper les attaques adverses et céderont 3-26. Les suivants sur la liste furent les Gallois, vainqueurs du XV de France en quart de finale. Là encore, l’affrontement fut physique, intense, long. C’est au bout de 80 minutes d’un match au rythme décousu que l’Afrique du Sud se qualifia pour la finale (16-19). Puis vint enfin l’heure du dénouement, qui de l’Angleterre ou des Springboks l’emporteraient ? Les Anglais sortaient d’un match parfait contre la Nouvelle-Zélande (19-7) et étaient sur un petit nuage, du quel ils ne sont peut être pas redescendus à temps. De l’autre, les Sud-Africains sortaient d’une difficile demi-finale, tendue et dure. Et pourtant, ces derniers ont su déjouer bon nombre de pronostics. Ils ont maîtrisé cette finale de bout en bout, grâce à Mapimpi et à Kolbe, qui mystifieront la défense anglaise, chacun leur tour (12-32). L’Afrique du Sud souleva, sans trop de surprises, son troisième trophée mondial.

Si certains d’entre vous étaient présents lors de l’émission “Mêlée à 5” qui suivait la finale, vous aurez remarqué que j’ai changé mon fusil d’épaule. En effet, lors notre émission, j’avais dit que leur sacre n’était pas mérité et que les Anglais méritaient plus. Cependant, lors de la préparation de cet article et à la prise en compte de nombreux éléments, je me suis rendu compte que mon avis était faux. Comme on dit, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et je vais vous expliquer pourquoi ce sacre est logique. Tout d’abord, il y a un homme à retenir, c’est Faf de Klerk, le demi de mêlée sud-africain. Au-delà de Rassie Erasmus, c’est bien cette petite tête blonde qui fut le chef d’orchestre du jeu africain. Précis, intelligent, régulier, il a porté son équipe vers la victoire. Ensuite, il ne faut pas oublier un gros travail de la base avant (Kolisi, Mbonambi…). Le pack avant faisait peur et à juste titre. C’est d’ailleurs Pieter-Steph du Toit, qui fut élu meilleur joueur du tournoi. Enfin, il faut rendre à César ce qui lui appartient, le staff sud-africain a réalisé un travail monstrueux. Du coach aux préparateurs physique, il s’agit ici d’une page de l’histoire sportive du pays qui fut écrite collectivement. Tous ces éléments nous prouvent que le sacre Sud-Africain est amplement mérité.

 

Après le rugby, place au football, puisque nous reviendrons sur Liverpool – Barcelone, ainsi que sur le sacre en Ligue des Champions des Reds. Rendez-vous, demain, même heure sur WeSportFr.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here