Basketball

Les 50 moments de la décennie : des Warriors aux Bleus, 10 ans de basket

Qui dit 31 décembre 2020 dit fin d’une décennie. À cette occasion, We Sport vous propose de revenir, sport par sport sur 50 moments qui ont marqué ces dix dernières années. Nous continuons donc avec cette fois-ci le basket. En dix ans, les Bleus ont eu l’occasion de s’illustrer, à l’Euro ou même dernièrement. Outre-Atlantique, les Warriors ont créé une véritable armada, devenant une dynastie. Retour sur ces moments forts de la dernière décennie. 

L’Eurobasket 2013

Consécration pour la France, l’Eurobasket 2013 devient le premier titre international de notre nation. L’événement, qui se déroulait en Slovénie pour sa 38e édition, présentait pourtant du beau monde. La Lituanie, l’Espagne ou encore la Croatie et la Serbie avaient dans leurs rangs de grands joueurs de basket. Pourtant, les Bleus ont réussi l’exploit de s’imposer à la fin. En poules, après une défaite inaugurale face à l’Allemagne, Tony Parker et ses coéquipiers se sont repris. Victoires face à l’Ukraine, la Belgique, la Grande-Bretagne et Israël, les qualifiant pour le second tour. Ce dernier se passait moins bien, avec des défaites contre la Serbie et la Lituanie, mais suffisait pour être reversé dans le tableau final.

En quarts, la France s’imposait contre le pays hôte de 10 points, grâce notamment à un énorme Tony Parker (27 points). En demies, les Bleus triomphaient enfin de l’Espagne, l’ennemi juré. Pau Gasol absent, Batum & co en profitaient pour leur jouer un mauvais tour en prolongations. 75 – 72 score final, la France entière exultait. En finale, cela en devenait presque une formalité. Face à un adversaire qui avait pourtant perdu moins de matchs pendant la quinzaine, les hommes de Vincent Collet ont tout fait pour s’imposer, et cela a marché. 80 points contre 66 suffisaient à notre bonheur, la France était enfin titrée. Parker, meilleur marqueur, était même élu homme du tournoi.

La dynastie Warriors

Quelle époque ce fut, en regardant dans le rétroviseur. Les Warriors, complètement à l’ouest en début de décennie, ont réussi à révolutionner le basket moderne en l’espace de quatre ou cinq ans. En playoffs depuis 2013 grâce au renouveau initié par Bob Myers, l’empire des Golden State Warriors a vraiment débuté en 2014. À ce moment là, Green venait d’être drafté un an auparavant, Thompson intégrait à peine le 5 majeur et Curry n’était même pas All-Star. En 2015, les hommes de Steve Kerr décrochaient le premier titre des Warriors depuis celui de 1975, soit plus de quarante ans de disette. Curry était nommé MVP de la saison, tandis qu’Iguodala rafla celui des Finales. En 2016, après un run historique en saison régulière (73 victoires pour 9 défaites), les Warriors craquaient contre les Cavaliers en Finales. Qu’importe, l’équipe était déjà rentrée dans l’histoire. Curry devenait la même année MVP à l’unanimité, pour la première fois de l’histoire.

L’année d’après, la véritable Death Lineup était en marche, avec le recrutement (critiqué) de Kevin Durant. Le MVP 2014 débarquait en Californie, et le fit était juste parfait. Une seconde fois en trois ans, les Warriors étaient titrés à l’issue de la saison, une nouvelle fois contre Cleveland. Après un 12-0 en playoffs, battant le record des Lakers, Oakland ne laissait qu’un petit match en route face à LeBron James. Titrés à domicile, les Warriors n’en finissaient plus d’épater. L’année d’après, le titre leur revenait encore, après une année plus mouvementée. Seulement 2e de SR, derrière les Rockets, l’équipe de la Baie se faisait peur en finales de conférence contre Houston, l’emportant finalement 4-3. Lors des Finales, Curry et ses coéquipiers explosaient les Cavs (4-0), s’adjugeant le fameux back-to-back. En 2019, l’aventure prenait subitement fin. Accédant une nouvelle fois aux Finales, la franchise fut minée par les blessures et ne pouvait rien faire face aux Raptors et à Kawhi Leonard, en état de grâce. Fin de la dynastie, avec le départ de Durant, et début des années galères.

France – USA 2019

Sûrement LE match référence pour les Bleus sur ces dix dernières années. Les USA, bien qu’ils s’avançaient sans la plupart de leurs stars, restées au pays, faisaient tout de même figure de grandissime favoris. En poules, le Japon en fit notamment les frais. Les Bleus ont eux dominé la République Dominicaine, l’Allemagne et la Jordanie pour passer au second tour. Après un second tour un peu raté, marqué par une défaite face à l’Australie, la France se voyait promettre l’enfer face aux USA. Bien mal leur en a pris. Face aux Américains, Fournier, Gobert et surtout Ntilikina déroulaient. Le 5 des USA était d’ailleurs loin d’être mauvais, avec cinq joueurs titulaires dans leurs franchises NBA en face. Qu’importe, Mitchell, Walker, Barnes ou encore Turner ont été écœurés par des français nettement plus motivés par la victoire. Enfin, la France triomphait contre les USA dans un match qui comptait vraiment.

Ces 3 moments en particulier furent assurément inoubliables pour tout fan de basket français. Les exploits des Bleus, couplés à cette Dynastie irréelle des Warriors, ont rendu cette dernière décennie vraiment marquante. Enfin, la France devenait un véritable pays de basket, avec de plus en plus de joueurs en NBA capables de faire passer aux Bleus un cap. Outre-Atlantique, les Warriors faisaient rêver des milliers de personnes, Stephen Curry en tête. 

Crédits photo Une : Sébastien Meunier

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
dolor tristique lectus leo. risus Praesent ut nec leo mi,