NBA : le bilan des Grizzlies !

0
Ligue 1

La saison s’est achevée dans la nuit de jeudi avec la draft 2018. Maintenant il est temps de faire le bilan franchise par franchise de cette saison NBA au combien intéressante ! Pendant 1 mois nous allons vous faire le récapitulatif de la saison de chaque franchise. Place aujourd’hui au Grizzlies de Memphis !

La Draft :

Ayant 3 choix potentiels de draft lors de cette cuvée 2017 (un en fin de premier tour, deux au second), les Grizzlies, par le jeu des trades et autres échanges en tout genre, se sont retrouvés avec un seul choix au final, et en 35ème place ! C’est donc Ivan Rabb, jeune intérieur ayant effectué ses années universitaires en Californie, à Golden Bears précisément, qui est choisis. Et force est de constater qu’il n’a pas prit une part importante à la sensationnelle saison des hommes de Bickerstaff : 36 matchs joués, dont la plupart en fin de saison lors de la fameuse course au tanking, pour seulement 14.3min de temps de jeu moyen. Il tourne tout de même à 5.6pts à 56% au shoot, et 4.4rbds de moyenne. Pas faramineux, mais à la hauteur de son temps de jeu. Reste désormais à savoir si Memphis compte réellement sur lui la saison prochaine. Car il n’y aura pas du tanking surdimensionné chaque année.

La saison :

Car si Memphis s’est permit d’attendre gentiment la draft en cumulant les défaites (19 de suite entre fin janvier et mi-mars !), c’est avant tout parce que le début de saison n’était pas à la hauteur. Qualifiés en play-offs la saison précédente, les joueurs de Tennessee, et surtout leurs supporters, s’attendaient à jouer un rôle prépondérant dans cette conférence Ouest. Ou tout du moins, se battre pour la lutte aux play-offs. Cela n’aura pas été le cas bien longtemps. On pourrait même dire à peine un mois, et la blessure de Mike Conley. Après tout juste 14 matchs, le meneur star de l’équipe, auteur d’un très bon début de saison, (17.1pts, 4.4asts) s’est blessé, comme trop souvent dans sa carrière, et tous les espoirs reposaient sur le seul Marc Gasol. Certes, le bonhomme est costaud et dispose de plus d’un tour dans son sac. Mais ce n’est pas LeBron, et il est donc difficile de gagner des matchs à 1 contre 5. Tyreke Evans plutôt performant (19.4pts, 5.2asts, 5.1rbds) mais rapidement mit sur la touche en vue d’un trade, un banc quasi inexistant, et voilà comment Memphis s’est vite retrouvé à tanker, dans une lutte acharnée avec les Suns notamment. Du coup, les deux tiers de la saison n’ont pas servi à grand chose du coté du FedExForum. Si ce n’est à découvrir le fin fond du banc de touche des bleus et blancs. Et ce n’est pas fameux. Heureusement, les Grizzlies ont eu droit au 4ème tour de la draft, et ont donc sélectionné Jaren Jackson Jr, intérieur au profil intéressant des deux cotés du parquet. Cela pourrait apporter une réelle plus-value. Surtout si Conley revient à son meilleur niveau, et si Gasol continue sur le même rythme que cette saison (17.2 pts). Cela serait un moindre mal pour une franchise ayant vécu une saison cauchemardesque, surtout pour ses fans, achevée à la 13ème et avant dernière place à l’Ouest, et surtout le 2ème pire bilan de la ligue.

 

MVP de la rédac :

Difficile de citer un autre joueur que Marc Gasol. L’emblématique intérieur des Grizz tourne encore à 17.2pts, 8.1rbds, 4.2asts de moyenne pour sa 10ème saison dans le Tennessee. Véritable leader et fer de lance de cette franchise, il est forcément déçu de cette saison au goût amer. Alors qu’il sera agent libre l’été prochain, personne ne sait de quoi son avenir est fait. Il aime cette franchise, prend une place importante lors des décisions (le changement de coach n’y est certainement pas étranger), mais aimerait aussi connaître autre chose. La standing ovation lors du dernier match à la maison laisse d’ailleurs droit au doute. Il pourrait rester une saison de plus, mais cela voudrait dire qu’il partirait libre en fin de saison prochaine. Il peut également s’en aller lors des trades de février. Plusieurs options sont possibles. Malgré l’arrivée du rookie Jackson avec qui il pourrait former un beau duo dans la raquette dès la saison prochaine, Gasol ne semble pas enclin à une reconstruction dont il serait le chef d’orchestre. Agacé par les défaites à répétition et le manque d’expérience du groupe lors de cette saison 2017-2018, l’Espagnol veut du lourd, et tout de suite. A Memphis ou ailleurs ? L’avenir nous le dira.

 

La saucisse de la rédac:

On a tout de même bien envie de dire Chanlder Parsons. Promis à un bel avenir NBA après des débuts très remarqués à Houston, où sa dernière saison avait d’ailleurs été une belle réussite (16.6pts, 5.5rbs et 4asts de moyenne), il signe, après deux nouvelles très belles saisons à Dallas, un contrat monstrueux à Memphis. 4 ans pour 94 millions de dollars ! Pharamineux. Surtout quand on sait qu’après 2 saisons, le bougre n’a joué que 70 matchs au total. Blessé à répétition, plus personne n’espère rien de lui. Les dirigeants des Grizzlies ne comptent plus sur lui et cherche à tout prix à s’en débarrasser. Capable de quelques jolis coups d’éclats malgré tout (24 et 17 pts contre Houston, 15 contre Portland cette saison), cela ne semble pas suffire. Ou en tout cas, ne plus suffire. Surtout au vu de la saison de Memphis, bien en deçà des espérances.

 

Avis de la rédac :

60 défaites pour une équipe qui ambitionnait les play-offs, ça fait mal. Battu 4-2 au premier tour post-season l’an passé, les Grizzlies s’attendaient au moins à faire aussi bien. Voir pourquoi pas mieux. Et puis, après un début de saison en dent de scie (7 victoires, 7 défaites), la blessure de Mike Conley a changé beaucoup de chose. Mario Chalmers n’a pas été capable de prendre le relais, et Marc Gasol s’est retrouvé rapidement isolé, malgré le bon apport de Tyreke Evans. On a alors vite comprit que la saison serait trèèèèèèèèèès longue à Memphis. Et elle l’a effectivement été ! Avec en point d’orgue, cette humiliation, ces 19 défaites consécutives, qui ont plongé la franchise dans le ridicule le plus totale. Il n’y a donc pas grand chose à retenir de cette saison. Les Grizzlies attendaient beaucoup de la draft, et misait sur Jaren Jackson, impressionnant pivot de 2.11m et âgé de seulement 18 ans ! Ayant le 4ème choix et sachant que devant, Doncic, Ayton et Bagley étaient très demandés, ils ont donc obtenu gain de cause. Une reconstruction pourrait alors avoir lieu, autour de ce très jeune et prometteur joueur. Reste à savoir si cela se fera avec l’emblématique Gasol. En tout cas, un raquette Gasol-Jackson avec un duo Conley-Evans à la création pourrait avoir de la gueule. Et redonner des couleurs à une franchise qui en a bien besoin.

Valentin Martin

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here