NBA : Les Warriors décrochent le Graal

0
Ligue 1

Ce n’était plus une surprise pour personne mais le game 4 avait semé le doute dans certains esprits : les Golden State Warriors sont sacrés champions NBA pour la 5ème fois de leur histoire, la 2ème en 3 ans, après leur victoire hier (129-120) à l’Oracle Arena contre les Cavs de LeBron James.

 

Après les deux premiers matchs remportés sans forcer à Oakland (113-91 puis 132-113) les Dubs se sont imposés une troisième fois consécutives contre Cleveland, mais cette fois-ci dans l’Ohio au terme d’une partie extrêmement serrée et qui s’est décantée sur un contre éclair de KD conclu par un shoot à 3 points à 45 secondes du terme.

 

green-durant-3

Les Cavaliers ont eu deux tentatives pour recoller, mais un excellent Klay Thomson, utra performant défensivement tout au long de la série, a maintenu l’écart pour permettre à son équipe de s’imposer et de n’être qu’à une victoire du sacre.

On se dit alors que les Warriors sont partis pour swepper ces Cavs, qui, même en réalisant un bon match 3, n’arrivent pas à vaincre Curry&Co.

C’était sans compter sur l’orgueil de la bande à LeBron James. Revanchard et souhaitant à tout prix éviter l’humiliation d’un sweep, Cleveland a réalisé un game 4 tout simplement exceptionnel.

En atteste les chiffres : 49 points dans le premier quart, record des finales NBA battus, 84 points à la mi-temps, nouvelle perf’ historique, 24/45 à 3 points. Irving termine la rencontre à 40 points, LeBron 31 (avec 10 rebonds et 11 passes).

On se dit alors que les Cavs sont capables de tout renverser sur leur passage, avec en mémoire la remontée historique l’année dernière : mené 3-1 après les deux matchs à la Q Arena, les hommes de Tyron Lue ont réussi l’impensable, en s’imposant 4-3 et en remportant 2 matchs à l’Oracle Arena.

 

LeBron-JR

Ce match 4 était donc ô combien important. Les Warriors voulaient à tout prix éviter d’inutiles frayeurs en s’imposant devant leur public.

Après un début de match équilibré, marqué par une défense stricte des Cavs qui ont cadenassé la raquette, les Warriors ont beaucoup shooté à 3 points, sans réussite. Cleveland, emmené une nouvelle fois par son duo Irving-James faisait donc la course en tête et ce jusqu’au milieu du deuxième quart.

Et tout d’un coup, le rouleau compresseur Golden State s’est mis en marche : menés 41-33 après 14 minutes de jeu, les joueurs de Steve Kerr ont alors appuyé sur l’accélérateur pour passer un 20-2 en à peine plus de 6 minutes.

L’écart est même monté à +17 en faveur des Warriors ( 69-52) à une minute de la mi-temps. Heureusement pour les visiteurs, JR Smith a rentré deux shoots énormes à 3pts pour être encore dans la partie à la pause (71-60).

Au retour des vestiaires, Cleveland recolle petit à petit, mais Durant, encore énorme hier soir (40 points, 7 rebonds, 5 passes), se chargea de redonner au minimum 2 possessions d’avance aux siens.

 

Iggy-Warriors

 

Mais dès le début du dernier quart, un shoot énorme de James à 3 points ramena Cleveland à seulement une possession (98-95). Toute la salle se remémora la remontée de 2016. Sauf qu’une donnée à changer depuis la saison passée : elle s’appelle Kévin Durant. C’est lui encore qui rentra 3 shoots à 3 points pour permettre aux siens de passer une fin de match plus sereine, l’écart ré-augmenta de nouveau petit à petit pour atteindre les 12 points. L’Oracle Arena peut exulter, ses Warriors sont de nouveau champion. Un titre mérité au vue d’une saison aboutie, conclue par un presque sans faute en Play-offs (16 victoires pour une seule défaite). A noter également l’apport du banc dans cette victoire, Iguodala en particulier, auteur de 20 points et quelques dunks surpuissants.

Kévin Durant est logiquement élu MVP de ces finals, avec 35,2 points, 8,4 rebonds et 5,4 passes par match en moyenne. KD était en mission, et il n’a pas failli.

Les Warriors ont survolé cette année 2016-2017 et il nous tarde déjà que la saison suivante commence, pour savoir si une équipe sera enfin capable de faire chuter cette super team que sont les Warriors.

Valentin Martin

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here