Charlotte Flair, sacrée championne du monde face à Becky Lynch

WWE Money in the Bank : Charlotte Flair sur les traces de John Cena, gare à l’overdose !

En étant sacrée pour la neuvième fois de sa jeune carrière à Money in the Bank, Charlotte Flair s’impose un peu plus comme l’une des plus grandes lutteuses de l’histoire de la WWE. Mais sa réussite impressionne autant qu’elle agace, pour plusieurs raisons bien précises.

 

Et de 9 ! Ce dimanche lors de Money in the Bank, Charlotte Flair est parvenue à prendre le meilleur sur Becky Lynch pour remporter le Smackdown Women’s Championship. Une rencontre qui devient une habitude pour les fans puisque c’est la huitième fois depuis Summerslam, Royal Rumble compris, que les deux femmes se retrouvent sur un ring en pay-per-view, et cette victoire ne risque pas de rehausser la cote de popularité de la fille du Nature Boy.

En effet, si Becky Lynch est tant devenue populaire aux yeux des fans, c’est parce qu’elle représentait l’exacte opposée de Charlotte Flair,  qui baissait pour sa part dans l’estime de certains. « Fille de », la nonuple championne du monde apparaît depuis un certain temps comme la favorite des têtes pensantes de la WWE, qui n’hésitent jamais à la placer sous le feu des projecteurs lorsqu’il le faut. À titre logique diront certains, tant la native de Caroline du Nord survole réellement la division féminine avec son charisme et ses capacités sur le ring. Mais comme l’illustre une nouvelle fois la soirée de dimanche, le manque d’originalité de la WWE et la qualité des règnes de sa future hall of famer ont de quoi irriter plus d’un.

À l’issue de sa victoire, Charlotte Flair n’aura su conserver sa ceinture bleue que quelques instants puisque Bayley est venue encaisser sa mallette décrochée quelques minutes auparavant. Un neuvième couronnement anecdotique d’une dizaine de minutes, qui devient presque une habitude pour la fille de Ric Flair. Quelques semaines avant WrestleMania 35 déjà, Charlotte remportait le titre féminin aux dépens d’Asuka, dans un match n’ayant aucune trame scénaristique et qui a depuis enterré la Japonaise. Une ceinture dont ne profita que douze jours la blonde, jusqu’à ce que The Man s’empare du gros lot. Un remake de l’été dernier, où Flair s’incrusta dans le match opposant Becky Lynch à Carmella à SummerSlam pour décrocher le Graal… pendant 28 jours.

Ainsi, Charlotte n’a su rester championne que 41 jours depuis août 2018. Si elle sait remporter les titres, elle les défend visiblement assez mal au vu de ces règnes faméliques. Un enchaînement plus que maladroit qui rappelle la longue rivalité avec Sasha Banks, où les deux femmes s’échangeaient les titres chaque mois jusqu’à créer une certaine confusion chez les suiveurs.

 

L’ensemble des titres remportés par Charlotte Flair – Cage Match

 

Une erreur de stratégie que l’on doit à Vince McMahon, bien habitué à user ses têtes de gondole jusqu’à l’épuisement. Si l’on se veut objectif, John Cena est probablement l’un des meilleurs lutteurs de ces 20 dernières années. Doté d’un charisme certain, orateur hors pair, doué sur le ring si une vraie alchimie se met en place avec son adversaire, John Cena est l’un des catcheurs les plus populaires dans le monde depuis plus d’une décennie. Pourtant, il reste détesté par une partie des fans les plus radicaux en raison d’un booking trop imposant et répétitif.

 

L’ensemble des titres remportés par John Cena – Cage Match

 

La nuance est légère entre l’oppression et la suprématie. CM Punk, AJ Styles ou même Kazuchika Okada, et son règne historique de 720 jours à la NJPW entre 2016 et 2018, n’ont pas eu à affronter les critiques puisque leur domination était légitime et surtout idéalement relatée, à l’inverse de Roman Reigns, John Cena et donc Charlotte Flair, qui a glané un neuvième titre depuis son arrivée dans la division principale en 2015.

Alors que Charlotte était respectée, quelle que soit l’attitude de son personnage à l’écran, elle est aujourd’hui huée et jugée surcotée alors qu’elle n’en demeure pas moins celle qui a permis aux femmes d’être l’égale de l’homme à la WWE aujourd’hui. La lutteuse de 33 ans est destinée à entrer un peu plus dans les livres d’histoire en battant le record de son père (16 titres mondiaux), mais à force de ne jamais s’installer durablement en tant que championne, son gimmick de petite protégée du Chairman prend dangereusement le dessus sur la personne talentueuse, et cela pourrait bien être irrémédiable à terme.

 

Suivez-moi sur Twitter : @BernardCls

 

(Image principale : WWE)
A propos de l'auteur

Journaliste - À retrouver ici et ailleurs !

Commentaires

  • Avatar
    JP GEI
    21 mai 2019

    En ce qui concerne Charlotte flair pour sa dernière ceinture, pour moi elle ne la mérite pas car becky na pas pu avoir un temps de récupération. Cela devient fatigant de voir toute ces magouille de la part de la famille McMahon.

Poster un commentaire

facilisis quis, id eget ipsum nec commodo venenatis vel, Aliquam ut