Liège-Bastogne-Liège 1980 : Bernard Hinault gagne sous la neige

0

Le 66e Liège-Bastogne-Liège a eu lieu dans des conditions hivernales. Bernard Hinault y a remporté l’une des plus belles victoires de sa carrière après 244 kilomètres de course. Seulement, 21 coureurs a fini cette course. Pour dire que trois jours avant, La Flèche Wallonne s’était disputée sous une forte chaleur.

D’abord, au départ de Liège, les coureurs se sont élancé sous de fortes chutes de neige. Après seulement une heure de course, plus de 60 coureurs ont posé pied à terre. Les premiers abandons ont eu lieu après seulement 12 bornes de course avec des noms comme Lucien Van Impe et le lauréat de la Primavera, Pierino Gavazzi .

Ensuite, deux courageux ont décidé d’ouvrir la route : Rudy Pevenage – 2e du Tour de Suisse 1979 et le lauréat du Grand Prix de l’Escaut Ludo Peeters. Pévenage a abordé seul en tête la côte de Wanne avec une avance de 2’15 malgré une crevaison. Héroïque, le Flandrien résiste jusqu’à la Haute-Levée mais il a subi une nouvelle crevaison. Le peloton a encore perdu de gros noms comme Pollentier ou Sarroni. Un rayon de soleil au ravitaillement a permis à Hinault de ne pas abandonner. Le seul équiper du Blaireau, Maurice Le Guilloux, a donné ses dernières forces pour protéger son leader. Le public, quant à lui, tentait d’enlever la neige de la route.

À 80 km de l’arrivée, Bernard Hinault entame sa chevauchée fantastique, une épopée dantesque jusqu’au boulevard de la Sauvenière de Liège. Il a faussé compagnie à Henk Lubberding (Ti-Raleigh), Silvano Contini (Bianchi) et Thurau (Puch-Campagnolo-Sem). Alors que Kuiper a effectué sa remontée.

Dans les bosses, Bernard montait à son allure les dernières côtes du parcours (le col du Rosier, les côtes de la Vecquée, de La Redoute, de Sprimont, de la Roche-aux-Faucon et de Saint-Nicolas) et il augmentait son allure dans les portions plus roulantes.

Dans Liège, il a eu le temps de croiser ses équipiers au chaud derrières les fenêtres de l’hôtel Ramada alors qu’il lui restait quelques minutes d’effort.

Enfin, le Français à la cagoule rouge a remporté la course avec 9’24 d’avance sur Hennie Kuiper et avec les deux majeurs complètement gelés et qui n’ont toujours pas retrouvé toute leur sensibilité. Le Néerlandais a été victime d’un incident avec une moto dans la côte de Stockeu, à un moment décisif puisque Hinault avait déjà attaquer.  Pour compléter le podium, Ronny Claes a battu Fons De Wolf à 10’34” du Français. Alors que le dernier a passé la ligne a été Jostein Wilmann à 27 minutes.

Ainsi, le Breton a inscrit son nom pour la deuxième fois au palmarès de La Doyenne après 1977. Bernard Hinault a toujours considéré cette Classique comme une des plus belles courses. D’ailleurs, plus aucun Français a gagné ce Monument. Malheureusement pour lui, le mauvais temps lors de la Grande Boucle l’obligera à abandonner en raison d’une tendinite au genou.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here