Les Raptors croquent Boston !

0

Après avoir complètement déjoué face aux Celtics lors du NBA Christmas Day, Toronto a pris sa revanche cette nuit en s’imposant 113 – 97 sur le parquet de Boston au terme d’un match référence pour des Dinos toujours privés de Pascal Siakam, Marc Gasol et Norman Powell. 

Une victoire en haute altitude

Les Raptors doivent leur succès en grande partie grâce à leur qualité de rebonds. Ils ont surclassé les Celtics en en prenant 53 alors que Boston n’en a capté que 31. A l’image d’un Serge Ibaka en double-double (20 pts et 10 rebonds), l’agressivité des Dinos aura été l’une des principales clés de leur triomphe au TD Garden et aura permis de pallier à leurs 22 turnovers. Du côté des Celtics, on peut regretter de ne pas avoir assez vu Enes Kanter, notamment en deuxième mi-temps. Le pivot turc fournissait jusqu’alors une belle partition avec 11 pts à 100% au tir et 6 rebonds en 17 minutes. L’allemand Daniel Theis n’a pas réussi à peser suffisamment à l’intérieur avec seulement 2 petits rebonds. La statistique de points inscrits sur seconde chance est celle qui a permis à Toronto de faire la différence lors de cette rencontre en terre hostile. Avec 23 points inscrits de cette manière contre seulement 5 pour Boston, elle fut l’atout principal des canadiens qui furent également bien plus adroits derrière la ligne à 3 pts avec 41% de réussite (14/34) contre 21% pour les Celtics (7/32).

 

Des héros inattendus 

Menée par les 30 pts d’un irrésistible Kyle Lowry (58% au tir), l’ensemble de l’équipe canadienne a fourni un excellent match notamment défensivement avec une agressivité à toute épreuve, en témoignent les 32 fautes sifflées à l’encontre des Raptors et les exclusions respectives d’OG Anunoby et de Rondae Hollis-Jefferson ayant permis à d’autres joueurs moins côtés de s’exprimer. Toronto a en effet pu compter sur un excellent Patrick McCaw qui égale sa meilleure performance en carrière avec 18 pts, s’ajoutent à ceux-ci 8 passes décisives et 7 rebonds. En plus de l’efficacité du triple champion NBA, on peut noter l’excellent apport du jeune Oshae Brissett, entré pour pallier aux fautes d’Hollis-Jefferson et qui a permis de conserver un écart conséquent à la fin du troisième quart-temps. Le rookie, plein d’ardeur, aura capté 6 rebonds en 15 minutes et défendu brillamment face Kemba Walker et Jayson Tatum.

 

Des Celtics décevants 

Loin de son carton face aux Cavaliers, Jayson Tatum a subi la combativité des Raptors et n’a inscrit que 12 points dont 6 sur lancer-francs. Ce match fut également un calvaire pour Gordon Hayward. L’ancien joueur d’Utah a raté 10 de ses 13 tirs (1/7 à 3 pts) et n’a pas su suffisamment influer offensivement mais aussi défensivement. Le seul joueur à être sorti du lot est Kemba Walker auteur de 30 points. Si le meneur de Boston a bien arrosé à longue distance (3/11), c’est lui qui, pendant la quasi totalité du match, a maintenu son équipe en vie même si les Celtics n’ont pas mené une seule fois. On peut tout de même noter une bonne nouvelle côté Celtics avec le retour de blessure de Marcus Smart (23 minutes jouées).

Avec ce triomphe préhistorique dans une salle qui n’était tombée qu’une seule fois cette saison, les Raptors renouent avec le succès après deux défaites consécutives et reviennent à hauteur de leurs adversaires du soir en terme de victoires. Toronto devra confirmer dès demain à la Scotiabank Arena face à un Thunder explosif depuis quelques rencontres alors que Boston pourra bénéficier d’un jour de repos avant de partir défier les Hornets pour leur dernier match de l’année.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here