NBA : le bilan des Portland Trail Blazers

0
PHOENIX, AZ - FEBRUARY 24: on February 24, 2018 at Talking Stick Resort Arena in Phoenix, Arizona. NOTE TO USER: User expressly acknowledges and agrees that, by downloading and or using this photograph, user is consenting to the terms and conditions of the Getty Images License Agreement. Mandatory Copyright Notice: Copyright 2018 NBAE (Photo by Michael Gonzales/NBAE via Getty Images)
Ligue 1

Les bilans de saison continuent chez WeSportFR. Départ du côté de l’Oregon pour retracer la saison des Blazers de Portland !

La draft et l’été 2017 :

Goût amer que celui ressenti par les pensionnaires du Moda Center lors de l’été 2017. Si la saison 2016/2017 des Blazers est loin d’être mauvaise, avec une nouvelle qualification en postseason, elle n’a pas été non plus euphorique. Très irréguliers en saison régulière, avec un bilan à 50% tout pile, il a fallu un énorme effort mené par leur maître à jouer Damian Lilliard pour arracher le huitième spot de la Conférence Ouest. Très critiqués pour leur faiblesse défensive, qui n’a jamais su se mettre à la hauteur d’une attaque de bonne qualité, les hommes de Terry Stotts n’ont pu éviter la dernière place qualificative pour les Play-Offs…qui les mènera à une véritable déculottée face à des Warriors supérieurs dans tous les domaines (4-0). Cependant, de nombreux indicateurs tels que la superbe saison de C.J McCollum et l’intégration réussie de Jusuf Nurkic s’avéraient porteurs d’espoirs.

Pour autant, l’été a été très calme à Portland. Étouffés financièrement, l’heure était au dégraissage. Si beaucoup de joueurs étaient susceptibles de partir, seul Allen Crabe, en sa qualité d’agent libre restreint, a su trouver une porte de sortie vers les Nets de Brooklyn. Dès lors, seule la Draft a été pourvoyeuse de sang neuf, avec l’opération montée avec Sacramento permettant de monter à la 10e place de la Lottery en échange des picks 15 et 20. Un pick 10 qui deviendra le jeune pivot Zach Collins, qui sera accompagné par Caleb Swanigan, autre rookie.

La saison régulière :

Alors que beaucoup d’observateurs voyaient les Blazers effectuer une saison semblable à la saison précédente, il est peu de dire que les coéquipiers de Dame Dolla ont surpris leur monde. Auteurs d’une première moitié de saison satisfaisante sans être folle (8e à la mi-saison), le step-up post All-Star Game a été foudroyant. Bien plus sérieux défensivement, et portés par un Damian Lilliard jouant à un niveau stra-tos-phé-rique de la mi-janvier à la fin mars (nominé au All-Star Game d’ailleurs), les joueurs de l’Oregon ont littéralement déposé tous leurs concurrents directs dans la course aux Play-Offs. Maintenant l’effort jusqu’en fin de saison régulière, grâce à un collectif rôdé et un supporting cast (Nurkic, Aminu, Harkless pour ne citer qu’eux) qui a su parfaitement compléter la folie furieuse de leur meneur, c’est à une incroyable 3e place que nous retrouvons les Blazers, juste derrière Rockets et Warriors. Un spot au pied du podium loin d’être volé, au vu de la régularité affichée à partir de janvier, ponctuée par de superbes victoires comme la dérouillée infligée aux champions en titre (125-108, 9 Mars). Une superbe saison régulière pleine de promesses pour les Play-Offs, qui voyaient se dresser les Pelicans d’Anthony Davis face aux coéquipiers de Damian Lilliard.

Les Play-Offs :

Et là, le drame. Annoncés favoris par les bookmakers d’une confrontation qui s’annonçait haletante, les Blazers n’ont jamais su rentrer dans leur série. Malmenés par des Pels ultra-déterminés mais privés de DeMarcus Cousins, noyés tactiquement, les hommes d’un Terry Stotts outcoaché par son homologue Alvin Gentry (un paracétamol est nécessaire après la lecture d’une telle phrase) n’ont jamais trouvé la faille, retombant même dans leurs travers défensifs. Après un Game 1 correct mais très mal terminé, conclu par un Jrue Holiday monstrueux sur la série, Portland n’a jamais su relever la tête, à l’image d’un Damian Lilliard fantomatique (18 points de moyenne à moins de 40% au shoot). Si C.J McCollum et Al-Farouk Aminu ont tenté de sonner la révolte, les Pels terminent le travail à domicile, portés par un Anthony Davis martyrisant Jusuf Nurkic sur l’ensemble de la série, infligeant donc un terrible sweep à une franchise de l’Oregon encore sonnée.

Le MVP de la rédac :

Malgré l’immense déception des Play-Offs, la performance des Blazers sur l’ensemble de la saison régulière ne doit pas être mise aux oubliettes. Dès lors, comment ne pas parler de la saison de Monsieur Damian Lilliard ? Auteur de sa plus belle saison depuis son arrivée en NBA, l’ancien de Weber State a illuminé la saison régulière de son talent, et par sa capacité à tirer son équipe vers le haut en toutes circonstances. Toujours aussi prolifique en scoring (26.9 pts par match de moyenne), ultra clutch et en progrès dans ses capacités de playmacking et de leadership, le meneur de 28 ans a évolué à un niveau démentiel lors de la deuxième partie de saison, ses performances étant logiquement récompensées par sa participation au All-Star Game, et par son entrée dans la discussion de potentiel MVP. Si peu doutaient de lui, Damian Lilliard s’est imposé cette saison comme un des tous meilleurs de la Ligue à son poste.

Source : Basket Infos

La saucisse de la rédac’ :

Après une si belle saison, difficile d’indiquer un joueur qui aurait déçu. Pour autant, certains noms peuvent être évoques, comme celui de C.J McCollum, qui n’aura pas réussi à vraiment confirmer sa très belle saison précédente, malgré des contributions statistiques toujours aussi intéressantes. Cependant, son irrégularité entache quelque peu son bilan, et l’empêche de réellement l’affirmer comme l’un des tous meilleurs arrières de la Grande Ligue, malgré un talent indéniable. Autre cas, celui d’Evan Turner, qui dans une nouvelle position de sixième homme a su exprimer ses qualités, qui restent cependant en deçà de son gros salaire.

Une fantastique saison régulière, des Play-Offs ratés, un Damian Lilliard niveau MVP : on s’est régalé avec les Blazers cette année. On attend pareil l’année prochaine ! 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here