Mauvaises pioches – Episode 1



Le football peut parfois s’assimiler à un jeu de hasard, surtout en ce qui concerne le recrutement de nouveaux joueurs. Malgré tous les moyens actuels pour observer les joueurs, certains paramètres comme la faculté d’adaptation à un nouveau championnat, la situation familiale ou la propension aux blessures restent des facteurs qui apportent de l’incertitude dans le recrutement.

Premier épisode aujourd’hui d’une série sur les ratés des clubs de Ligue 1, ces joueurs dont seuls les plus fervents supporters des clubs concernés et les personnes ayant un sérieux problème d’addiction au football se souviennent. Cela tombe bien, je fais partie de cette seconde catégorie.

Philipp Hosiner – Stade Rennais – 2014/2015

(livefutbol.com)

Quand Philipp Hosiner débarque en Ille-Et-Vilaine à l’été 2014, l’attaquant autrichien jouit d’une réputation de jeune avant-centre qui monte et qui marque. 74 buts toutes compétitions confondues en 3 saisons entre 2011 et 2014, avec l’Admira Wacker puis l’Austria Vienne. Des statistiques qui le propulsent en équipe nationale pour la première fois en octobre 2011 pour une apparition éphémère avant de faire partie des sélectionnés de manière systématique entre février et octobre 2013. Au total 5 sélections pour 2 buts. C’est donc avec beaucoup d’espoir que le club rennais débourse un peu moins de 2M€ pour enrôler le buteur alors âgé de 25 ans. Un bon coup se dit-on. Pour ses six premiers mois en France, l’autrichien peine à convaincre et n’inscrira qu’un seul but en 13 apparitions, contre Marseille en Coupe de la Ligue. En janvier, alors barré dans la hiérarchie des attaquants par Ola Toivonen et Habib Habibou, le Stade Rennais répond favorablement à une demande de prêt du FC Cologne. Et cette décision ne va pas seulement changer sa carrière mais également sa vie. Durant la visite médicale, les médecins allemands lui détectent une tumeur au rein. L’autrichien entame alors le match le plus important de sa vie. Un match qui l’éloignera des terrains pendant 6 mois uniquement. Alors guéri de son cancer, le prêt vers Cologne verra le jour à l’orée de la saison 2015/2016. Hosiner disputera 16 matchs avec Cologne pour 2 buts marqués. De retour en France, il est vendu à l’Union Berlin, en deuxième division allemande pour 500’000€. Pour la saison 2017/2018 il marque deux buts en 22 matchs, l’autrichien peine à retrouver le chemin des filets de manière régulière, comme il a pu le faire dans la passée. Durant l’été 2018 il est à nouveau transféré, cette fois-ci dans son Autriche natale, à Sturm Graz, où il réalise un début de saison tout à fait correct avec 2 buts en 7 matchs. Maintenant âgé de 29 ans, Philipp Hosiner est peut-être passé à côté d’une carrière très différente, mais tout cela est secondaire. Il a vaincu le cancer et seul cela compte. Bravo Philipp.


Arnaud Bulher – FC Sochaux-Montbéliard – 2005/2006

(gettyimages.ca)

Quand il débarque dans le Doubs en 2005, Arnaud Bulher, latéral gauche suisse, formé au mythique Liverpool FC, sort de deux saisons pleines du côté d’Aarau en première division suisse. Alors international U21 suisse, le latéral est lancé directement dans le grand bain en tant que titulaire par Dominique Bijotat, l’entraineur de l’époque. Il participera aux 9 premiers matchs de championnat avant de disparaître de la circulation. Le milieu défensif de formation Guirane N’Daw lui est préféré pour occuper le poste d’arrière gauche. Malgré des tentatives pour le relancer début janvier 2006, le suisse ne parviendra jamais à passer le cap et à élever son niveau de jeu. Arrivé pour pallier les départs de l’excellent Jérémy Mathieu et de Grégory Paisley, la marche fut bien trop haute pour le suisse, difficultés techniques, oublis défensifs, chacune de ses apparitions ressemble à un calvaire. Prêté l’année suivante au FC Sion, le suisse y sera transféré définitivement en 2007. Il restera 7 saisons au sein du club helvète, où il s’imposera au poste de défenseur central. A 33 ans, il joue aujourd’hui au FC Bavois, au troisième échelon suisse.

Abraham Guié Guié – OGC Nice – 2012/2013

Abraham Guié Guié et la France, c’est en quelque sorte un amour d’été, sans lendemain. Débarqué à Tours en juillet 2010, en provenance du club hongrois de Honved, Guié Guié impressionne d’entrée au point d’établir un record en Ligue 2 : 9 buts lors des 6 premières journées de championnat. Derrière cette entame de championnat incroyable, l’ivoirien peine à confirmer et termine la saison avec 13 buts. Il n’en fallait pas plus pour que l’OGC Nice ne décide de l’engager à l’été 2011, pour un 1,5 M€. Mauvaise pioche. Durant cette saison, le transfuge de Tours portera le maillot niçois à 28 reprises, pour un seul petit but. Profitant des blessures à répétition de Xavier Pentecôte, l’ivoirien obtient beaucoup de temps de jeu malgré son inefficacité. A l’issue de cette saison, il est prêté un an à Lausanne, puis à l’Apollon Limassol à l’été 2013, avant d’y être transféré définitivement la saison d’après pour 400’000€. Il inscrira 33 buts en 96 matchs pour le club chypriote avant de revenir terminer sa carrière la saison passée à Orléans, où il ne disputera que deux petits matchs. Une carrière pleine de rebondissements pour Abraham Guié Guié, sous la lumière des projecteurs français le temps d’une dizaine de match en Ligue 2, avant de tomber dans l’anonymat.

Luan – Toulouse FC – 2009/2010

(foot01.com)

A l’été 2009, forts de leur 4ème place obtenue la saison précédente, le club Toulousain tente quelques coups avec les arrivées de Paulo Machado, très fructueuse, celle de Yohann Pelé, assez inspirée également, mais la signature d’un jeune gaucher brésilien de 21 ans ne va pas s’avérer être un coup judicieux. En effet, le jeune ailier sort d’une saison correcte avec Sao Caetano, mais évoluait alors en deuxième division brésilienne. Acheté 2,5 M€, le brésilien ne convainc pas du tout, malgré 18 apparitions sous le maillot du Téfécé. Trop juste physiquement, Luan n’a jamais réussi à s’imposer dans l’équipe d’Alain Casanova, qui venait de perdre Jérémy Mathieu, et qui à l’époque occupait ce poste de milieu gauche. Le vide était trop grand à combler pour le jeune brésilien qui se voit prêté dès l’été 2010 à Palmeiras, au Brésil. Auteur d’une bonne saison dans son pays natal, le Brésilien est vendu au club basé à Sao Paulo. Toulouse réussi même l’exploit de réaliser une plus-value en le vendant 3,15M€. S’ensuit une carrière où l’ex-toulousain voyagera à travers le Brésil, jouant pour Palmeiras, l’América-MG ou encore Cruzeiro. Une saison à Sharjah, dans les Emirats Arabe Unis restera avec Toulouse, sa seule expérience étrangère. Aujourd’hui âgé de 30 ans, Luan continue sa jolie carrière au Brésil, loin, très loin de la ville rose.

 

Adrien Laurent



Poster un commentaire

massa Aliquam elit. ipsum Aenean libero. risus libero quis, commodo