Les 30 moments qui ont fait 2018 : Thibaut Pinot sur la Vuelta

Des cris de joie ou de rage. Nos larmes de bonheur ou de tristesse. Des heures passées devant des matchs. C’est ça le sport. La rédaction de WeSportFr revient pour vous sur les 30 événements sportifs qui ont fait l’année 2018. A consommer avec deux étoiles dans les yeux (et sur le maillot). Aujourd’hui, le numéro de Thibaut Pinot sur la Vuelta.



Il n’a pas reçu le Vélo d’Or français pour rien. Et, de surcroît, la concurrence était rude. Sa récompense, Thibaut Pinot la doit, en grande partie, à sa fin de saison et à son numéro sur le Vuelta.

L’Espagne par la Pologne

Pourtant, rien n’a été simple pour le Franc-Comtois. D’abord, il a fallu avaler la déception d’un Giro gâché par une affection pulmonaire. Dans le coup lors de l’étape des Finestre, il a craqué le lendemain, perdant une cinquième place et son champ des possibles, pour finir aux urgences dans un sale état. Il a pris son temps, manquant le Tour de France pour refaire surface en Pologne, afin d’y préparer sa Vuelta.

Une Vuelta qu’il a bien failli, elle aussi, raté. Car, avant de s’imposer dans la 15è étape, dont l’arrivée épousait la montée vers les Lacs de Convadonga, Thibaut Pinot avait eu du retard à l’allumage – son péché mignon sur les grands tours. Et cela se ressentait au classement général : il était alors en dehors du top 20. Profitant d’un moment de temporisation des favoris à la victoire finale, le Français a porté une attaque qui s’est révélé décisive. Parti devant à 6 kilomètre de l’arrivée, on ne l’a plus revu jusqu’à l’arrivée. Il se replaçait dans le classement général.

En voiture Simon

Mais, c’est peut-être dans la 19è étape que le coureur de la Groupama-FDJ a le plus impressionné. Et pour cause, ce jour-là, il a été le seul à pouvoir suivre le rythme imposé par celui qui remportera, à Madrid, 2 jours plus tard, le maillot rouge du leader de l’épreuve. Profitant des méformes de tous ses concurrent sérieux, Simon Yates est allé accroitre son avance à Andorre en déposant tout le monde, sauf Thibaut Pinot, donc. Mieux, le Français s’est imposé ce jour-là : il faut dire, aussi que le Britannique n’était pas très intéressé par la victoire d’étape. en doublant la mise, Thibaut Pinot a fait un rapproché au classement général : il finira, à Madrid, à la sixième place du général.

On a coutume de moquer le Français. Il faut bien avouer que sur cette Vuelta. Son caractère a forcé le respect.



A propos de l'auteur

Fan de foot mais aussi de Serie A, je prends autant de plaisir à voir jouer Gilles Simon qu'à attendre une arrivée au sprint entre les Alpes et les Pyrénées. Talking Heads et Panetonne.

Poster un commentaire

ut tristique ultricies mattis justo libero suscipit Curabitur