NBA – 1er tour des playoffs : que faut-il retenir ?

0
Ligue 1

Alors que les premières phases des playoffs se sont terminées il y a quelques jours, revenons sur les principes à retenir. Entre domination, surprises et réussites, beaucoup de choses sont restés gravés dans nos mémoires.

 

Une conférence Est sans trop d’embûches

Si on excepte la victoire d’Orlando contre Milwaukee lors du premier match, les séries dans la conférence Est ont été à sens unique. En effet, trois sweeps sans grande difficulté sont à constater. Une domination à l’état pur où l’on peut se poser des questions tant aux différences de bracket avec l’Ouest.

Boston beaucoup trop fort pour des 69ers à la rue

Le plus alarmant a été le sweep de Boston contre Philadelphie. Les 69ers, dépourvus de qualité en défense et dans le jeu aérien, n’ont pas su passer la marche. Trop dépendante du niveau stratosphérique de Joel Embiid, beaucoup de secteurs ont montré des difficultés, et on sent que le problème est dans le jeu et le coaching. Cela inquiète encore plus pour la saison prochaine et les dérivées que cela pourra avoir. Beaucoup de joueurs à gros contrat qui déchantent, un payroll saturé et aucune perspective de relance. Tenter de trade certains titulaires comme Al Horford, transparent sur la série sera primordial. Tyronn Lue, qui vient signer comme coach, a du pain sur la planche, et le GM aussi.

Pour ce qui est de Boston, les rencontres ont été maîtrisées de A à Z. L’impression que le système de Brad Stevens redonne des impressions de 2018 sont forts. La paire Tatum-Brown est insolente de réussite et le système défensif est fabuleux. Avec une réussite à trois points non négligeable et une rotation parfaite, les Celtics ont fait passer un message fort à destination des Raptors, qui en ont déjà payé les frais sur deux matchs.

Miami sweep un Indiana fantomatique en défense

Pas de surprises, juste une leçon de basket. Même si la montée en puissance de TJ Warren continue de faire sourire côté Pacers, ces derniers n’ont pas été en mesure de concurrencer un Miami majestueux. La rotation du Heat a montré qu’elle était plus que solide et que le jeu n’avait pas de dépendance. Jimmy Butler est dans un mauvais jour ? Duncan Robinson joue les chefs d’orchestre. Bam Adebayo a des faiblesses dans les passes ? Goran Dragic sait ce qu’il a à faire. Un schéma de questions presque rhétorique s’est mis en place.

Pour Indiana, rien n’est à jeter, loin de là. Si le travail défensif mérite des améliorations, le travail offensif a été très prolifique et intéressant. Beaucoup de bons ballons, Malcom Brogdon qui empile les paniers, Myles Turner va chercher les rebonds, le jeu est très intéressant et montre de belles choses pour la suite. Peut-être que l’apport de Domantas Sabonis aurait pu changer la donne, mais on ne peut prédire ce genre de choses.

Toronto assure, Brooklyn connaissait son sort

Sur cette série, pas besoin de s’attarder vraiment sur le déroulement du jeu. Les Nets partaient avec une équipe qui manquait de titulaires, mais qui a pu permettre de confirmer certaines hausses de niveau dans l’effectif. Notre frenchie Timothé Luwawu-Cabarrot continue d’impressionner avec son shoot magnifique, Jarett Allen assure et Caris LeVert retrouve son niveau pré-blessure. Même si ce n’était pas suffisant pour mettre à mal les Raptors, les signaux envoyés sont rassurants pour la saison prochaine.

Milwaukee a mal embrayé au démarrage mais a finalement réussi à passer la seconde

Ils ont été frustrés, finalement ils ont déballé. Face à Orlando, les Bucks ont été dans la maîtrise à partir du match 2, néanmoins ce n’était pas gagné d’avance. Il aura fallu un Giannis Antetokoumpo de génie pour venir à bout des Magics en pleine bourre. Meilleur marqueur et aux rebonds de sa franchise sur sa série, il a su trouver la faille dans le jeu des partenaires d’Evan Fournier. Avec une moyenne de 14 pts d’écart sur chacune de leurs victoires, les Bucks ont déroulé. Et pourtant ce n’était pas gagné d’avance, il reste du travail à faire pour pouvoir être serein contre Miami. Ce qui est raté pour le moment car le sweep approche à grand pas (3-0 pour le Heat à l’heure où nous publions cet article).

Du côté d’Orlando, ces derniers n’auront pas créé la surprise. Cependant, les performances ont été au rendez-vous et le jeu proposé très intéressant. Avec un Nikola Vucevic impeccable et des performances réussies de beaucoup de joueurs de l’effectif, il y a beaucoup plus de positif à retenir de la série que de négatif. Attention à la free agency qui se profile, mais plusieurs possibilité s’offrent à eux pour la saison prochaine.

 

Une conférence Ouest serrée dès le premier tour

Ils se sont fait peur, des grosses frayeurs ont failli arriver. Et pourtant, quel spectacle ! Même si les TTFL ont pleuré dès le premier tour, le jeu proposé à l’Ouest était stratosphérique. Du gros scoring, des performances individuelles XXL, on se régale déjà.

Des Lakers en roue libre contre des Blazers en recherche d’adrénaline

La série avec le moins de rencontres à l’Ouest mais loin d’être la plus inintéressante. Beaucoup de choses ont été percevables tout au long des cinq rencontres. Tout d’abord, le duo LeBron-Davis a été la clé du succès, et ont fait de l’ombre à beaucoup de leurs partenaires, qui ont été la plupart du temps peu convaincants. L’équipe s’est beaucoup reposée sur ses deux leaders, et ce n’est pas forcément rassurant pour la suite. Si lors d’un match, les patrons venaient à baisser de forme, ce ne sera pas forcément fiable de compter sur Alex Caruso , JaVale McGee ou les autres. Et cela se voit déjà avec la première contre-performance d’hier soir contre les Rockets.

Du côté de Portland, beaucoup de positif. Damian Lillard a montré qu’il était encore et toujours l’homme de la situation aux Blazers et il possède une bonne garde rapprochée. Avec Jusuf Nurkic et la renaissance de Carmelo Anthony, le jeu a été très bon et peu de reproches sont à faire en attaque. Là où cela se complique, c’est la rigueur dans la perte de balle et le marquage, où beaucoup de choses sont à revoir. Avec la free agency qui se profile, lâcher le contrat d’Hassan Whiteside pour un 5 plus rigoureux sera un coup gagnant.

Houston a joué avec le feu provoqué par une foudre surpuissante dans l’Oklahoma

Le match de toutes les peurs et il en fallait des peurs pour réveiller les Rockets. Envoyés au forceps dans un match 7 alors que la série était peu attendue à ce stade, on ne peut que s’interroger sur la forme de Houston. Etait-ce un départ digne d’une Clio 2 en pente ou un surplus de forme du Thunder qui ont été très coriaces ? Chacun se fait son avis personnel, mais le plus important est que la qualification est là. Pas la plus belle, mais elle est présente.

Pour le Thunder, ce n’est que du bon. Aller chercher Harden et sa bande au match 7. Cela est du en partie au travail collectif excellent et une implication dans tous les domaines de jeu qui montre de belles actions. Tout le monde a participé, de Chris Paul à Dennis Schroder en passant par Danilo Galinari, Lugendtz Dort ou encore Steven Adams. Peut être que la saison prochaine sera celle de la confirmation, qui sait ?

Denver et Utah font le show

Une série qui a cartonné dans tous les domaines. Un suspense interminable, un niveau de jeu excellent dans sept rencontres qui ont tenues toutes leurs promesses. Des batailles de stats, des scores ahurissants, et un finish haletant, tout a été bien orchestré durant ces deux semaines.

Jamal Murray et Donovan Mitchell ont été au dessus du lot. Chacun un match référence, de l’or dans les mains et un niveau de jeu digne des meilleurs de la Ligue. La relève montre qu’elle est présente et on ne peut qu’admirer. Aucune équipe n’a a rougir de l’autre, même si à la fin il y aura des frustrés à Salt Lake City. Néanmoins, cette qualification peut être un cadeau empoisonné. Peu de temps de récupération face à des Clippers qui ont pu un peu plus souffler, cela va se ressentir dans l’organisme des Nuggets, qui en ont déjà eu la preuve lors du premier match perdu assez lourdement.

Les Mavericks auront fait bosser les Clippers pour la suite

Si l’on doit résumer la rencontre, on se doit de baver sur les performances individuelles de certains. En particulier celles de Luka Doncic, incroyable de fourberie et de régularité. Le génie slovène a montré encore une fois qu’il savait faire mal, et son stepback au buzzer est un des plus beaux moments de la Bulle.

Pour autant, on sent la montée en puissance des Mavs dans l’approche du jeu mais il manque encore de la qualité dans quelques domaines. Le travail en binôme avec Kristaps Porzingis est fabuleux et construire autour des deux européens peut être une solution viable pour l’avenir.

Du côté des Clippers, il faut vérifier le dérailleur, car il y a une gêne sur la chaîne. La plupart des matchs sont excellents avec Kawhi et Paul George en maestros; mais on sent que le schéma de jeu est très hasardeux. Si le travail collectif gagnait en vigueur, les Clippers passeront un cap supplémentaire, qui est en bonne voie après la prestation d’hier soir contre les Nuggets.

 

Pour plus d’avis sur ce premier tour, vous pouvez retrouver l’analyse de nos chroniqueurs dans l’émission Dans La Raquette du 31 août, que vous trouverez juste en dessous !

 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here