Les bonnes résolutions de 2019

L’année 2019 approche et il est tant de faire la liste de vos bonnes résolutions. La rédac tennis de WeSport FR s’est incrustée dans les petits carnets des joueurs et des joueuses pour vous révéler leurs résolutions pour l’année à venir. On se retrouve à la fin de l’année pour voir s’ils ont tous tenu leurs promesses.

Un Grand Chelem pour Zverev

En 2017, l’Allemand a gagné son premier Masters 1000. Il a confirmé en 2018 en remportant les ATP Finals. Pour Zverev, il serait normal de s’imposer dans l’un des 4 majeurs. On l’attend depuis maintenant plusieurs années, il doit franchir ce cap. C’est à Roland Garros, là où il a obtenu son meilleur résultat (quart de finale) ou à Wimbledon, là où la chaleur est la moins suffocante que je le vois frapper. S’il parvient à réussir cet exploit, il pourrait même rêver de la place de numéro 1 à la fin de l’année.

Des résultats en simple pour Mladenovic

Kiki a déjà gagné Roland Garros, l’Open d’Australie ainsi que le Masters féminin, et a atteint la finale des deux autres Grands Chelems… en double. En simple, c’est plus compliqué. Même si elle a atteint la dixième place fin 2017, elle a perdu à 15 reprises au 1er tour en 2018. Une statistique qu’il faudra oublier en 2019 pour retrouver son meilleur niveau et la revoir en fin de semaine régulièrement. Maintenant qu’elle n’est plus tête de série à chaque tournoi, cette résolution sera difficile à tenir.

Un retour à Roland pour Federer

Federer à Roland Garros en 2015, une image qui nous manque – Image IBTimes UK

Quelles bonnes résolutions peut avoir celui qui a tout gagné ? Gagner un Grand Chelem quand personne ne l’attend ? Déjà fait. Devenir le plus vieux numéro 1 mondial ? Check. Gagner devant ses enfants ? Idem. Non, là, on ne parle pas de résultats ou de performance. Ici, on pense aux fans du Suisse. Pour faire plaisir aux supporters français, Federer pourrait revenir sur la terre battue Porte d’Auteuil. Mais avant cela, une préparation sur ocre s’imposera : les rumeurs envoie le Maestro à Barcelone et à Rome. Roger, avant de partir, n’oublie pas de nous dire au revoir.

La confirmation des joueuses montantes

L’année 2018 aura vu la révélation de deux joueuses de talents, Naomi Osaka et Aryna Sabalenka ainsi que la confirmation du potentiel de la jeune russe Daria Kasatkina. La première a remporté son 1er Grand Chelem à New York, la seconde son 1er Premier 5 à Wuhan et la dernière a fait son apparition dans le top 10. Pour ces trois joueuses, l’objectif est clair : confirmer et devenir des valeurs sûre du tennis féminin. A courts ou moyens termes, elles seront rejointes par de jeunes joueuses découvertes en 2018. Parmi elle, trois seront plus particulièrement à suivre : Marta Kostyuk et Amanda Anisimova, qui ont fait leurs débuts en Grand Chelem et progressent rapidement, et Cori Gauff, la sensation de 2018 chez les juniors. A 14 ans, elle a remporté Roland Garros et l’Orange Bowl. Souvenez-vous en !

Kasatkina et Osaka, deux futures cadors du circuit – Image Orange Sport

Quelques bons résultats chez les français

Qu’est ce qu’on aimerait voir le drapeau tricolore flotter fièrement dans le paysage tennistique ! Après une année ratée individuellement, il est temps de relever la tête. Par ailleurs, 2018 s’est terminée avec de belles promesses. Lucas Pouille s’est attaché les services d’Amélie Mauresmo, Jo Tsonga est de retour en forme physiquement et une nouvelle génération pointe le bout de son nez avec Humbert et Moutet en tête. J’espère qu’ils ont prévu de nous faire vibrer.

Un vrai coach pour Garcia

La saison de la confirmation a été compliquée pour la Lyonnaise. Des résultats moyens qui l’ont quand même amenée au 4ème rang mondial (au bénéfice de son doublé Wuhan-Pékin en 2017), puis une chute jusqu’à la 19ème place. Ce qu’il a semblé manqué à Caroline Garcia en 2018 c’est un regard extérieur. Au lieu de s’entourer de nouvelles personnes qui auraient pu la faire bien plus progresser, elle s’est enfermée dans ce qui avait marché et qui ne fonctionne plus. On n’a même senti parfois de la tension entre elle et son père. Parfois, ce sont les décisions les plus dures qui font avancer.

Entrer dans le top 10 pour la Next Gen

Khachanov lors de sa victoire à Bercy – Image l’Equipe

Ils sont nombreux à l’avoir cochée, celle là. Coric, Khachanov, Tsitsipas, Medvedev, Shapovalov, Chung, de Minaur. En revanche, ils n’y parviendront pas tous, c’est une certitude. Mais ils feront tout pour stopper l’hégémonie du Big 4 et rejoindre leur collègue de génération, Sasha Zverev (Khachanov est lui aussi 10ème et aura pour objectif de conforter sa place). Un petit pronostique ? Coric et Tsitsipas me semblent à ce jour les mieux armés pour y parvenir rapidement. Affaire à suivre.

“Promis, j’arrête d’être une diva”

Serena Williams en discussion avec Albert Ramos lors de la finale de l’US Open – Image RTS

Cette phrase est la seule écrite dans le livret de Serena Williams. Courte mais efficace ! En 2018, l’Américaine n’a pas gagné un tournoi mais elle a réussi à être la joueuse dont on a le plus parlé. Sur fond de polémique et de défense des droits des femmes, elle s’est présentée, la quasi totalité de la saison, comme une victime. La FFT ne veut pas lui accorder le statut de tête de série ? Qu’à cela ne tienne, la WTA change les règles pour Madame. Son entraîneur la coache en pleine finale de l’US Open ? L’arbitre n’est qu’un voleur et mérite de se faire sanctionner pour avoir appliquer le règlement. En 2019, ce qui serait idéal, ça serait d’écrire des articles sur les résultats et performances de l’Américaine. Mais il ne faut pas trop lui en demander non plus…

Accepter de critiquer Federer

Celle là, c’est un peu une résolution que j’aimerai imposer aux nombreux fans (journalistes, anciens joueurs et spectateurs) de Federer. On a le droit de l’aimer, de l’adorer voire même de l’idolâtrer (moi le premier) mais il ne faut pas pour autant en perdre son bon sens. Deux personnes ont osé s’opposer à sa Majesté RF. Le premier est français : Julien Benneteau, critiquant la Laver Cup du Suisse et les possibles conflits d’intérêt existant. Un flot de critiques est venu s’abattre sur le nouveau capitaine de l’équipe de France de Fed Cup. Le second est plus jeune. Alexander Zverev a stoppé un point en demi finale des ATP Finals alors qu’un ramasseur bougeait. Il n’aurait jamais dû ! Après avoir remporté le match, il a à peine pu s’exprimer, couper par la bronca et l’émotion de voir tant que gens aveuglés…

 

Comme toutes les résolutions, elles ne seront pas toutes respectées.  Et puis, si tout était déjà écrit, la saison serait bien morne sans surprise. Mais on espère tout de même en voir quelques unes se réaliser. Et vous, quelles sont vos résolutions ? Pour moi c’est monter 15 et avoir des places sur le nouveau court Simonne-Mathieu à Roland 😉 

 

Source de l’image en Une  : Eurosport

A propos de l'auteur

Grand joueur de tennis et ingénieur à ses heures perdues... ou l'inverse je sais plus. Une religion ? Le Federerisme @CaptainMiddle

Poster un commentaire

Aenean efficitur. ut dolor. Curabitur sit sed ut ultricies