NBA : OKC, vraiment favoris ?

L’espoir renaît dans l’Oklahoma. Après un été dernier très mouvementé, et le départ de KD, vécu comme un véritable cataclysme, la franchise de Sam Presti a réalisé un mercato XXL afin de redorer son blason, terni par la saison plus que moyenne de l’an dernier (6ème place de la conférence Ouest, éliminé par les Rockets 4 victoires à 1 au premier tour des playoffs). 

Deux arrivées pour accompagner Ru “seul”

Pour cela, les dirigeants ont décidé d’attirer non pas une, mais deux super stars de la ligue nord-américaine. En effet, Paul George et Carmelo Anthony sont venus former un nouveau « Big Three », en compagnie du MVP Rusell Westbrook. L’objectif est clairement de concurrencer les Warriors, favoris légitimes à leur propre succession. Mais cela sera-t-il suffisant ? Rien n’est moins sûr.

En effet, l’année dernière, tout ou presque reposait sur les épaules d’un seul homme : Russ West. Bien entendu, sur un plan personnel, cela lui a permis de remporter le titre de MVP. Titre mérité au vue de sa saison stratosphérique (31,5pts, 10,3asts, 10,7rbds mais surtout 42 triple-double, record absolu) même si James Harden n’était pas loin du compte. Avec Roberson et Oladipo à ses cotés, Westbrook menait le jeu et lui seul et décidait de l’issue de chaque possession de son équipe. Kanter, Adams ou Singler à l’intérieur se contentaient des miettes laissées par leur meneur.

OKC Russel Wes 2017

Des stats impressionantes 

Sur un plan collectif, la saison a été un échec, prévisible avec le départ de KD. Mais aujourd’hui, deux grands joueurs NBA sont arrivés dans l’Oklahoma : Paul George, ex star des Pacers, et Carmelo Anthony, fraîchement débarqué de New York, où sont passage à Big Apple aura été plus que mitigé. Surtout, ce sont deux joueurs qui ont toujours été leader dans leur équipe, et qui ont souvent eu la main mise sur les choix offensifs de leur équipe. Que ce soit Melo, à Denver ou à New York, ou PG à Indiana.

En atteste leurs stats offensives affolantes : Carmelo a toujours marqué plus de 20 pts de moyenne, que ce soit chez les Nuggets (2003 – 2011) ou chez les Knicks (2011 – 2017), avec, pour meilleure saison personnelle, 28,9pts en 2006 – 2007, ou encore 28,7pts en 2008 – 2009 et 2012 – 2013. Idem pour George qui, mise à part une année de rookie (2010 – 2011) difficile, et une année galère en 2015 suite à sa fracture tibia-péroné, tourne toujours au dessus 12 points de moyenne, et même 23,5 pts depuis son retour de blessure. 

Carmelo Anthony OKC 2017.jpg

Le collectif prendra-t-il le dessus sur l’individualisme ? 

Reste donc à voir comment ces 3 individualistes vont réussir à faire vivre le ballon à la Chesapeake Energy Arena. Autant dire également que le secteur intérieur sera encore moins sollicité que la saison passée, ce qui traduit une nouvelle tendance en NBA, mais qui sera fortement marquée à OKC.

Alors oui, le Thunder à réalisé deux énormes coups sur le marché des transferts, et évidemment, on voit mal cette équipe ne pas améliorer son classement par rapport à la saison passée. Néanmoins, il faudrait que l’alchimie prenne aussi bien qu’à Golden State la saison passée, où Durant s’est fondu dans la masse pour donner une équipe hors du commun qui a survolé la saison régulière et les play-offs. 

Autant dire que rien n’est gagné pour les hommes de Billy Donovan, et qu’il faudra une vraie gestion humaine pour éviter une véritable déconvenue.

Valentin Martin

A propos de l'auteur

Supporter inconditionnel de l'Olympique de Marseille mais aussi du football en général. Fan des Houston Rockets mais surtout de The Beard.

Poster un commentaire

Praesent Phasellus sed ipsum at ultricies leo felis ut