Les innovations créées par la F1 pour les voitures de tourisme, Partie 1

0
innovations F1 véhicules tourisme

En cette période post-confinement et à 39 jours du premier Grand Prix, la rédaction Formule 1 We Sport vous propose une série sur les innovations créées en F1 pour les véhicules de tourisme. Aujourd’hui, on commence avec les boîtes de vitesse. 

PARTIE 1 : Les boîtes de vitesses 

Nom de la technologie : Boîte semi automatique

Histoire :

Genèse :

La transmission semi-auto a été créée par Mauro Forghieri, un ingénieur qui a dirigé le département technique de Ferrari durant 27 ans. En 1978, il travaille dans son atelier sur une révolution permettant au pilote de ne plus passer les vitesses via leur “grille en H“. Il espérait ainsi leur permettre de gagner du temps tout en évitant les erreurs de pilotages liées à la déconcentration des pilotes lors des changements de vitesse. Toutefois, ce changement coutait cher pour l’écurie, ce qui constituait un problème pour le budget de Ferrari. Néanmoins, ce système de “tirette” permettant au pilote de tirer à droite pour monter les rapports et à gauche pour les baisser put tout de même être intégré à la voiture. Si Giorgio Enrico (pilote d’essais de la Scuderia) est assez satisfait, le poids de 20 kilos restait assez handicapant et Forghieri tenta d’améliorer la chose.

En 1980, il remplace alors son système de “tirette” par deux boutons au niveau du volant permettant de gagner de la légèreté, ce qui permis à la 312 T5 de Villeneuve de faire des essais concluants. Cependant, le moteur turbo est jugé prioritaire (Ferrari était alors équipé en flat-12 3.0L) et le projet est ainsi abandonné durant quelques années avant l’arrivée d’un ingénieur hors-pair.

Concrétisation :

John Barnard, précédemment chez McLaren, est alors débauché par l’écurie de Maranello qui lui propose un salaire impossible à refuser. Arrivé chez Ferrari en 1987, il se rend dans la fonderie et aperçoit les travaux de Forghieri. Après les avoir consulté, il comprend que les travaux sur les électrovannes, les circuits hydrauliques à très haute pression et l’électronique peuvent lui permettre d’incruster cette boîte à sa future monoplace. Le britannique et son équipe se rendent alors dans son bureau pour développer la Ferrari 640 (également appelée F1-89). La voiture rouge est alors tractée par un V12 atmo Tipo 035/5 de 3.5L et 660 chevaux. Roberto Moreno, pilote d’essais, doit la développer pour intégrer sept vitesses. Si le pilote d’essais a effectué son travail, la boîte n’a jamais parcouru plus de 15 tours et l’équipe de Barnard n’a alors pas le moral au beau fixe.

Arrivé à Jacarepagua, miracle : la boîte Ferrari effectue les 60 tours et Mansell n’abandonne pas. Néanmoins, Berger abandonne lui suite à une collision. L’anglais amène la Ferrari au bout des 301 kilomètres et, pour le premier Grand Prix de la saison, Ferrari s’impose en terre brésilienne. La pionnière des transmissions semi-auto domine alors la MP4/5 de Prost et la 881 du local Gugelmin.

En revanche, la suite sera plus compliquée en raison des nombreux bris de courroie de l’alternateur. Seulement 2 victoires supplémentaires (1 pour Mansell et Berger), 6 podiums (4 pour Mansell et 2 pour Berger) et 3 records du tour (les 3 pour Mansell). Au classement, Mansell finira quatrième, Berger 7ème et Ferrari finit troisième chez les constructeurs.

Voitures de tourisme l’ayant :

Les supercars, hypercars en sont équipés. La Spyder F355 est la pionnière des voitures de tourisme dotée de cette technologie. innovations F1 véhicules tourisme

Pour rappel, Louis Renault a inventé et breveté la boîte de vitesse en 1898.

Après cet article sur les boîtes de vitesse, le deuxième volet de cette série sera consacré aux moteurs.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here