LNB : Leaders Cup : Monaco, jamais deux sans trois

0
Ligue 1

Et de 3 pour la Roca Team ! Victorieuse en 2016 et 2017 pour ces deux premières apparitions à l’ex semaine des As, l’équipe princière à remit ça ce week-end, en se débarrassant du Mans, pourtant équipe en forme de Pro A. Monaco a parfaitement géré son calendrier, en écrasant Bourg vendredi puis l’ASVEL samedi, avant de s’imposer avec autorité devant le MSB. Il faudra assurément compter avec l’ASM Basket cette saison.

Une volée pour commencer

Dans le dur actuellement, défait 2 fois en Ligue des Champions et une fois en championnat récemment, les Monégasques arrivaient fatigués, un peu en doute à Paris, pour cette leaders cup dont ils sont double tenant du titre. Du moins, c’est ce que l’on croyait. Dès le premier match, en ouverture de cette compétition qui regroupe les 8 meilleures équipes de Pro A sur la phase aller, la Roca Team a remit les pendules à l’heure. Un début de match tambours battants, et une avance déjà confortable à la mi-temps (+22) grâce à un Gerald Robinson en feu (21pts avant la pause). Méconnaissable, Bourg, l’une des belles surprises de cette première partie de saison, n’entra jamais dans son match, enchaînant les pertes de balles. Monaco n’eut même pas besoin de forcer son talent pour s’imposer, avec 27pts d’écart, soit le plus gros écart jamais enregistré dans cette compétition. Sans soucis les Monégasques se sont qualifiés, grâce à un Aaron Craft des grands soirs, auteur de 7 interceptions et 6 passes décisives. Il aura été le grand bonhomme de ce premier match, mettant à mal Sim et Jetter, les deux meneurs adversaires, et plus généralement la JL Bourg, auteur de 22 pertes de balle durant la partie !

La confirmation

L’affrontement avec l’ASVEL, victorieuse d’une partie intense et indécise contre Strasbourg en quart de final, devait être d’un tout autre acabit. Les deux riches du basket Français, candidat au titre LNB en fin de saison devaient offrir une rencontre digne des matchs de play-offs. Raté. Pourquoi ? Tout simplement car la Roca Team a dégoûté les hommes de TJ Parker, verrouillant à merveille le jeu, en défendant dur, notamment sur le duo de sniper Slaughter- Roberson, limité à deux petits points en première période, et 13 pertes de balle au total. Beaucoup trop pour espérer inquiéter les coéquipiers de DJ Cooper, auteur d’une belle prestation (12pts, 8asts). Malgré cela, le match était encore équilibré jusqu’en début de 3ème quart temps. Et puis l’ASVEL a commencé à couler, doucement mais sûrement, amputée par les fautes de Kahudi et de Watkins, qui a d’ailleurs largement perdu son match up de poste 5 avec Kikanovic (13pts). Mais aussi et surtout de la blessure de Roberson, sorti juste avant la mi-temps, se tenant la cuisse.  Malgré un bon passage de Slaughter dans l’avant dernier quart, les Villeurbannais ne purent revenir, Gladyr et Robinson se chargeant de porter l’estocade en fin de rencontre, pour permettre à Monaco de toujours garder une dizaine de points d’avance, et ce jusqu’au buzzer final. En deux matchs, les hommes de Mitrovic n’ont encaissé que 66pts de moyenne. Habituellement portée sur l’offensive, l’équipe princière montre qu’elle dispose de plus d’une corde à son arc, et confirme qu’elle sera encore difficile à aller chercher, alors que se profile la finale.

Un nouveau trophée

Et en finale, ce sera Le Mans, l’équipe en forme du moment. Surtout le MSB vient de s’imposer contre Monaco en championnat, et aura donc un petit avantage psychologique. les Manceaux restent, de plus, sur 3 grosses performances, en étant aller s’imposer à Nanterre, puis à domicile contre Monaco donc et Limoges. Du coup les Sarthois sont en tête de la Pro A. Mais Monaco était beaucoup trop fort ce week-end et va le confirmer. S’appuyant sur un Youssoupha Fall dominant dans la raquette, les Manceaux entamèrent mieux le match (11-4 après 3min). C’est alors que la machine Roca Team se mit en place. Sous l’impulsion d’un DJ Cooper, élu par ailleurs MVP, et auteur de 7pts et 4 passes dans ce premier quart, Monaco passe un 23-5 à son adversaire du jour pour s’envoler au score. Le Mans resta dans la partie, et le score était encore accroché à la mi-temps (46-38) grâce au bon passage du binôme Cobbs- Eïto. Monaco insista mais les Sarthois étaient toujours dans le coup, grâce à un bon Mykal Riley, toujours précieux (17pts, 6rbds). Monaco aura été plus perméable ce dimanche, mais ses leaders n’ont pas flanchés : Paul Lacombe 13pts, Kikanovic 17pts et Gerald Robinson 18pts n’ont pas tremblé dans le money time, alors que Roméo Travis et Eïto avaient fait le nécessaire pour maintenir le leader de Pro A dans le match. Mais rien à faire, Monaco était trop fort cette année encore.

Et maintenant, un titre en Pro A ?

3ème victoire consécutive donc pour la Roca Team, qui s’affirme sans doute comme le favori pour succéder à l’Elan Chalon, champion de France en titre. Mais les hommes de Mitrovic étaient déjà favoris l’année dernière, fort d’une équipe très complète (Fofana, blessé en ce moment, Ouattara, Wright, Bost, Davies, Gladyr…) et avait été surpris par l’ASVEL, en s’inclinant 2 fois à Louis II en quart de final. Néanmoins, la leçon semble retenue, et tous veulent éviter pareil déconvenue. En tout cas, vu le niveau actuel de Strasbourg, du Mans et les qualités de l’ASVEL, la fin de saison promet d’être riche en Pro A.

Valentin Martin

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here