Les Celtics dominent, les Wizards patinent et Porzingis jubile 

0
Crédit photo : Cavs Nation
Ligue 1

C’est lundi et comme tous les lundi c’est l’heure du résumé de la semaine NBA. La balle orange a encore transitée entre pleins de mains et on a eu droit à des belles surprises mais aussi à des déceptions, comme chaque semaine finalement. Le review de la semaine c’est maintenant, c’est tout de suite, c’est en dir… désolé je me suis enflammé. 

Un petit résumé des plus doux 

Cette semaine ils n’avaient pas le temps les joueurs NBA, mais clairement pas. On ignore l’origine de cette situation mais il y a eu une montée de testostérone chez les joueurs de la National Basketball Association d’un peu partout, chacun voulant montrer qui a les plus grosses. Alors on eu le droit à un game winner sorti tout droit des cieux de Damian Lillard, un petit step back à trois points sans aucune difficulté contre les Lakers (113-110), mais aussi à un panier très clutch de notre petit, Frank Nitlikina aka French Prince, face aux Pacers (108-101), qui commence clairement à prendre ses marques au sein de la franchise de New York.

On a aussi eu le droit à quelques records personnels et pas des moindres. On commence par le plus gros : Lebron James aussi appelé le cyborg ou encore l’homme qui n’en était pas un. Le mec en avait marre de perdre et ce sont les Utah Jazz qui ont dégusté pour le plus grand plaisir de nos yeux. Le King a donc sorti une petite ligne de stats pas dégueulasse du tout : 57 points, 11 rebonds, 7 passes, 3 interceptions et 2 blocks. Ouais rien que ça, ce qui a fait de lui le joueur le plus jeune a marquer plus de 29 000 points en carrière. 

Sinon il y a le jeune Letton Porzingis qui a sorti un match totalement dingue face aux Pacers et qui a dépassé son nombre maximum de points en match : il a marqué 40 points et pris 8 rebonds, on applaudit. Évidemment, comme la soirée n’était pas assez mouvementée, James Harden a voulu qu’on braque les projecteurs sur lui aussi. Ce dernier a lui aussi battu son record en plantant 56 points en un seul match, accompagnés de 13 passes décisives et d’une petite victoire face au Jazz (110-137). On peut dire qu’il était dans la zone.

Quant au classement, côté Est ce sont toujours les mêmes qui sont en top liste juste, inversés de place. On se retrouve ainsi avec les Boston Celtics en première place, enchaînant les victoires, suivis par Détroit et les Orlando Magic, Washington chutant en 4ème place.

Côté Ouest on a eu le droit à une remontada des Warriors qui se retrouvent en 3ème place, devancés par les Timberwolves de Minnesota et les Rockets de Houston qui compilent 8 victoires à présent et 3 petites défaites.

La team de la semaine

Je pense qu’il n’y a pas débat là dessus. Si il y avait une équipe à suivre cette semaine, c’était bel et bien les Boston Celtics. La franchise la plus titrée de NBA compte bien retrouver sa gloire d’avant et c’est en très bonne voie pour être accompli. Après la blessure de Gordon Hayward lors du premier match, beaucoup ce sont questionnés sur l’avenir des Celtics durant cette saison. La préparation entière ayant été faite avec l’ailier, très important dans les rotations, la blessure tombait très mal d’autant plus qu’on était en début de saison et que l’effectif de cette année a complètement été refait. Les Celtics ont alors attaqué l’année en étant obligés de reconstruire, de changer les rotations, de changer les systèmes, etc. Toute la difficulté était là mais évidemment, c’était sans compter sur le génie de Brad Stevens.

Boston Irving 2017 (CelticsBlog)
Crédit photo : CelticsBlog

À l’issu de cette troisième semaine, on a clairement l’impression que cela fait 10 ans que les joueurs de Boston jouent tous ensembles. L’effectif est huilé comme jamais, les systèmes sont parfaitement mis en place, chaque joueur connait sa place dans l’effectif et surtout le potentiel de chaque joueur est exploité à son maximum. Les jeunes Jaylen Brown et Jason Tatum se débrouille très bien pour ce début de saison, Al Horford fait son boulot dans la raquette et surtout Kyrie Irving n’a jamais été aussi fort. On est seulement à la fin de la 3ème semaine et on sent déjà l’évolution de Uncle Drew. Ses stats ne sont pas bien meilleures que l’année dernière, voire même un peu en baisse (21/5,6/3,1) mais le nouveau Kyrie n’est plus seulement le scoreur qu’il était à Cleveland. On sent l’implication qu’il met dans le jeu, il fixe, il créé, il passe, il se bat, il défend et surtout il continue à faire ce qu’il sait faire le mieux : faire danser ses adversaires et marquer. Tout ça grâce notamment à Brad Stevens dont il n’arrête pas de venter les mérites. Il a récemment déclaré qu’il avait besoin d’un coach intellectuel comme lui, pour être plus précis il a dit que « c‘est quelque chose dont j’avais incroyablement envie pour ma carrière. Brad Stevens est le coach parfait dans cette optique. C’est un intellectuel et un être humain formidable ».

L’alchimie est présente au sein de l’effectif et ça se ressent dans le jeu. Ils se retrouvent premiers de conférence avec 8 victoires, 8 victoire d’affilés avec notamment leur dernier match face à Orlando qui s’est encore joué en leur faveur (88-104). On a hâte de voir jusqu’où ils vont aller à ce rythme et de découvrir si Kyrie va réussir à voler la couronne de l’Est à Lebron James.

Le MVP de la semaine 

Quel joueur est sorti du lot cette semaine ? Kristaps Porzingis bien évidemment, aussi appelé le God. Porzingod du haut de ses 22 ans, le jeune Letton est en train de transformer le jeu des Knicks à lui tout seul et on sent que le départ de Carmelo lui a fait du bien. Le patron de New York et du Madison Square Garden aujourd’hui c’est bel et bien Kristaps. Cette semaine, outre le fait qu’il ait battu son record de point en plantant 40 pions, il a aussi offert 3 victoire aux Knicks en 4 matchs. Évidemment tout le mérite ne lui revient pas qu’à lui mais sans Porzingis les Knicks ne seraient clairement pas les mêmes.

Il a ainsi lâché 134 petits points en 4 matchs, à 54,4% de réussite aux tirs mais aussi 13 blocks. Autrement dit, tu marques pas quand le mec est sous le panier. Not in his house. Le plus important et la preuve que le God impact beaucoup le jeu des Knicks, c’est son apport de +26 points lorsqu’il est sur le terrain. Que du positifs et pas seulement individuellement mais aussi collectivement. Il élève le jeu de toute son équipe quand il est sur le terrain et ça c’est bon. Que du plaisir à regarder le petit Letton de 2 mètres 21 régaler tout un peuple de fans NBA et en espérant que cela continue durant toute la saison, mais on se fait pas de soucis pour ça.

Porzingis vs Pacers 2017 (Times Union)
Crédit photo : Times Union

Le flop de la semaine 

John Wall, John Wall, John Wall. Qu’est-ce tu fais mec ? Sans déconner, du haut de ses 27 ans, de son expérience en NBA, on dirait qu’il a 15 ans et qu’il joue sur le playground de Saleich en Haute-Garonne. Enfin je parle de John Wall mais toute l’équipe des Wizards est pareil. Prenons l’exemple de Lonzo Ball. Après l’avoir trashtalk comme jamais, avoir annoncé qu’il allait l’humilier devant toute la NBA, et bien… pas grand chose ne s’est passé comme prévu. À 7/22 aux tirs pour le meneur, la défaite des Wizards s’en est suivie. Marcin Gortat qui avait annoncé que Jean Mur allait « torturer Lonzo Ball », c’est un petit peu loupé.

On a aussi eu le droit cette semaine à un joli coup de poing de Bradley Beal dans la tronche de Draymond Green, ce qui a tourné en baston général dans laquelle Kelly Oubre en a profité pour en mettre une dans la tronche de Klay Thompson qui n’avait rien demandé. Il s’est alors pris une amende et s’est ramené quelques jours après avec un manteau sur lequel il était écrit « f*** you », donnant lieu à une nouvelle amende. Pas très jolis ces Wizards, annoncés comme l’un des contenders à l’Est. 

Les grosses gueules de la conférence n’ont pour l’instant que ça et le jeu ne suit pas les paroles pour le moment. 4èmes de conférence, ils présentent un bilan de 5 victoires et 4 défaites ce qui n’est pas dingue pour une équipe dont on connait le talent et les capacités. C’est pourquoi on se tourne encore une fois vers le patron. Il s’est annoncé lui même comme le meilleure meneur-contreur de la ligue, il serait peut-être temps qu’il le prouve sur le terrain. Moins de blabla, plus d’action. 

John Wall 2017 (theScore.com)
Crédit photo : theScore.com

L’action de la semaine 

Sans aucun doute, sans aucun débat, le game winner de Dame Dolla peut être élu comme l’action de la semaine. Ce tir, qui rappelle celui du 2nd tour de playoffs contre Houston, crucifiant l’équipe de James Harden comme il l’a fait cette semaine aux Lakers. What time is it ? 

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=g_0YbP977Kw&w=560&h=315]

Le flop de la semaine 

Les pensées de J.R Smith quand il se rend compte qu’ils sont dans la merde. Chaud.

Kenan Zolic

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here