Champions League

Ligue des Champions : le Real en danger, vraiment ?

Défait en ouverture par le Shakhtar Donetsk à domicile, le Real Madrid a décroché un nul inespéré face à Mönchengladbach (2-2), entretenant l’espoir d’une qualification pour les 8e de finale de la Ligue des Champions. Derniers d’un groupe très relevé à l’issue de la deuxième journée, les Madrilènes voit leur marge de manœuvre se réduire avant une double confrontation de tous les dangers face à l’Inter Milan. 

 

Une équipe à réaction 

Immortel Real Madrid. En déplacement au Borussia-Park pour y défier le Borussia Mönchengladbach mardi dernier, les Merengues ont frôlé la correctionnelle. Venus avec l’ambition de se racheter après une défaite inattendue face au Shakhtar Donetsk lors de la première journée (2-3), les hommes de Zidane s’en sont comme souvent remis à leurs hommes forts pour éviter un revers qui aurait considérablement assombri leur horizon en vue d’une qualification pour les 8èmes.

Bien que dominateurs en début de rencontre, les visiteurs ne sont pas parvenus à faire la différence en attaque, la faute notamment à des latéraux peu inspirés sur leurs centres et à un trio offensif loin d’être complémentaire. Au contraire, ce sont les joueurs de Gladbach qui ont ouvert le score, avant de doubler la marque juste avant l’heure de jeu. Un doublé de Marcus Thuram, bien servi par Alassane Pléa et profitant d’une arrière-garde madrilène apathique, a mis les siens sur orbite (2-0, 58e).

Dos au mur, les Madrilènes n’ont cependant pas abdiqué, montrant une nouvelle fois toutes leurs ressources mentales pour revenir dans la partie. Bien qu’agacé par la piètre prestation de son compère Vinicius Jr., Karim Benzema a d’abord pris ses responsabilités pour remettre son équipe dans la rencontre (2-1, 87e), avant que Casemiro ne soit à la conclusion d’un mouvement amorcé par une passe géniale de Luka Modric, pour égaliser et délivrer les siens dans le temps additionnel (2-2, 90e+3).

Comme lors du dernier Clasico, les champions d’Espagne se sont sublimé lorsqu’ils étaient en difficulté, pour offrir un nouveau sursis à Zinédine Zidane. Critiqué dans la presse ces dernières semaines, le technicien français semble disposer du soutien inconditionnel de ses hommes pour continuer de mener la barque madrilène. Un état d’esprit symbolisé par les cadres de l’équipe que sont Benzema, Ramos, Courtois ou encore Casemiro, très souvent au niveau lorsqu’il s’agit de sortir le Real du marasme.

 

Quelle suite dans cette poule B ?

Au classement, le Real Madrid profite du match nul entre le Shakhtar et l’Inter (0-0) pour ne se retrouver qu’à trois points de la première place de la poule, et à deux points de la deuxième et troisième place. Sur le papier, nul doute que la Maison Blanche doit se qualifier pour la phase à élimination directe de la plus belle des compétitions européennes. Disposant du meilleur effectif parmi les équipes composant la poule B, le Real devra bien négocier la double confrontation qui se profile face à l’Inter Milan, pour envisager une suite (heureuse) dans la compétition.

Pour contrer la formation de Conte, Zidane devra mettre davantage de densité au milieu de terrain que ce que l’on a pu voir lors des dernières rencontres, afin d’éviter que des joueurs comme Brozovic puissent alimenter le duo Lukaku-Martinez dans les meilleures conditions. Il sera également primordial pour l’entraîneur français de trouver une animation défensive suffisamment équilibrée pour ne pas être mis en grandes difficultés par les schémas offensifs bien définit des Nerazzurri.

Si les Merengue parviennent à montrer l’état d’esprit des grands soirs d’ici la fin de la phase préliminaire, ces derniers devraient pouvoir se donner les moyens de combler leur retard d’ici la sixième et dernière journée. Dans une poule où Mönchengladbach a déjà lâché des points importants lors des deux premières journées, et où le Shakhtar caracole en tête mais propose un jeu stéréotypé qui pourrait ne pas lui permettre de tenir la distance, le Real a les clés.

Cependant, il faudra très vite que les coéquipiers de Sergio Ramos inversent la tendance pour ne pas se retrouver en position délicate courant novembre. Ils pourront en tout cas compter sur un Eden Hazard revenu de blessure et plus déterminé que jamais à justifier l’investissement et les espoirs placés en lui.

 

Crédit phot de l’image en Une : Crumpi

 

Grégoire Allain

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
dolor. in ipsum odio adipiscing justo eget Curabitur id efficitur. massa libero