NBA : la lutte s’intensife à l’Est !

Alors qu’il ne reste qu’une petite vingtaine de matchs à disputer dans cette saison régulière 2017-2018, les combats deviennent acharnés et chaque victoire compte. Encore plus quand elle est remportée face à un concurrent direct. C’était le cas hier à l’Est notamment, où Washington 4ème recevait Indiana 5ème, alors que dans le même temps, les Bucks accueillaient des Sixers en grande forme.

La bonne opération pour Indiana

Les Pacers ont sans doute réalisé la meilleure opération de la soirée. Alors qu’ils se rendaient dans la capitale pour y affronter les Wizards, les coéquipiers de Victor Oladipo (33pts, 7rbds, 3asts hier) ont eu la très bonne idée de s’imposer et d’enchaîner un deuxième succès consécutifs contre un concurrent direct, après s’être imposé à Milwaukee. Surtout, sans trop faire de bruit, ils engrengent des victoires (17 lors des 25 derniers matchs) après avoir connu un gros coup de mou entre la fin 2017 et le début 2018. De plus, Oladipo est bien moins seul qu’au début de saison. Bojan Bogdanovic (20pts 4rbds) et Myles Turner (12pts 13rbds) notamment pèsent beaucoup plus sur le jeu de leur équipe, tout comme Cory Joseph, ancien de Toronto et désormais lieutenant de VO. Avec l’ancien d’OKC toujours au top et bien parti pour décrocher le titre de MIP, Indiana peut espérer finir sur le podium, tant Cleveland semble fébrile dernièrement. La victoire hier à Washington a d’ailleurs permis de reprendre la 4ème place à son adversaire du soir, synonyme d’avantage du terrain au premier tour des play-offs. Les Wizards galèrent en ce moment (3 défaites d’affilés) et l’absence de John Wall, bien compensée par un jeu collectif de meilleur qualité et un Bradley Beal plus entreprenant, commence malgré tout à se faire ressentir. Attention tout de même à ne pas finir en roue libre pour les hommes de la capitale, d’autant que le mois de Mars s’annonce compliqué, puisqu’ils affronteront uniquement des équipes des tops 8 mis à part New York, avec notamment des déplacements à Boston et San Antonio, et la récéption de Miami, Indiana ou encore ces mêmes Spurs. Ca s’annonce chaud du coté de DC.

Milwaukee relève la tête

Il était temps ! Après 4 défaites consécutives (5 sur les 6 derniers matchs), les Bucks ont enfin renoué avec la victoire, contre les Sixers, pourtant en grande forme. Ce succès était indispensable pour ne pas laisser partir les équipes qui les précèdent au classement. Cela a aussi permit de revenir à égalité de victoire avec Philly mais surtout de distancer le duo Detroi-Charlotte, qui veut encore croire au miracle. Mais avec cette victoire, les coéquipiers de Giannis Antetokounmpo, encore énorme hier soir (35pts, 9rbds, 7asts) viennent presque d’assurer une place en post saison, à moins d’un effondrement inattendu. En effet, avec 5 victoires d’avance sur les Pistons et 6 sur les Hornets, une non qualification en play-offs serait plus qu’un cuisant échec. Maintenant, l’objectif est d’aller chercher la meilleure place possible, et cette 7ème place n’est clairement pas celle voulue. Malgré tout, un petit écart (2 victoires) est fait avec Cleveland Indiana et Washington, et il faudra quoi qu’il arrive une série pour rejoindre ce trio. Les Bucks semblent contraint à évoluer avec le second trio de bagareurs, c’est à dire Philadelphie et Miami, qui se tiennent en une victoire. Les hommes de Pennsylvanie sont en grande forme récemment, avec 9 victoires sur les 11 derniers matchs, et une victoire hier dans le Wisconsin leur aurait permis de basculer dans la première partie du classement. Malheureusement, il faudra s’accrocher jusqu’au bout pour les hommes de Brown. Mais avec un duo Joël Embiid -Ben Simmons en forme olympique, les Sixers ont de quoi voir venir. Reste maintenant à savoir à quelle place ils vont terminer.

Et les autres ?

Toronto et Boston ont de quoi voir venir en tête de cette conférence Est et vont se disputer la première place jusqu’au bout. Les Raptors ont pour l’instant l’avantage et ont encore gagné hier, au Canada, contre les Hornets. L’inconstance des Celtics risque de leur profiter, eux qui sont très performant à domicile et reste sur 4 succès consécutifs.

En revanche, derrière, la lutte s’annonce âpre. Les Cavaliers, que l’on croyait revigoré par leurs trades, enchaînent les contre performances et sont plus que jamais à la merci d’Indiana et de Washington, qui comptent le même nombre de victoire. Deux défaites lors des deux prochains matchs et les triple finalistes se retrouveraient 5ème! Impensable en début de saison. Derrière ce trio, on retrouve le second trio de cette conférence, avec Milwaukee et Philadelphie donc, mais aussi Miami. Le Heat marchait fort en début d’année et s’était même emparé de la 3ème place à l’Est, devant Cleveland. Mais depuis, c’est la soupe à la grimace en Floride. Depuis le 14 janvier, Miami n’a gagné que 8 matchs (pour 13 défaites) et navigue donc à un rythme d’équipe tout juste playoffable. Le mois de Février a été catastrophique (8 défaites en 9 rencontres), mais les hommes de Spoelstra reste sur 3 victoires en 4 matchs, avant d’accueillir Phoenix cette nuit. De quoi définitivement se rassurer et repousser très loin les poursuivants. Mais il faudra faire plus pour ne pas terminer à la dernière place qualificative.

De leur coté, Détroit et Charlotte, encore mathématiquement en course, semblent ne plus vraiment y croire. L’arrivée de Griffin chez les Pistons avait donné certains motifs d’espoir. Les 5 victoires consécutives à son arrivée aussi. Depuis seulement 2 victoires en 10 matchs et très peu de motifs d’amélioration. Les Hornets eux, vivent une saison galère. Et alors qu’ils se sont (gentillement) remis dans le droit chemin l’écart est déjà trop important. Surtout, les coéquipiers de Nico Batum sont encore irréguliers. Et alors qu’ils venaient d’enchaîner 5 succès consécutifs à la fin du mois de Février, ils viennent de s’incliner 3 fois de suite, mettant sans doute fin au dernier espoir de play-offs chez Michael Jordan.

Les 8 équipes qui participeront à la post-saison sont sans doute connues à l’Est, tant l’écart semble désormais rédhibitoire. Reste désormais à savoir l’ordre de ce tiercé, qui sera déterminant, car l’avantage du terrain sera décisif entre ces franchises très homogènes.

Valentin Martin

A propos de l'auteur

Supporter inconditionnel de l'Olympique de Marseille mais aussi du football en général. Fan des Houston Rockets mais surtout de The Beard. Le coeur Rouge et Blanc en Pro A Jeep Elite

Poster un commentaire

in massa porta. Nullam luctus mattis