NBA : Le bilan des Pacers de l’Indiana

On enchaîne notre série des bilans de la saison NBA avec les Pacers. Auteurs d’une saison très surprenante, les trotteurs ont même failli s’offrir le scalp d’un certain numéro 23.;

Eté :

Trois arrivées. Seul l’américano-israelien T.J Leaf au poste d’ailier fort a pu grapiller des minutes et évoluer sous les couleurs bleu et jaunes. Les faibles choix des Pacers n’étant pas leur priorité en terme de recrutement.

Le fait qui a marqué les Pacers est le trade de Paul George à OKC en échange de Victor Oladipo et Domantas Sabonis. Un pari que l’on pensait perdant dan l’Indiana mais…

La saison :

48-34. Bilan étonnant à la vue de l’effectif et des espérances menées par les Pacers. Après un début de saison timide, Victor Oladipo explose à partir de novembre. Celui qui n’était qu’un lieutenant de Russell Westbrook est devenu en quelques matchs le franchise player des Pacers. Son explosion est tellement impressionnante qu’elle lui vaudra sa première sélection pour le All-Star Game en Février. Les efforts du collectif d’Indiana continuent à payer jusqu’à la 5ème place à l’Ouest. Oladipo lui, à titre personnel deviendra meilleure progression de la ligue à juste titre.

Les playoffs :

On l’avait secrètement espéré, c’est arrivé : Lance Stephenson a retrouvé le King LeBron James dès le premier tour des playoffs. Dans une série spectaculaire avec des changements de leader dans tous les sens, Indiana fini crucifié au match 7 à la Quicken Loans Arena. On retiens l’image de LeBron félicitant Oladipo pour cette superbe saison. Indiana s’en mort les doigts.

Le MVP de la rédac :

Comment ne pas citer Vict-OR Oladipo. Saison fantastique, l’architecte de la progression inouïe des Pacers.

La saucisse de la rédac :

Lance Stephenson, bon ok c’est juste parce qu’on aurait rêvé qu’il chauffe LeBron encore un peu plus. Lance on t’aime.

Indiana peut être fier de sa saison, il faudra cependant confirmer la saison prochaine et ça risque d’être compliqué !

A propos de l'auteur

Le sport est la seule et unique chose qui me procure autant d'émotion que l'amour, sûrement parce que je suis amoureux du sport. Parfois il me le rend bien.

Poster un commentaire

sem, facilisis lectus elit. eget venenatis tristique quis, libero