Les 30 moments qui ont fait 2018 : La 3e Ligue des champions de Zidane

0
Ligue 1

Des cris de joie ou de rage. Nos larmes de bonheur ou de tristesse. Des heures passées devant des matchs. C’est ça le sport. La rédaction de WeSportFr revient pour vous sur les 30 événements sportifs qui ont fait l’année 2018. A consommer avec deux étoiles dans les yeux (et sur le maillot). Aujourd’hui, la troisième Ligue des champions de Zinédine Zidane.

One, two, three, viva Zinédine ! On pourrait ne plus le présenter, mais lorsqu’on le fait, on doit désormais dire que cet ancien joueur a remporté trois Ligue des champions. De suite. Excusez du peu, mais Zinédine Zidane a enfoncé les portes du coaching. Non, il les a plutôt brisées.

Plusieurs entraineurs ont remporté trois fois la plus prestigieuse compétition européenne, mais jamais trois fois de suite. Carlo Ancelotti (2003, 2007 et 2014) ou Bob Paisley (1977, 1978 et 1981) ont initié cette idée de triplé. Mais les records sont faits pour être battus. Il aura donc fallu 33 matchs de Ligue des champions, en deux ans et demi, pour que le natif de Marseille soulève trois fois la Coupe aux grandes oreilles.

Apoel Nicosie, Dortmund ou Tottenham, ce n’était pas une balade de santé qui s’annonçait en phase de groupe. Donc quand la Maison blanche se fait corriger par les Anglais (3-1), quoi de mieux que d’humilier les Chypriotes lors de la journée suivante (6-0) ? Les Madrilènes se sont tout de même fait quelques frayeurs en recevant Dortmund mais le troisième et décisif but de Lucas Vazquez donnait la victoire à son équipe (3-2).

Qualif sur qualif malgré des sueurs froides

En huitièmes de finale, le Real Madrid hérite du PSG. Le moindre qu’on puisse dire, c’est que l’adversaire a vite été expédié. 3-1 à Santiago Bernabéu puis 2-1 au match retour, la messe est vite dite. Les Parisiens, sans Neymar au Parc des Princes, ont été impuissants à contenir le jeu madrilène, tout à fait organisé.

Le Real Madrid est passé tout prêt de l’élimination lors du tour suivant. La Juventus Turin –actuel club de Cristiano Ronaldo- a bien failli éliminer son adversaire dans un remake de la finale de l’édition 2017. Les hommes de Zidane avait bien commencé les quarts de finale en s’imposant 3-0 à l’Allianz Stadium de Turin mais les Italiens menaient sur le même score au match retour, jusqu’à la 92e minute. C’est un but de Ronaldo sur penalty, après une faute de Benatia, qui a permis aux Madrilènes de se qualifier in extremis pour les demies, sur un score finale de 3-1.

Le Real n’est donc plus qu’à deux matchs de jouer une finale et à trois d’un nouveau sacre. Mais on n’arrête pas si vite une équipe qui a évité le pire au tour précédent. A l’Allianz Riviera, les coéquipiers de Sergio Ramos ont assuré en profitant des erreurs du Bayern, qui n’a pourtant pas fait un mauvais match (2-1). A Bernabéu, la qualification fut plus douloureuse. Deux buts de Benzema ont permis à la Casa Blanca de valider son ticket pour une troisième finale successive de Ligue des champions, une performance qui n’avait plus été réalisée par … le Bayern entre 1974 et 1976 ! Kimmich et James Rodriguez, ancien Madrilène, ont tenté de réaliser l’exploit, en vain (2-2).

Troisième finale consécutive

Après l’Atlético Madrid en 2016 et la Juve en 2017, le Real Madrid affrontait cette fois Liverpool au stade olympique de Kiev, le 26 mai, soit 25 ans jours pour jour après la victoire de l’OM en Ligue des champions. Les Anglais ont montré beaucoup d’envie dans les premières trente minutes du match avant de Mohamed Salah ne sorte sur blessure. Deux bourdes du gardien de Liverpool, Karius –atteint d’une commotion cérébrale, comme on le saura après le match-  et un superbe but de Gareth Bâle permettent à « ZZ » de soulever son huitième trophée depuis qu’il est entraineur, et la « decimotercera » du club.

Le désormais ancien entraineur du Real Madrid, passé par les postes d’ambassadeur, conseiller, directeur sportif, adjoint, entraineur de la réserve avant d’être seul sur le but merengue a tout du palmarès d’un coach bien rodé. A 46 ans, les mains dans les poches et chewing-gum en bouche, le Français n’a pour l’instant pas de nouveau club, mais nul doute qu’il affichera la même décontraction et la même ambition sur son prochain banc.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here