Milan-San Remo 2008 : le coup de force de Fabian Cancellara

0

Au départ de Milan pour cette 99e édition, le grand favori était le double vainqueur Oscar Freire. Mais, attention aux Italiens Paolo Bettini qui a déjà goûté au gout de la victoire en 2003, Filippo Pozzato, au rouleur Fabian Cancellara et le lauréat de Paris-Nice Davide Rebellin. Sur un parcours modifié, la Primavera a été rallongée de 4 kilomètres avec une arrivée inédite sur la Lungomare Calvino et la difficile ascension de la Manie a été ajoutée pour mettre à mal les sprinteurs. Une équipe a été particulièrement attendue également, il s’agissait de la Milram avec le quadruple vainqueur Erik Zabel au service du lauréat de 2005 Alessandro Petacchi. La course s’est déroulée dans des conditions printanières. 

D’abord, la course est marquée par une longue échappée de 250 km de quatre coureurs, composé de William Frischkorn (Slipstream Chipotle), Filippo Savini (CSF Group Navigare), Nicola D’Andrea (Miche-Silver Cross) et Raivis Belohvoščiks (Saunier Duval-Scott) parti après plusieurs attaques depuis la sortie de Milan. Parti après 23 kilomètres de course, leur avance a compté jusqu’à 18 minutes d’avance dans la première moitié de la course avant de se faire reprendre à trente kilomètres de l’arrivée.

Dans le Manie, Danilo Di Luca est repoussé en queue de peloton dès les premières pentes. Alors que le sprinteur Alessandro Petacchi a également montré ses limites à suivre le rythme du peloton. Cependant, ses équipiers l’ont ramené au sein du peloton.

Plus loin, dans la Cipressa, l’Italien Paolo Bettini a attaqué en compagnie du Suédois Thomas Lövkvist (Team High Road). Ils sont rapidement rejoints par Niklas Axelsson (Diquigiovanni) et Davide Rebellin (Gerolsteiner). Paolo Savoldelli a fait la jonction dans la descente. Ils ont pourtant eu jusqu’à 30 secondes d’avance.

Ce groupe est repris à lors de l’approche du Poggio par le peloton lancé par l’équipe Liquigas et CSC, tandis que les coureurs attardés dans la Cipressa font peu à peu leur retour.

Dans la dernière ascension, Alessandro Bertolini (Diquigiovanni) passe à l’offensive. Mais, à cause du vent de face, Philippe Gilbert, a lancé son offensive seulement sur le haut du Poggio. Alors que son compatriote, Tom Boonen était à la peine.

Dans la descente, un groupe de douze coureurs se sont trouvé en tête. L’entrée dans San Remo voit une vaine attaque d’Íñigo Landaluze contrée par Fabian Cancellara à deux kilomètres de l’arrivée.

Le coureur suisse n’est pas rejoint par ses poursuivants mal organisés et a franchi seul la ligne d’arrivée après sept heures et quatorze minutes de course. Il a devancé quatre secondes d’avances sur le groupe réglé au sprint par Filippo Pozzato devant Philippe Gilbert. Davide Rebellin (Gerolsteiner) a fini au pied du podium. Le premier Français, Anthony Geslin (Bouygues) prend la 6e place. Alors que des coureurs comme Zabel et Petacchi ont été incapables de suivre le rythme du Poggio et ont fini beaucoup plus loin.

Deux ans après son succès à Roubaix, Fabian Cancellara a ajouté un Monument à son palmarès. Après le Monte Paschi Eroica et Tirreno-Adriatico, il s’agit également de sa troisième victoire en trois épreuves consécutives en terre Italienne. Il est devenu le second Suisse à s’adjuger la Primavera, 21 ans après Eric Maechler. Il est également rentré dans l’Histoire en étant le quatrième coureur à faire le doublé Tirreno-Primavera après Giorgio Furlan (1994), Maurizio Fondriest (1993) et Roger De Vlaeminck (1979). Dans cette même saison, Spartacus glanera un titre olympique du contre-la-montre et une médaille d’argent sur la course en ligne.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here