N’Dombélé : à quoi joue Jean-Michel Aulas ?

Alors qu’il est l’un des éléments-clé de l’Olympique Lyonnais, Tanguy N’Dombélé a fait l’objet de déclarations pour le moins surprenantes de la part de Jean-Michel Aulas ces derniers jours. Ouvrant la porte au PSG pour un éventuel transfert, puis critiquant son match contre Bordeaux, le président lyonnais sème l’incompréhension, à tel point que l’on se demande quel est son objectif sur cette affaire…

Ce n’est pas un secret, Tanguy N’Dombélé ne fera vraisemblablement pas toute la suite de sa carrière à Lyon. Mais c’est bien dans le Rhône que l’ex-Amiénois a explosé aux yeux du monde entier la saison dernière, en s’imposant dès ses premiers matchs – on pense notamment au choc contre Paris en septembre 2017 – comme un potentiel titulaire indiscutable. La tendance s’est poursuivie au fil de l’exercice 2017-2018, si bien que le natif de Longjumeau a fini par conserver sa place dans le onze-type, sans quasiment jamais en bouger.

La question était de savoir si N’Dombélé n’était qu’un feu de paille, où s’il avait réellement l’étoffe d’un grand. Le mercato d’été a livré quelques réponses, puisque le milieu de terrain lyonnais avait largement été convoité par des grosses écuries comme Manchester City ou le PSG. Mais Jean-Michel Aulas avait été catégorique : son joueur ne quitterait pas le club avant le prochain championnat. Cette décision montrait la considération que le président de l’OL avait envers sa pépite, qui lui a bien rendu sur le terrain.

Car si Lyon réalise un début de saison mitigé, alternant entre rencontres de haute volée contre les grosses équipes et irrégularité chronique contre celles supposées plus faibles, Tanguy N’Dombélé, lui, fait ses matchs. Il est même l’un des seuls Gones a être constant dans son jeu, à seulement 21 ans. On pense notamment à ses performances exceptionnelles à Manchester City, Paris (malgré la défaite), Hoffenheim, et contre Marseille également, qui lui ont valu une sélection méritée en équipe de France lors du rassemblement du mois d’octobre. Il aura même été l’un des artisans du retour des Bleus contre l’Islande (de 0-2 à 2-2), en entrant pourtant en fin de match.

Tout semblait se passer pour le mieux donc pour N’Dombélé, malgré le manque de concentration de son équipe en Ligue 1. C’était du moins le cas jusqu’à la semaine dernière, avant des déclarations pour le moins surprenantes de Jean-Michel Aulas. Mais reprenons le contexte dans sa globalité : interviewé par Yahoo Sports, l’ancien footballeur professionnel Vikash Dhorasso avait déclaré penser qu'”Aulas ne [laisserait] pas partir [N’Dombélé] au PSG“. Ce à quoi le président de l’OL s’est empressé de réagir sur son terrain de jeu préféré qu’est Twitter, en lâchant qu'”évidemment que le PSG [pouvait] envisager de faire une offre, c’est le joueur qui décide” (voir le tweet ci-dessous). Plutôt énigmatique, sachant qu’il s’était battu bec et ongles pour le conserver lors du mercato d’été.

On pensait que cela allait en rester là, qu’il s’agissait juste d’une déclaration maladroite, mais cela a été plus loin. A l’issue de la rencontre face à Bordeaux samedi (match nul 1-1 au terme d’un match piteux des Lyonnais), JMA a pointé du doigt l’attitude de son joueur : “Bruno Genesio a tenté de changer de système car N’Dombélé n’était pas très concerné aujourd’hui. Cela peut arriver.” Le dirigeant lyonnais a bien tenté de faire machine arrière sur Twitter ensuite, en soulignant que sa pépite était “l’un des très bons joueurs de l’OL“, mais le mal était déjà fait.

Dès lors, on se demande ce qui a poussé Aulas a agir de la sorte, surtout envers l’un de ses meilleurs éléments. Est-ce une façon de le rendre indésirable à Lyon et faire monter les enchères auprès des tops clubs européens en vue d’un prochain départ ? Est-ce une manière de le piquer au vif afin qu’il soit concentré à chaque match ? Dans un cas comme dans l’autre, cela sort un peu de nulle part, surtout quand on connaît la difficulté pour les adversaires du PSG d’exister dans ce championnat. Le président de l’OL est le premier à fustiger sans cesse les Parisiens en disant que son équipe ne lutte pas à armes égales, mais son effectif est pourtant globalement taillé pour jouer le très haut de tableau. Encore faudrait-il pouvoir compter sur un coach influent, car même s’il dispose des meilleures intentions du monde, Bruno Génésio n’arrive pas à pousser ses joueurs à être réguliers, et ce depuis la saison dernière.

Ce n’est certainement pas en tirant à boulets rouges sur ses meilleurs joueurs que JMA arrivera à faire de Lyon un concurrent crédible pour le podium, sans parler de la Ligue des Champions, dans laquelle les Lyonnais sont certes invaincus, mais devraient compter neuf points au compteur et non cinq s’ils avaient fait preuve de concentration. Cela pourrait être donc un aveu de faiblesse pour Aulas, qui se résigne à faire partir ses meilleurs éléments pour la bonne santé financière du club, au détriment des résultats sportifs (en particulier des titres). Une pratique douteuse et critiquable, surtout quand on voit le potentiel hallucinant de cette équipe…

 

Poster un commentaire

non efficitur. Aenean quis, felis felis Lorem massa libero elementum commodo at