Newcastle cale, Brighton et Huddersfield coulent

0
Ligue 1

L’affiche de la semaine :

Bristol City 4-0 Huddersfield

Tomlin (30′), Abraham (45+14′), Flint (78′), Cotterill (82′)

Autoritaires et réalistes, les joueurs de Bristol se sont redonnés confiance et sortent de la zone de relégation en étrillant une équipe d’Huddersfield qui a montré son pire visage en passant complètement à côté de son match.

Oui, oui, vous avez bien lu, 45+14. Curieux départ pour ce match d’ouverture de la 38ème journée entre Bristol et Huddersfield. Après 7 minutes de jeu, en pleine course défensive, le milieu d’Huddersfield Jonathan Hogg percute tête la première le torse de son capitaine Mark Hudson. Sa tête étant tournée au moment de l’impact, Hogg reste au sol, souffrant d’une douleur aux vertèbres. Les soigneurs prennent toutes les précautions possibles, en immobilisant notamment la tête du joueur, afin d’être sûr qu’il ne ressente pas davantage de douleur.

Un processus qui dure 14 minutes, durant lesquelles les joueurs des deux équipes s’échauffent avec ou sans ballon. Le coach de Bristol Lee Johnson dégainant carrément les coupelles en plastique dans sa zone technique pour que ses joueurs fassent leurs genoux-poitrine et autres courses d’échauffement. Lunaire. Hogg sort finalement sur civière, conscient, sous la standing ovation des supporters adverses et des supporters d’Huddersfield ayant fait le déplacement.

Et ce sera bien la seule fois que les supporters d’Huddersfield auront l’occasion d’applaudir leur équipe, car les hommes de David Wagner vont se montrer trop individualistes devant, et surtout trop fébriles derrière. Fébrilité atteignant son point d’orgue à la demi-heure de jeu, quand Tomlin ouvre la marque pour Bristol, sur un but gag. Hudson se troue complètement, incapable de contrôler une chandelle ou de la dégager, il va ensuite découper Abraham sur un tacle glissé, mais manquer le ballon. Hudson et Abraham étant au sol, Tomlin va tranquillement s’emparer du ballon, s’avancer seul face au gardien, le dribbler, et marquer. Bristol prend un avantage mérité alors qu’ils se montraient de plus en plus pressants et dangereux aux abords de la surface adverse.

L’essentiel du jeu se déroule au milieu de terrain, Huddersfield a la possession, mais ne parvient pas à vraiment se montrer dangereux, car Brown et Van la Parra préfèrent chercher la solution individuelle, ce qui ne fonctionne pas. Bristol se contente d’attendre tranquillement son adversaire, en défendant bas, avec une ligne de 4 derrière, une ligne de 5 au milieu, et Abraham seul en pointe.

Abraham qui doublera la mise en reprenant du bout du pied un centre de Cotterill dans la dernière des 14 minutes de temps additionnel. 19ème but de la saison pour le jeune attaquant prêté par Chelsea, qui prouve qu’il dispose d’un grand potentiel. Les deux équipes rentrent au vestiaire, Bristol mène 2-0. Huddersfield rentre dans ce deuxième acte avec plus d’envie, de plus grandes velléités offensives et se procure une occasion directement après l’engagement. Lolley, entré sur l’aile droite à la place de Kachunga, décale Smith sur la droite, Fielding capte sans problème. Mais comme en première mi-temps, les hommes de Wagner sont trop naïfs derrière et s’exposent toujours autant, sur l’action qui suit, Abraham récupère un nouveau ballon dans le camp d’Huddersfield, adresse un centre pour O’Dowda, qui placera une tête smashée, repoussée sur la barre par Ward.

Bristol continue d’attendre son adversaire et de défendre bas, parvenant à contenir et à contrer les rares tentatives de leurs adversaires. Avant de poignarder Huddersfield par deux fois en quelques minutes. Flint inscrivant tout d’abord le but du 3-0 en déviant, d’une magnifique talonnade, la frappe à ras de terre de son coéquipier O’Neil. Puis sur un penalty transformé par Cotterill après une vulgaire simulation de Bryan suite à un duel avec Billing. Le score est sans appel, 4-0. Bristol peut gérer tranquillement la fin de match pour remporter une victoire logique. Les joueurs de Lee Johnson ont fait preuve d’un grand réalisme, en cadrant 5 de leurs 8 tirs, pour 4 buts au final. Huddersfield restent quant à eux troisièmes mais ont manqué une belle occasion de reprendre 3 points sur Brighton, voyant leurs espoirs de montée directe s’éloigner un peu plus.

L’homme du match : Lee Tomlin. Il a tout simplement été le métronome de Bristol durant ce match. Combatif et pas avare en pressing, il a permis énormément de récupérations et n’a cessé d’orienter le jeu de façon intelligente. Il a également su trouver les solutions individuelles quand il le fallait, en faisant étalage de ses qualités techniques, avec des contrôles magnifiques et des un contre un remportés à la pelle. Inspiré et intenable, c’est lui qui lance son équipe sur un but de charognard.

Sur les autres terrains :

 

Disposant de 6 points d’avance sur Huddersfield, avec un match en plus, Brighton a manqué l’occasion de creuser l’écart, les Seagulls s’inclinant 2-0 sur la pelouse de Leeds, la faute à un doublé de Chris Wood, qui caracole en tête du classement des buteurs avec 24 buts, et hisse son équipe à la 4ème place du championnat, à 2 points d’Huddersfield.

La remuntada de la semaine est à mettre à l’actif de Brentford, qui se déplaçait sur la pelouse de Burton, à la lutte pour le maintien. Les visiteurs vont ouvrir le score après 10 minutes par l’intermédiaire de Sergi Canos. Mais Sordell va s’énerver pour les locaux et planter un doublé en 2 minutes, et Burton inscrira même un 3ème but juste avant la mi-temps. Au retour des vestiaires Canos et Pibe planteront leur doublé pour Brentford et Peleteiro viendra parachever la victoire de son équipe. Le miracle de Burton. En tête du classement, le leader Newcastle a été accroché 0-0 sur la pelouse de Birmingham, tandis que dans un duel entre équipes dans la course aux play-offs, le Reading de Jaap Stam et Yann Kermorgant a été chercher une victoire importante 2-0 , dont un but du Frenchie, sur la pelouse de Sheffield Wednesday qui confirme sa baisse de régime.

Mais Sheffield ne perd pas sa 6ème place, car Fulham n’a pas confirmé après sa belle victoire face à Newcastle, et s’est incliné 3-1 à domicile face à Wolverhampton. Avec un premier but d’un joueur qui ne nous est pas inconnu, Ivan Cavaleiro. L’ancien Monégasque avait signé 5 ans chez les Wolves dans les dernières heures du dernier mercato estival pour 15 millions d’euros. Pas de quart de finale de Champions League pour lui, juste une 16ème place de Championship.

Aston Villa a confirmé son retour en forme en s’imposant 2-0 face à Wigan, 5ème victoire en 6 matchs pour les Villans qui entament leur remontée, tandis que Wigan reste avant-dernier et accuse 7 points de retard sur le premier non-relégable. Alors qu’il y a 3 saisons, ils achetaient Andy Delort pour remonter, coïncidence ? Blackburn a longtemps cru tenir une victoire cruciale et pouvoir sortir de la zone rouge avec un matelas de deux points d’avance, mais Preston a été chercher l’égalisation en toute fin de match par l’ancien joueur d’Everton et ancien prodige du Celtic, Aiden McGeady, 2-2 score final.

Match et enjeux quasi identiques à Nottingham, ou Nottingham Forest a égalisé en toute fin de match contre Derby County pour obtenir le nul 2-2. Grâce à ce point, Nottingham, qui a limogé Philippe Montanier il y a de cela 2 mois, garde 1 point d’avance sur la zone de relégation. Comme quoi, on peut avoir gagné deux fois plus de C1 que tous les clubs français réunis et flirter avec la troisième division.

La fessée de la semaine, elle est comme souvent pour Roterham, lanterne rouge avec 17 points et qui comptait déjà un goal average de -50, avec 82 buts encaissés depuis le début de la saison. Leur déplacement sur la pelouse de QPR n’a rien arrangé, ils repartent avec un 5-1 dans la valise, un 12ème match de suite sans victoire, un péno de Yéni N’Gbakoto et n’ont pris qu’un point à l’extérieur depuis le début de saison (1 nul, 19 défaites). Moche.

Norwich recevait Barnsley, équipe de milieu de tableau, ce qui est plus qu’honorable pour un promu. Mais les locaux ont fait le boulot sans trembler et s’imposent 2-0 pour se rapprocher à 5 points des play-offs, mettant ainsi fin à une série de 6 matchs sans victoire. Sur un malentendu, qui sait ?

Dernière équipe à faire le boulot, Cardiff s’impose 3-1 à domicile face à Ipswich , bien aidé par le doublé du Danois Kenneth Zohore, ancien prodige de Copenhague qui était devenu le plus jeune joueur à apparaître en Danish Superliga, 8 buts cette saison pour lui. Les deux équipes restent dans le ventre mou, respectivement à la 13ème et 17ème place.

Le classement :

classement 2

 

Kévin BERNARD.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here