ATP

Les 30 Moments marquants de 2020 : la folle épopée de Hugo Gaston

Dans une année où la pandémie mondiale de Covid-19 a chamboulé les programmations sportives et autres évènements planétaires (J.O, Euro, …), chaque sport a dû s’adapter pour survivre. Si 2020 restera une année morose pour bien des personnes, les douze mois qui la composent furent tout de même riches en émotions pour tout fan de sport. Du passage de la NBA à Paris aux records de Lewis Hamilton, en passant par les prouesses de Tadej Pogacar ou le Final 8 de la Ligue des Champions, la rédaction de We Sport revient pour vous sur les trente moments marquants de 2020. Aujourd’hui, retour sur le parcours aussi inattendu que spectaculaire du jeune Hugo Gaston à Roland Garros.

Ceux qui ne suivent le tennis qu’à l’occasion des grands rendez-vous ne le connaissaient très certainement pas avant ce Roland Garros particulier. En un peu plus d’une semaine, Hugo Gaston a enflammé le monde du tennis et s’est révélé aux yeux du grand public. Pour rappel, le Toulousain est un véritable espoir du tennis tricolore : en 2017, il remporte l’Orange Bowl (tournoi junior quasiment équivalent à un Grand Chelem), en 2018, il gagne la médaille d’or aux Jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires et termine l’année n°2 mondial junior. Avant ce Roland Garros, il est 228ème mondial et a obtenu une wild card de la part de la Fédération lui permettant d’intégrer directement le grand tableau. Son premier tour contre Maxime Janvier, lui aussi wild card, est peu médiatisé. Il s’impose tout de même en 3 sets et s’offre un second tour contre le Japonais Yoshihito Nishioka : son tournoi était déjà réussi mais il parvient encore à surprendre le 48ème mondial. Il rejoint le 3ème tour et l’ancien vainqueur du tournoi, Stanislas Wawrinka. C’est à partir de ce moment que l’histoire devient folle…

Cours Stan ! Cours

Au 3ème tour, Gaston est déjà le dernier Français en lice dans le tableau masculin. Personne ne donne alors cher de sa peau dans un match qui paraît déséquilibré face au Suisse. La FFL exulte déjà et prévoit déjà le zéro pointé pour les Bleus en seconde semaine. Dès le 1er set, ça en prend le chemin. Wawrinka le remporte 6-2. Et pourtant, le petit du Sud Ouest ne se démonte pas. Pour son premier match sur le court Suzanne Lenglen, il étonne et éblouit par ses coups de génie. Petit à petit, il contre de mieux en mieux son adversaire et fait même jeu égal. Il écœure l’Helvète par ses innombrables amorties et illumine le court par son jeu presque magique qu’on ne voit plus de nos jours. Le Français fait même mieux que résister. Malgré l’interruption due à la pluie, il empoche les 2ème et 3ème sets. Quand il perd le 4ème, on se dit que l’expérience va jouer son rôle. Mais, tel un prestidigitateur, le plus jeune des deux nous surprend une nouvelle fois. Finalement, il épuise Stan The Man en décuplant les amorties : 1, 2, 3, 4 puis 5-0… Les jeux s’enchainent et le gaucher ne baisse plus de régime. Les quelques centaines de spectateurs présents exultent à chacun de ses coups de maître. Le dernier jeu vient clore le festival. Une dernière montée au filet et un smash délivre tout le stade. Hugo Gaston est huitième de finale ! Quel tennis rafraichissant !

Les amorties de Hugo Gaston, distillée avec précision – Aurelien Morissard

Un chef d’œuvre en 5 actes

Et en huitième, le niveau monte d’un cran supplémentaire. En face du gaucher français se dresse le double finaliste des Internationaux de France et récent vainqueur de son premier titre du Grand Chelem à l’US Open, l’Autrichien Dominic Thiem ! Cette fois-ci, on mise encore moins sur le jeune espoir toulousain. Et pourtant, le début de match est plutôt équilibré, Gaston usant encore de ses quelques amorties bien senties et toujours chirurgicales. Mais, peut-être à cause de la fatigue, il se fait breaker en fin de set puis au milieu du deuxième… La messe est dite ? C’est mal connaître les ressources de Hugo Gaston. Il réchauffe le court Chatrier qui, malgré ses rangs très clairsemés, nous fait croire qu’il est plein. Pour nous, les moins chanceux, devant notre télé, nous effectuons la bascule de France 2 à France 3 pour ne louper aucun point. Pourquoi ? Parce que Gaston résiste et revient. Après un troisième set accroché, il break à 6-5 pour revenir à 2 sets à 1.

Il breake même en début de 4ème manche. Serait-ce possible ? Peut-il réitérer un exploit que l’on pensait déjà impossible deux jours avant ? 2 sets partout, personne ne peut dire qui va rejoindre les quarts. Thiem semble exténué par ses innombrables courses vers l’avant. Les amorties… c’est très certainement ce qui a maintenu en vie le Français ce 4 Octobre. Malheureusement, c’est aussi ce qui le mènera à sa perte. Peut être lui aussi atteint physiquement, il en abuse légèrement à partir du 7ème jeu. A ce même moment, Thiem sert le jeu et breake. Il ne se fera plus rejoindre, 6-3 au cinquième. Le rideau vient de tomber sur le parcourt magnifique du petit lutin Bleu.

 

Ce tournoi de Roland Garros, déjà très particulier après son décalage en automne, marquera très vraisemblablement la première pierre de la carrière de Hugo Gaston. On ne l’attendait pas à ce moment à un tel niveau. Malgré tout, laissons lui le temps de grandir, de progresser encore et encore, les étapes sont encore longues et nombreuses. Mais cette année, une chose est sure, Hugo Gaston aura été notre éclaircie bleue dans le ciel maussade du tennis français et dans la fraicheur d’Octobre.

 

Source Image en Une : La Voix du Nord

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire