Basketball

Les Warriors sont-ils à leur place ?

Après leur saison tronquée avec les blessures de Klay Thompson, puis Stephen Curry au bout de quelques matchs, les Warriors revenaient revanchards cette année. Mais le jour de la Draft, Klay Thompson s’est re-blessé, en se rompant le tendon d’Achille. Alors que tout le monde les imaginait revenir tout en haut du classement, il semblait évident en début de saison que cela allait être compliqué pour la bande à Curry. Aujourd’hui 8e avec 14 victoires pour 12 défaites, Golden State est une très bonne attaque (11e) mais peine en défense (21e, avec 112,6 points encaissés/match).

Un leader toujours aussi présent 

Stephen Curry reste le leader des Warriors. C’est SA franchise, et elle le restera jusqu’à sa retraite. Alors qu’il a battu son record au scoring face à Portland (62 points), Curry retrouve son aisance derrière l’arc (44%) et sa moyenne de points n’a jamais été aussi haute depuis sa saison de MVP unanime en 2015-2016. Cette saison là, il avait dépassé les 30 points par match en étant injouable sur la quasi-totalité des matchs. 2e scoreur de la Ligue (30 points/match), il drive totalement son équipe et en attaque tout passe par lui. Sa moyenne de passes décisives n’est pas si loin de sa moyenne en carrière (5,9 contre 6,6), ses 5,5 rebonds pris par match et son interception en moyenne montrent son implication totale dans le jeu des Warriors.

Une équipe solide autour de lui mais sans véritable lieutenant 

Même avec Curry, le basket se joue à cinq. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’était pas facile de jouer à cinq en début de saison. L’intégration de Wiseman et d’Oubre Jr, l’absence de Klay et de Draymond Green, rien n’était facile pour Steve Kerr et ses assistants. Draymond Green, pour commencer, a raté les quatre premiers matchs de la saison. Mais depuis son retour, tout va mieux. Ses stats sont celles d’un Draymond Green, pas impressionnantes mais tellement impactantes dans le jeu des Warriors. Facilitateur du jeu, Draymond reste l’âme de Golden State, et sa réintégration immédiate dans le 5 majeur a permis l’enchaînement des victoires.

James Wiseman, le rookie drafté en #2 par Bob Myers et les dirigeants, réussit un début de saison convaincant, malgré quelques errances en défense. Meilleur rebondeur de l’équipe (6,1 rebonds pris en moyenne), il est surtout influant en attaque. À un poste où les Warriors n’avaient que des role players depuis des années, le futur semble avoir pris rendez-vous avec le pivot de 2,13m. Bon au tir (50%, dont 41% à 3 points avec une tentative par match environ), et actif au contre (1,3), son association avec Draymond Green aux postes 4-5 pourrait faire des ravages. Néanmoins une blessure au poignet l’éloigne des parquets depuis le 2 février, et il ne devrait pas revenir avant une bonne semaine.

Il reste les deux postes extérieurs. deux postes comblés par des nouveaux (même si Wiggins est là depuis le trade contre D’Angelo Russell) et forcément, il y a des automatismes à trouver. Le dernier nommé, Andrew Wiggins, fait un début de saison très honnête au scoring, avec seulement trois matchs sur vingt-quatre en dessous des 15 points. Ainsi, il s’affirme comme une deuxième option offensive fiable pour les Warriors. Son pourcentage au tir extérieur (37%) est honnête pour un joueur prenant régulièrement des tirs compliqués. Il contribue également au rebond (4,7 rebonds de moyenne) et en défense (1,3 contre).

Celui qui occupe le poste 2 n’apporte en revanche que peu de satisfaction aujourd’hui. Kelly Oubre Jr, baladé entre le Thunder puis les Warriors (contre un 1er tour de draft 2021), réalise un début de saison horrible au niveau du shoot. Alors qu’il aurait pu être cette deuxième option offensive, ses 13,8 points par match ne permettent pas de combler, ne serait-ce qu’un peu, l’absence de Klay Thompson, qu’il remplaçait numériquement. À 3 points, ses pourcentages sont parmi les pires de la Ligue (30%, et même 13,7 points sur ses 10 premiers matchs). Steve Kerr lui fait visiblement confiance, et dans une saison où Golden State ne jouera probablement pas la bague, un Kelly Oubre Jr à 14/15 points par match semble donner satisfaction à son staff.

Sur le banc, Kevon Looney, Kent Bazemore, Damion Lee, Brad Wanamaker, Jordan Poole et Michael Mulder oscillent entre 3,5 et 7 points par match, et seul Eric Paschall, malgré son shoot à 3 points assez irrégulier, surnage sur le banc des Warriors.

Cette saison sera probablement une nouvelle saison de transition pour les Warriors, même si la présence de Stephen Curry, qui veut prouver après sa blessure l’an passé, emmènera normalement la franchise en playoffs. Si Klay Thompson revient à 100% la saison prochaine, cet effectif pourrait de nouveau jouer les premiers rôles, avec cette fois-ci un vrai pivot en la personne de James Wiseman. Golden State semble être un poil à gratter dans cette saison particulière, et personne n’aura envie de les jouer en playoffs à cause de ce duo Curry-Draymond rempli d’expérience.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire