L’OL et le Zénith se quittent dos à dos

On avait annoncé une rencontre disputée du côté du Groupama Stadium, ce fut le cas avec un match nul 1-1. Voici les notes de cet OL-Zénith.

 

Olympique Lyonnais

Lopes (6) : une sérénité et une efficacité devenues habituelles.

Dubois (5) : SECOND POTEAU DUB… Six mètres pour le Zénith.

Marcelo (6) : aligné grâce à sa taille, en dépit de toute qualité de footballeur. Et le pire, c’est que ça a marché.

Denayer (7) : un match de taulier. Nettement moins cool et accueillant que ce que ses dreadlocks pourraient laisser croire.

Koné (5) : +1 pour ses montées attendues depuis mi-août. -1 pour ses centres au troisième poteau.

Tousart (4) : sentinelle incapable d’initier une offensive. Serge Bosquet.

Mendes (4) : un jour sans pour le meneur de jeu brésilien.

Reine-Adélaïde (8) : Ndombé-qui ? Reine-Adélaïde, nouveau prince des Gones. Remplacé par Terrier (85e).

Traoré (3) : le feu brûle, l’eau mouille et Bertrand Traoré perd le ballon en repiquant sur son pied gauche. Remplacé par Cornet (77e).

Dembélé (3) : complètement cerné par deux molosses.

Memphis (10) : lorsque l’égérie We Sport s’apprête à conquérir l’Europe, elle commence doucement. Un pénalty, ça suffit pour montrer qui est le patron.

 

Zénith Saint-Pétersbourg

Louniov (6) : a répondu présent quand le jeu l’a demandé. Elève modèle.

Karavayev (4) : a bien contenu Memphis en première période, avant de vivre un second acte plus compliqué. Remplacé par Shatov (78e).

Ivanovic (6) : solide, 35 ans, une calvitie et un maillot rentré dans le short. Un joueur avec une dégaine de district qui performe en Ligue des Champions, c’est beau.

Osorio (4) : moins impactant que ses deux camarades en défense.

Rakytskiy (6) : une carrure à regarder Poutine droit dans les yeux. Et ça suffit pour contenir Dembélé pendant 90 minutes.

Jirkov (6) : un pied gauche et des centres qui ont mis le feu à plusieurs reprises dans la surface lyonnaise. Remplacé par Kuzyaev (64e).

Santos (5) : moins en vue que son compatriote et coéquipier Barrios au milieu de terrain.

Barrios (6) : une touche technique qui fait du bien au milieu de ses coéquipiers aux allures de videurs de boîtes de nuit.

Driussi (5) : a tenté d’accélérer le jeu de son équipe sans réelle réussite.

Azmoun (7) : simuler une blessure après une faute pour éviter de récolter un carton jaune, c’est fourbe. Mais marquer un but deux minutes après avoir simulé une blessure, c’est du génie. Finalement remplacé par Ozdoev (46e).

Dziouba (6) : Russe, grand, costaud, discret mais dangereux : un véritable méchant d’un film américain des années 80.

A propos de l'auteur

Plus à l'aise stylo en main que balle au pied. Etudiant en journalisme mais avant tout fan inconditionnel de football.

Poster un commentaire

eleifend dolor. vulputate, accumsan Sed consectetur porta. id,