Cyclisme

L’UCI revoit son système de points de classement et donne un sursis à Israël-Premier Tech

UCI

Après la relégation controversée du WorldTour en 2022, l'UCI a modifié son système de classement pour 2023, tout en accordant un certain répit à Israel-Premier Tech.

L'équipe Israel-Premier Tech était l'une des deux équipes du WorldTour, avec Lotto Soudal, qui seront reléguées au statut de ProTeam de deuxième division à partir de 2023, Alpecin-Deceuninck et Arkéa-Samsic les remplaçant après avoir obtenu une promotion au niveau supérieur du sport.

Le système était basé sur un classement de trois ans, de 2020 à 2022, mais la pondération et l'attribution des points se sont avérées controversées et l'organe directeur a maintenant cherché à rendre le système plus équitable. En outre, elle a cherché à rassurer Israel-Premier Tech en offrant à l'équipe des invitations garanties aux courses du WorldTour, à l'exception des trois Grands Tours.

Le système de points s'est avéré impopulaire auprès d'un certain nombre de coureurs et d'équipes, et pas seulement auprès de ceux qui se battent pour la relégation. Le principal sujet de plainte était le déséquilibre apparent entre les points disponibles pour les différents niveaux et types de courses, avec une pondération notable pour les courses d'un jour et peu de points pour les étapes d'une course par étapes. Par exemple, une victoire d'étape au Tour de France rapporte 120 points, tandis qu'une victoire dans une course d'un jour de troisième niveau 1.1, telle que Heistse Pijl, rapporte 125 points.

L'UCI revoit (enfin) son système

Les équipes menacées de relégation n'ont pas tardé à s'en rendre compte et ont modifié leurs stratégies pour cibler les courses les plus lucratives en termes de points plutôt que de prestige, cherchant souvent à placer plusieurs coureurs dans le top 5 plutôt que de gagner avec un seul.

Après des discussions avec les équipes, l'UCI a modifié le système pour le prochain cycle de points de trois ans, de 2023 à 2025. L'instance dirigeante n'a pas encore officiellement ajouté les spécificités du nouveau barème de points à son règlement, mais a publié un communiqué de presse vendredi pour présenter les changements. Les points seront plus nombreux lors des trois Grands Tours, tant pour le classement général final que pour les étapes individuelles. Il y aura également une catégorie distincte et une importance accrue pour les cinq Monuments d'un jour : Milan-SanRemo, Tour des Flandres, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège et Il Lombardia.

En ce qui concerne les autres courses par étapes, il y aura plus de points disponibles sur les étapes individuelles des épreuves WorldTour et ProSeries, et plus de positions permettant de marquer des points. Enfin, il y aura plus de points disponibles pour les derniers arrivés aux Championnats du Monde Route UCI et aux Jeux Olympiques.

Il y a également un changement important : les points d'une équipe ne seront plus limités à ses 10 premiers coureurs, mais à ses 20 premiers, ce qui est la taille minimale de l'effectif pour les équipes de deuxième division.

“Ces changements, qui serviront à creuser l'écart entre les points marqués dans les courses les plus prestigieuses et ceux des catégories inférieures, visent à encourager les équipes à engager leurs meilleurs coureurs dans les courses les plus importantes et à assurer une meilleure corrélation entre les points attribués et l'accomplissement sportif concerné”, peut-on lire dans un communiqué de l'UCI.

“Cette augmentation du nombre de coureurs vise non seulement à mieux refléter la force compétitive des équipes, mais aussi à réduire le risque que leurs meilleurs coureurs soient indisponibles pour une raison quelconque. L'augmentation du nombre de coureurs dont les résultats sont pris en compte contribuera à réduire la pression qui est actuellement imposée uniquement à un nombre limité d'entre eux, et qui peut entraîner une série de conséquences négatives (risques de blessures, nombre excessif de jours de course, tentation du dopage, etc).”

Israël-Premier Tech sera invitée aux courses du World Tour

UCI

Parallèlement au lancement de son nouveau système de points, l'UCI a fait une offre de paix à Israël-Premier Tech, dont le patron Sylvan Adams a lancé une tirade contre le système de relégation et menacé de poursuivre l'UCI en justice.

Le président de l'UCI, David Lappartient, a résisté aux appels en faveur d'un élargissement du WorldTour à 20 équipes à titre exceptionnel, mais a maintenant donné à l'équipe une petite consolation. L'équipe ne sera pas automatiquement invitée à participer au Grand Tour, et sa participation au Tour de France reste donc incertaine, mais elle aura désormais accès au reste du calendrier du WorldTour.

Ceci est similaire aux règles existantes qui ont donné à Lotto Soudal des invitations automatiques à toutes les courses du WorldTour en tant que l'une des deux meilleures ProTeams à partir de 2022, aux côtés de TotalEnergies. L'équipe Israel-Premier Tech a obtenu un score inférieur à celui de ces deux équipes en 2022 et n'avait donc accès qu'aux courses WorldTour d'une journée, ce qui inclut désormais les courses par étapes d'une semaine.

“Cette modification vise à maintenir la stabilité au sein des équipes, et est limitée à une année de transition – c'est-à-dire seulement pour 2023, venant comme elle le fait après trois années de bouleversements importants dus à la pandémie mondiale “, peut-on lire dans le communiqué de l'UCI.

Israël-Premier Tech n'a donc manqué l'accès aux trois Grands Tours que du fait de sa relégation. Avec Lotto Soudal et TotalEnergies qui ont refusé leur invitation au Giro d'Italia, l'équipe a de bonnes chances de participer au Grand Tour italien. Quant au Tour de France, leurs deux victoires d'étape de 2022 et la présence du quadruple vainqueur Chris Froome en font de sérieux prétendants à une place sur le Tour de France, aux côtés des prometteurs Uno-X et Euskaltel-Euskadi, qui sont l'équipe locale pour le départ du Pays Basque.


Dernières publications

En haut