Championnats du Monde

Mathieu Faivre champion du monde de géant, désillusion pour Pinturault

Mathieu Faivre a glané ce vendredi 19 février son premier titre de champion du monde de géant devant Luca de Aliprandini et Marco Schwarz. Grand favori, Alexis Pinturault a chuté lors de la seconde manche.

Ce matin, en se levant, Mathieu Faivre ne s’imaginait sans doute pas être champion du monde pour la deuxième fois en 72 heures. A vrai dire, même lorsque son destin était scellé, aux alentours de 14h40, il ne s’en rendait pas compte. L’Isolien n’a gagné qu’une seule fois en Coupe du Monde, c’était il y a plus de quatre ans, à Val d’isère. Sur cette quinzaine à Cortina d’Ampezzo, le skieur français repart avec deux titres sur les deux épreuves auxquelles il a participé.

Refaisons l’itinéraire de cette journée historique. La France attend depuis 53 ans un titre mondial en géant, 53 ans après un certain Jean-Claude Killy. Alexis Pinturault est l’ultra-favori. Vainqueur des trois dernières courses dans la discipline, déjà double médaillé sur ces Mondiaux, le natif de Moûtiers semble intouchable. Sur cette première manche, il justifie son statut. Du vert en bas et plus de deux secondes d’avance sur Kranjec. Un passage majestueux, digne des plus grands.

Quatre pour le podium

Finalement, ils sont trois à guetter la position de Pinturault. Après le run des sept premiers skieurs à la WCSL, la piste semble s’améliorer. Mathieu Faivre puis Alexander Schmid et Luca de Aliprandini se placent tous en six dixièmes, derrière le leader du classement général de la Coupe du Monde. Loic Meillard, 5e, est à plus d’une seconde de la première place. La piste est difficile, pas de mur digne d’Adelboden, mais un tracé entre ombre et lumière, une neige variable. Elle peut être salée ou glacée, les athlètes doivent faire attention où ils mettent leurs spatules.

Après le passage des 100 skieurs présents sur la liste de départ, c’est maintenant l’heure de la seconde manche. Si le Lituanien de 21 ans Andrej Drukarov et l’Argentin de 19 ans Tiziano Gravier ont étonné leur monde en se hissant dans les 30 meilleurs, tous les yeux sont pointés sur le haut du classement. Comme sur toutes les courses depuis le début de ces Mondiaux italiens, le suspens tient en haleine les fans.

Le Top 7 arrive et Marco Schwarz réalise le run référence, un ski solide, sans faute, pour mettre la pression à ses principaux adversaires. Juste après l’Autrichien, Loic Meillard ne montre pas assez ses qualités et dit adieu au podium. C’est au tour de Mathieu Faivre de s’éjecter du portillon de départ. Sur ce haut de parcours très tournant, le Français perd la ligne sur quelques courbes mais conserve une bonne vitesse. Ce sera la clé jusqu’à la ligne d’arrivée. Une nouvelle erreur de trajectoire un peu plus bas mais pas de quoi affoler l’ex compagnon de Mikaela Shiffrin. Il devance Marco Schwarz de 87 centièmes pour prendre la tête de ce géant.

Pinturault s’est manqué

Il n’en reste plus que trois au sommet de cette piste, Mathieu Faivre est tout proche d’une nouvelle médaille mondiale. L’Allemand Alexander Schmid est sur des oeufs sur la partie haute, son accroche est aléatoire et il va finalement rater une porte quelques secondes plus tard. Au pire, le bronze pour le Niçois. Luca de Aliprandini n’est jamais monté sur un podium en Coupe du Monde. L’Italien perd du temps tout au long de son run et vient se classer deuxième, à 6 dixièmes de Faivre.

La France est assurée d’avoir l’un de ses skieurs champion du monde avant même la dernière descente d’Alexis Pinturault. Les Bleus peuvent espérer un fantastique doublé, comme à Portillo en 1966. Le skieur de Courchevel démarre avec la même envie que ce matin, il est prêt à, de nouveau, dominer la manche. C’est là que le drame intervient. Faute d’intérieur à la 7e porte, pas possible de revenir sur ses jambes à temps. Alexis Pinturault n’avait plus abandonné en géant depuis les finales d’Are en 2018.

Cette faute permet donc à Mathieu Faivre d’être champion du monde. “Honnêtement, après le parallèle, je n’arrivais pas à comprendre pourquoi je ne croyais pas en ce que j’avais fait. Vraiment, maintenant, je n’arrive pas à y croire non plus. La deuxième manche a été compliqué mais je n’ai vraiment rien lâché. J’ai fait quelques fautes mais j’ai continué à m’engager et à produire du ski.” Sur une autre planète cette semaine, Faivre est l’un des hommes de ces championnats du monde avec Vincent Kriechmayr, lui aussi double champion du monde.

Deux autres français étaient en lice aujourd’hui. Thibaut Favrot s’est également fait piéger par une faute d’intérieur. Il a terminé dans les filets. Victor Muffat-Jeandet assure un Top 15 avec cette 13e place finale.

Crédits photo : AFP

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire