Football

Ligue 1 : l’OL en mission au Vélodrome

Ce dimanche à 21 heures, l’Olympique de Marseille reçoit Lyon pour le 117e « Olympico » de l’histoire. Face à un OM en pleine crise, les hommes de Rudi Garcia ont l’occasion de reprendre la deuxième place, occupée par le PSG.

Le choc des Olympiques a toujours une saveur particulière. Mais cette fois peut-être encore plus que les autres. Ce soir, au Vélodrome, c’est le choc du renouveau face à l’éternel. Le renouveau, tout d’abord, celui d’un Olympique Lyonnais, qui, après une saison privée de compétition européenne, peut de nouveau rêver de titre, 13 ans après son dernier sacre. L’éternel, ensuite, incarné par cet OM en crise perpétuelle, qui ne parvient toujours pas à retrouver sa stabilité, et s’embourbe dans le ventre mou du championnat.

Une faim de Lyon

Lorsque les deux équipes se sont affrontées pour la dernière fois en championnat, le « choc » avait eu l’effet d’un pétard mouillé. Face à un OM réduit à 10 au bout de 20 minutes, les Lyonnais avaient dû se contenter d’un match nul (1-1), au terme d’un match d’une pauvreté effarante. Mais depuis, les choses ont bien changé. Après son début de saison morose, l’OL s’est ressaisi, et n’a perdu que deux rencontres, sur les 23 dernières. Revenus dans la lutte pour le titre, les hommes de Rudi Garcia sont désormais lancés, et tiennent le rythme imposé par le LOSC en tête du classement, malgré un léger faux-pas face à Montpellier (défaite 2-1) il y a deux semaines.

Ce retour en grâce, c’est d’abord celui de Rudi Garcia. Vivement critiqué par les supporters lyonnais à son arrivée, l’ancien entraîneur de Marseille s’impose peu à peu, au fil des rencontres. Après un début de championnat catastrophique, il a su remettre en cause la défense à trois – qui avait pourtant fait des merveilles en Ligue des Champions – pour revenir à 4 derrière. Un choix, payant, qui a permis à Mercelo et Denayer de retrouver davantage de sérénité. Ce succès, c’est aussi celui de Memphis Depay, qui, après un été agité, où il est passé tout près de signer au Barça, est bien revenu à 100% sur les bords du Rhône. Avec 14 buts et 7 passes décisives, il a su parfaitement rebondir pour affirmer son statut de leader à l’OL.

L’OM « revolution’s project »

Du côté de la Cannebière, en revanche, l’heure n’est pas encore au renouveau, mais à la révolution. Un mois après la prise de la Commanderie, les supporters marseillais ont enfin réussi à obtenir la tête de président Jacques-Henri Eyraud, qui cristallisait les rancœurs depuis plusieurs saisons. Dans le même temps, Franck McCourt – propriétaire de l’OM – annonçait la nomination de Pablo Longoria au poste de directeur, ainsi que l’arrivée sur le banc phocéen de Jorge Sampaoli. Des noms qui semblent davantage en odeur de sainteté à Marseille.

https://static.onzemondial.com/photo_article/459081/192131/1200-L-om-la-premire-raction-de-pablo-longoria-aprs-sa-nomination-au-poste-de-prsident.jpg

Pablo Longoria, nouveau directeur de l’Olympique de Marseille. Crédits : Icon Sport

Sur le terrain en revanche, la révolte se fait encore attendre. Et pour cause, avec des leaders aux abonnés absents, l’OM ne parvient pas à trouver son Robespierre. Avec deux nuls et deux victoires lors de ses quatre derniers matchs, les Phocéens sont parvenus à éteindre l’incendie, mais ce léger sursaut est très loin d’être suffisant. Empêtrés en septième position, ils vont devoir réagir rapidement s’ils veulent espérer accrocher la cinquième place, synonyme de qualification pour la Conference League dont la première édition se tiendra l’an prochain. Un moindre mal, à l’aube de la version 2.0 du « Champions Project », dont la première phase n’aura pas tenu ses promesses

Match à suivre sur Canal + à 21 heures.

Crédits illustration : Icon Sport

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire