Rennes-PSG, au bon souvenir de la Coupe de France

Ligue 1 – Rennes-PSG : une histoire de coachs

En clôture de la deuxième journée de notre bonne vieille Ligue 1, Rennes-PSG peut apparaitre comme un match déséquilibré. Puisque c’est le cas de 99% des matchs du club de la capitale sur le plan national, et si ce match était en réalité celui de deux coachs ?

Les cinq premières journées d’un championnat sont comme les cinq premiers rendez-vous d’une relation amoureuse, déterminantes. Si votre crush vous a emmené dîner dans un McDo pour votre premier rendez-vous, il y a de la chance que votre histoire sente la frite et le détergent ; si vous repartez avec 5 pions dans la musette de votre premier match de la saison, il y a des chances que votre futur s’écrive sur une boîte de pizza. Julien Stéphan le sait, et le bon départ (quoique heurté) de son équipe la semaine dernière contre Montpellier serait de nature à le rassurer.

Futur crack des bancs français

Mais tout le monde le sait, le plus difficile, c’est de concrétiser et de transformer le petit miracle d’un premier rendez-vous réussi en un deuxième au cours duquel on trouve encore des choses à se dire, des anecdotes à raconter et que la magie finalement opère pour de bon. Ça aussi, Julien Stéphan le sait et le Rennes-PSG de ce soir est pour lui l’occasion de prouver que son statut de futur crack des bancs français n’est pas usurpé.

En reprenant la direction de l’équipe de Rennes en décembre dernier à la suite du limogeage de Sabri Lamouchi, Julien Stéphan a rapidement eu l’occasion de prouver que les dirigeants bretons ne s’étaient pas trompé et a transformé ce qui devait être un intérim en contrat ferme courant jusqu’en 2020. Un huitième-de-finale d’Europa League et une Coupe de France plus tard, l’heure est à la confirmation pour le Rennais. Meneur d’hommes, tacticien ouvert et capable de s’adapter, Julien Stéphan synthétise ce qu’on attend d’un technicien français depuis… depuis qu’on a arrêté de compter les années en vérité. Il a prouvé en tenant la dragée haute au Betis Séville, Lyon, Lille, Arsenal ou le Paris Saint-Germain qu’il pouvait insuffler ce supplément d’âme et d’envie à une équipe qui n’est pas naturellement née pour ce genre de performances.

ThomTu Ninja

Sur le banc adverse du Roazhon Park, ce Rennes-PSG sera aussi l’occasion pour Thomas Tuchel de démontrer. D’abord que son système hybride fonctionne contre une autre adversité que celle du Nîmes Olympique à Parc des Princes. Sur le papier, c’est un 4-3-3 ; en phase offensive, c’est un 2-4-4 ; en phase défensive, un 5-3-2. Thomas Tuchel n’a rien inventé et la mobilité d’un système entre les différentes phases de jeu est peut-être aussi vieille que l’histoire du football. Mais le parti pris du technicien allemand est suffisamment nouveau dans l’histoire récente du coaching du PSG pour qu’il utilise Marquinhos, auparavant indiscutable défenseur central, en milieu défensif.

Tuchel doit aussi démontrer qu’il est capable de trouver des solutions, et lui aussi de faire preuve d’adaptabilité et de leadership humain. Car, sans aller jusqu’à dire que le Stade Rennais est devenu le nouveau chat noir du club de la capitale, les résultats des derniers Rennes-PSG pourraient pousser les plus tuchelosceptiques à penser que Julien Stéphan a pris un avantage mental sur ThomTu. La défaite du PSG en finale de Coupe de France d’abord, la victoire très laborieuse des Parisiens dans le Trophée des Champions ensuite, autant de signes que Julien Stéphan sait faire et saura probablement refaire.

Réponses après ce Rennes-PSG autour de 22h45 : s’adapter ou mourir.

Compositions probables

Rennes : Salan-Gelin-Traoré-Nyamsi-Maouassa-Grenier-Camavinga-Bourigeaud-Del Castillo-Niang
PSG : Areola-Meunier-Silva-Diallo-Bernat-Marquinhos-Draxler-Verratti-Di Maria-Cavani-Mbappé

A propos de l'auteur

Fan de foot mais aussi de Serie A, je prends autant de plaisir à voir jouer Gilles Simon qu'à attendre une arrivée au sprint entre les Alpes et les Pyrénées. Talking Heads et Panetonne.

Poster un commentaire

dapibus et, Lorem venenatis, sit suscipit Aliquam pulvinar ut elit.