Miguel Indurain et le Tour : Episode 1, Miguel Indurain débute son ère sur le Tour 1991

0
Miguel Indurain Tour 1991
Ligue 1

Jusqu’à vendredi, We Sport vous proposera une série sur Miguel Indurain et le Tour. On commence aujourd’hui avec : Miguel Indurain et le Tour 1991.

Force en présence :

A l’aube de ce prologue lyonnais, LeMond – vainqueur en 1986, 1989 et 1990, Delgado – vainqueur en 1988 et Fignon, vainqueur en 1983 et 1984 s’annoncent comme les 3 favoris de l’épreuve. Mais Leblanc, équipier de Fignon ainsi qu’Indurain, équipier de Delgado sont les outsiders principaux. Mottet, Bugno, Chiappucci et Breukink sont à surveiller en cas de défaillance des favoris.
Niveau sprinteur, on notera la présence de Kelly, Van Poppel, Abdoujaparov et Jalabert.

Parcours :

Parcours Tour 1991
Parcours du Tour de France 1991

Départ et passage lyonnais :

Le prologue d’ouverture est remporté par Thierry Marie, qui endosse le premier maillot jaune. Si LeMond finit à 3″ du français, les autres perdent minimum 5″ sur l’américain. Le lendemain matin, LeMond se glisse dans l’échappée pour le conquérir. Chose qu’il va fire, malgré la victoire d’étape d’Abdoujaparov devant Kelly. Ensuite, l’après-midi, sur le chrono par équipes, l’Ariostea de Sorensen s’impose et permet aux danois de revêtir le maillot jaune. La bonne opération est à mettre au crédit de LeMond qui possède 1′ sur tous les autres favoris.

Transition jusqu’à la Normandie :

Puis pour l’arrivé à Reims, Abdoujaparov s’impose au sprint massif devant Ludwig et Kelly. Sorensen est toujours maillot jaune. Sur la 6è étape, Nijdam s’impose mais sur le final de l’étape, le maillot jaune danois Rolf Sorensen chute, se fracture la clavicule et abandonne le Tour. Greg LeMond, 2è du général “refuse de porter le maillot dans de telles circonstances”. Le lendemain en direction du Havre, il n’y aura pas de maillot jaune. Au départ d’Arras, Thierry Marie, éternel baroudeur et arrivant dans son coin coche cette étape et parvient à se mettre échappée. A l’arrivée, le normand aura toujours 1’54” et va s’imposer après 234 km d’échappe solo. Cerise sur le gâteau : Il endosse le maillot jaune. Le lendemain, Van Poppel s’impose à Argentan, sans changement au général.
La 8è étape est un chrono entre Argentan et Alençon sur 73 km (!) et voit la victoire du Roi Miguel pour 8″ sur LeMond, il venge alors, sans le vouloir, Laurent Fignon.

Affaire PDM :

Alors que l’épreuve bat son plein, PDM officialise son retrait de la course suite à “une intoxication alimentaire”. Breukink, Alcalá, Van Poppel et Kelly notamment quittent l’épreuve. Des tensions montent entre journalistes et Directeur sportifs ou la rumeur sur du dopage organisé enflent. Cette révélation aurait eu pour conséquence un malaise entre dirigeants et coureurs.

Bretagne avant les Pyrénées :

Pour la 1è fois de son histoire, un brésilien va s’imposer sur la route du Tour et il s’agit de Mauro Ribeiro devançant Jalabert à Rennes. Le lendemain Anderson s’impose tandis que Mottet va s’imposer à Saint-Herblain. LeMond est alors leader du général avec 2’17” sur Indurain, 3’11” sur Bernard, 3’51” sur Bugno, 4’20” sur Leblanc et 4’30” sur Perico Delgado.

Les Pyrénées :

Après le jour de repos, Leblanc, Fondriest et Richard attaquent dans le Col d’Ichère avant que le vainqueur l’étape précédente Mottet rejoint le trio en tête de course. Ce dernier va remporter sa 2 étape consécutive et ce à Jaca. Son compatriote Leblanc prend le maillot jaune. Le lendemain, c’est l’étape reine pyrénéenne avec 5 cols dont Tourmalet, Aspin et l’arrivée à Val Louron. Au sommet du 3è col, Indurain, Bugno, Chiappucci, Mottet, LeMond, Hampsten, Rué et Leblanc viennent de distancer Fignon et Delgado. Miguelon fait la descente du Tourmalet rejoint plus loin par LeMond et Fignon ainsi que Chiappucci, dans la vallée d’Aspin.
Par la suite, dans l’Aspin, LeMond et Fignon, défaillant, ne peuvent suivre Miguelon et Chiapucchi qui s’envolent et seront rejoint qu’à l’arrivée. Pendant ce temps, derrière, LeMond accroché par une voiture suiveuse et sera sauvé par Eric Boyer, son équipier. Dans Val Louron, Miguelon et Chiapucchi volent vers la victoire tandis que derrière Bugno lâche Fignon et Mottet. L’italien Claudio Chiapucchi s’impose mais Miguel Indurain revêtit son 1er maillot jaune qui ne lâchera plus jusqu’à l’arrivée. Bugno, Fignon et Mottet complètent le TOP 5 de l’étape.
Au général, Indurain possède 3′ sur Mottet, 3’10” sur Mottet, 4’06” sur Chiapucchi, 5’08” sur LeMond et 5’52” sur Fignon. Delgado est relégué à plus de 15′ et sera le lieutenant d’Indurain.

Échappées italiennes de l’Ariostea victorieuses avant les Alpes :

Ensuite, en direction de Castres, Cenghialta s’impose alors que les étapes suivantes reviennent à Argentin (à Alès) et Lietti (à Gap). Indurain est toujours le maillot jaune.

Les Alpes :

Sur l’étape de l’Alpe d’Huez, une course de côte s’installe et Bugno fait le tempo en début d’ascension. Indurain le suit sans difficulté. A 7 km de l’arrivée, le duo français Bernard et Leblanc rejoint le duo de tête et c’est alors que Bernard fait le tempo pour son leader Indurain. Chiappucci, Fignon, Delgado et Mottet sont distancés. Au sommet, Bugno s’impose devant Indurain, Leblanc et Bernard.

LeMond Alpe d'huez 1991
LeMond sur l’Alpe d’huez en 1991

Le lendemain vers Morzine, le duo italien Bugno-Chiapucchi ne parvient à faire la différence tandis que Claveyrolat s’impose devant un autre français Thierry Bourguignon. Fignon, qui a tenté en vain de secouer le peloton, voit Indurain et la Banesto contrôler le peloton. LeMond, en revanche, qui a été incapable de suivre les meilleurs se voit sombrer au général. A Aix les Bains, le russe Konyshev s’impose devant le suisse Richard et l’espagnol Chozas. LeMond finit 4è alors que les favoris se neutralisent.

Arrivée sur Paris et début de l’ère Indurain :

A Mâcon, Ekimov s’impose en échappée devant Abdoujaparov, qui règle le sprint du peloton. Le lendemain, Indurain remporte le chrono de Mâcon sur 57 km en mettant Bugno à 27″ et LeMond à 48. Les autres favoris sont au delà de la minute. Sur les champs, LeMond, pour l’honneur, attaque mais en vain. A 100m de l’arrivée, Abdoujaparov chute et sera gravement blessé. Konyshev s’impose alors devant Ludwig et Jalabert.

Classement de la course :

1- Miguel Indurain (Banesto) en 101h01’20”
2- Gianni Bugno (Gatorade-Chateau d’Ax) à 3’36”
3- Claudio Chiappucci (Carrera-Vagabond) à 5’56”
4- Charly Mottet (R.M.O.) à 7’37”
5- Luc Leblanc (Castorama) à 10’10”

Maillots distinctifs :

Malgré sa chute et repêché par le règlement, Abdoujaparov est maillot vert. Chiappucci finit meilleur grimpeur, Mejia meilleur jeune tandis que Banesto finit meilleure équipe. Miguel Indurain remporte le Tour 1991, le 1er de ses 5 tours.

Pour connaître l’histoire du Tour 1992, Rendez-vous demain ici au même endroit.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here