Les Rockets ratent leur envol

0
Ligue 1

11 matchs étaient à l’affiche hier soir, pour la deuxième soirée de reprise de la NBA. Et comme toujours dans des programmes aussi chargés, une surprise s’immisce pour créer la sensation de la nuit. Les Rockets favoris affirmés pour le titre recevaient les Pels d’Anthony Davis. Et bingo, les finalistes de la conférence Ouest l’an dernier sont passés à travers. Dans les grandes largeurs. 

Houston à la ramasse 

Dès la première minute, les Pélicans ont fait la course en tête. Après un bon début de match NOLA a ensuite vu les Rockets revenir (un petit peu) au cours du premier quart temps, sous l’impulsion d’un Michael Carter-Williams dont le jeu en pénétration a fait le plus grand bien au locaux . Et ensuite? Plus rien ou presque. James Harden est passé à coté de son match (seulement 18pts à 6/15), souvent dans le mauvais tempo, Chris Paul n’a pas eu l’influence escomptée sur le jeu, et Melo a fait du Melo, terminant à 9pts, et 4 petits rbds. Capela a lui eu du mal à surnager dans la raquette, esseulé. Car ce sont bien les intérieurs de New-Orléans qui se sont régalés. Le trio Randle-Davis-Mirotic a très vite vu que le mot défense n’existait que très peu chez les Rockets. Ils s’en sont donnés à cœur joie, martyrisant le secteur intérieur où Carmelo et Tucker ne faisaient que de la figuration. Et les rares fois où les homme de Mike D’Antoni ont décidé de défendre, Mirotic, 30pts et surtout 6/8 du parking, a sanctionné à longue distance. Houston ne répondait plus, et a bu la tasse, de plus en plus, jusqu’à couler définitivement dans le 3ème quart-temps, où les locaux avaient déjà encaissé plus de 100pts ! Beaucoup, beaucoup trop. Finalement, les Pels, bien menés par un Elfrid Payton en triple double (10pts, 10rbds, 10 asts) s’imposent 131-112 au Toyota Center et marquent déjà les esprits. Tout le contraire des Rockets, qui vont devoir afficher un autre visage, et ce, dès ce week-end contre les Lakers. Pas simple.

L’évidence Anthony Davis

Il a beaucoup été question de départ, de trade, de transfert récemment concernant le monosourcil le plus célèbre du basket. L’étrange volatile a répondu de la meilleure des manières. Oui, il est lassé de ne pas gagner. Non, il ne baissera jamais les bras. C’est un compétiteur dans l’âme. Ceux qui en doutaient avaient pu l’observer après la blessure de Demarcus Cousins l’an dernier. Anthony Davis est un monstre, tout simplement. Lui qui ambitionne d’être MVP cette année marque déjà les esprits, dès le premier match. Il a tout simplement éclaboussé la rencontre de son talent. 32pts à 13/21, 16rbds et 8asts pour fesser Houston. Son entente avec Julius Randle, toute nouvelle, et Mirotic, déjà belle, peut faire des ravages. Car une fois encore, New-Orléans n’est pas forcément toujours citée parmi les outsiders. Mais avec ce Davis là, gare à ne pas sous-estimer NOLA.

L’action de la soirée 

Les repères sont déjà là pour les Pélicans

 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here