Ligue 1 Conforama : Si vous n’avez pas suivi la 35ème journée

Paris à nouveau accroché, Lyon et Lille se quittent sur un nul, St Etienne se rapproche du podium, Marseille dit quasiment adieu à l’Europe et la course au maintien toujours indécise mais un peu plus précise : retrouvez votre rattrapage hebdomadaire, si vous n’avez pas suivi la 35ème journée de Ligue 1.

Paris toujours au ralenti contre Nice

Il est grand temps que la saison se termine pour le PSG. Avec un seul succès depuis le 3 avril – et encore contre une pâle équipe de Monaco (3-1) – Paris vit une période très compliquée, la pire depuis l’arrivée des Qataris. Entre le nul concédé face à Strasbourg (2-2), la fessée reçue à Lille (5-1), la défaite à Nantes (3-2), la perte de la Coupe de France face à Rennes et le revers à Montpellier (3-2) en milieu de semaine dernière, cela fait beaucoup. Samedi, les Parisiens recevaient Nice pour enrayer leur série, cela s’est à nouveau soldé par une désillusion. Les Niçois ont fait douter leur adversaire en ouvrant le score à la 46ème minute par l’intermédiaire d’Ignatius Ganago, et auraient même pu doubler la mise dix minutes plus tard au terme d’un festival de Youcef Atal qui s’est soldé par une barre d’Allan St Maximin. C’est à l’heure de jeu que Neymar relançait la machine en égalisant sur penalty, et le PSG en a même bénéficié d’un deuxième dans le temps additionnel. Mais Walter Benitez a repoussé la tentative d’Edinson Cavani, sauvant le point du nul. Un exploit pour Nice, un énième faux-pas pour Paris, qui devra encore tenir trois matchs avant d’en finir avec ces mois laborieux.

Comme à l’aller, Lyon et Lille se quittent sur un 2-2

Autre équipe en doute, l’Olympique Lyonnais semblait avoir repris du poil de la bête avec ses deux succès consécutifs contre Angers (2-1) et à Bordeaux (2-3). De quoi aborder sereinement le choc face à Lille hier au Groupama Stadium, un concurrent direct pour la Ligue des Champions. La mission était simple : gagner, pour revenir à trois longueurs du LOSC a trois journées de la fin. Les Rhodaniens ont démarré tambour battant, récompensés par l’ouverture du score de Martin Terrier, l’homme en forme du moment, sur une passe de Memphis Depay. Mais à mesure que la rencontre avançait, les opportunités se sont fait plus rares pour l’OL, et plus pressantes pour les Lillois. C’est donc logiquement que les Dogues profitaient de deux erreurs défensives adverses pour égaliser (Loïc Rémy à la 50ème) et reprendre l’avantage grâce à Boubakary Soumaré à la 69ème. Voyant le podium lui échapper, Lyon a lutté pour revenir, et y est parvenu sur une repris de Léo Dubois à la 74ème. Le score ne bougera plus, un partage de points somme toute logique, qui assure quasiment la deuxième place à Lille. Lyon en revanche devra batailler pour garder sa troisième place, car les Verts poussent derrière. Le choc à Marseille dimanche prochain s’annonce capital.

St Etienne met la pression sur Lyon

A l’inverse de son rival historique, St Etienne cartonne actuellement. Avant de se déplacer à Louis II, les Verts restaient sur cinq victoires en six matchs, de quoi avoir quelques certitudes pour une rencontre compliquée mais qui s’annonçait décisive. Menés 1-0 dès la 18ème minute sur un but de Gelson Martins, les Stéphanois ont eu du mal à rentrer dans leur match, et ont mis une bonne mi-temps avant de réagir. Et quelle réaction ! A partir de l’heure de jeu, tout s’est accéléré pour l’ASSE, avec tout d’abord l’égalisation obtenue sur un csc de Fodé Ballo Touré à la 59ème, puis l’avantage repris grâce à Rémy Cabella à la 71ème, et enfin le troisième but inscrit par Arnaud Nordin à la 80ème. La réduction de l’écart de Carlos Vinicius dans le temps additionnel restera anecdotique, ce sont bien les Verts qui ont réalisé le coup parfait, en revenant à un petit point de Lyon au classement. Avec le calendrier respectif des deux formations, St Etienne a clairement un coup à jouer, la pression est dans le camp lyonnais. Pour Monaco, cette défaite confirme que la fin de saison risque d’être angoissante, avec trois longueurs d’avance seulement sur le barragiste Caen. Compliqué, pour une formation qui n’a plus gagné depuis le 15 mars.

Marseille ne prend qu’un point à Strasbourg et dit quasiment adieu à l’Europe

Comme ses homologues du haut de tableau (mis à part Lille et St Etienne), Marseille n’est pas au mieux. Mais à la différence de ses adversaires, l’OM est en fâcheuse posture pour décrocher une qualification en coupe d’Europe l’an prochain. Le déplacement à Strasbourg vendredi était vital pour les Marseillais, car il fallait impérativement l’emporter pour conserver un tout petit espoir de terminer quatrième. Les Phocéens y ont cru pendant moins de vingt minutes, car après le but de Valère Germain à la 48ème, Adil Rami concédait un penalty transformé en trois temps par Kenny Lala (65ème). Les Strasbourgeois ont tout fait pour garder le point du nul, et ont fini par le faire contre une équipe de Marseille empruntée, à l’image d’un Mario Balotelli aux abonnés absents. Conséquence, avec le succès de l’ASSE et le nul de Montpellier, Marseille a perdu une place (sixième), et à vraisemblablement dit adieu à l’Europe, car l’écart est à présent de sept points. A moins que Lyonnais et Stéphanois s’écroulent totalement, cette nouvelle saison blanche de l’OM ne sera même pas sauvée par une place européenne. Catastrophique pour une formation qui ne cesse d’afficher de grosses ambitions, mais qui enchaîne les mauvais choix.

La situation se précise en bas de tableau

Chaque journée, la donne change : Guingamp barragiste puis Dijon, puis Caen, cela s’alterne depuis deux mois. Mais alors qu’il ne reste plus que trois rencontres à disputer, on commence à y voir un peu plus clair. Si mathématiquement tout est encore possible, Guingamp est distancé, et Dijon devrait suivre en fonction des résultats. Ce week-end, aucune équipe de la treizième à la vingtième place n’a gagné, ce qui laisse encore Monaco et Amiens vulnérables,avec respectivement trois et quatre point d’avance sur la zone rouge. Lors du duel de la peur, les Guingampais n’ont pas su prendre le meilleur sur les Caennais, alors qu’il s’agissait peut-être du match de la dernière chance (l’En Avant pointant à cinq longueurs de Caen). De même pour Dijon, qui a pris une gifle à Nantes (3-0). En termes de calendrier, Guingamp a un léger avantage, mais les signes s’accumulent en faveur d’une descente. Une chose est sûre, le suspense est bien là, et ce feuilleton du maintien devrait nous tenir en haleine jusqu’au bout. Sans parler des barrages ensuite, contre une Ligue 2 qui sera plus que motivée.


Les résultats

  • Strasbourg 1 – 1 Marseille
  • Paris 1 – 1 Nice
  • Bordeaux 0 – 1 Angers
  • Guingamp 0 – 0 Caen
  • Reims 0 – 3 Nîmes
  • Montpellier 1 – 1 Amiens
  • Nantes 3 – 0 Dijon
  • Toulouse 2 – 2 Rennes
  • Monaco 2 – 3 St Etienne
  • Lyon 2 – 2 Lille

Retrouvez le classement sur ce lien.

Prochaine journée : 

Vendredi 10 mai : St Etienne / Montpellier

Samedi 11 mai : Angers / Paris, Amiens / Toulouse, Caen / Reims, Dijon / Strasbourg, Nice / Nantes, Nîmes / Monaco

Dimanche 12 mai : Rennes / Guingamp, Lille / Bordeaux, Marseille / Lyon

 

Source image : eurosport.fr

Poster un commentaire

sed dapibus commodo justo Praesent vulputate, tempus Sed ut luctus