En équipe

NFL Top/Flop (J15): Lamar Jackson et Drew Brees dans l’histoire

Au programme cette semaine en NFL: Le phénomène Lamar Jackson continue, Drew Brees un peu plus dans la légende, des quarterbacks en plein cauchemar et Stephon Gilmore favori pour le défenseur de l’année.

 

 

Top 3 : Lamar Jackson plus fort que Michael Vick

Lamar Jackson (QB ; Baltimore Ravens) : 212 yds ; 5 TD ; 0 Int + 86 yds à la course

La tactique des Ravens est simple : imposer son jeu au sol et laisser Lamar Jackson finir le boulot. Contre les Jets pourtant une défense réputée solide contre la course, les Ravens ont cumulé 218 yards au sol! En finisseur Lamar Jackson n’a eu besoin de lancer « que » 212 yards mais il a été ultra-efficace avec cinq passes de touchdowns dont trois de moins de 10 yards ! Depuis le début de la saison Jackson est le quarterback qui a lancé le plus de touchdown cette saison alors qu’il n’est que 17ème en nombre de yards. Pour l’instant cette tactique s’avère destructrice pour les adversaires de Baltimore.

Malgré cette nouvelle prestation XXL du quarterback de Baltimore, l’essentiel était ailleurs lors de ce match. Avec 86 yards à la course, Lamar Jackson dépasse Michael Vick (1103 yds vs 1039 yds) et il devient le quarterback avec le plus de yards au sol de toute l’histoire de la NFL, rien que ça ! Le débat sur le futur MVP semble désormais clos.

 

Drew Brees (QB ; New Orleans Saints) :307 yds ; 29/30 ; 4 TD ; 0 Int

On le savait avant le match Drew Brees avait besoin de trois passes de touchdown pour entrer dans l’histoire et dépasser Payton Manning (un ancien Colts). Au début du troisième quart-temps, il s’est connecté avec Josh Hill pour le 540ème touchdown de sa carrière! Objectif atteint.

Non content de battre ce record historique, il a décidé de faire un peu plus fort en s’emparant de celui du meilleur pourcentage de passes complétées sur un match. Avec un seul échec en 30 passes (29/30), il finit la partie avec un exceptionnel 96.7% de passes réussies. Incroyable! Pour info, les Saints se sont imposés (34-7) contre les Colts mais le résultat est anecdotique tant la légende Drew Brees a éclaboussé le match de son talent.

 

Kenyan Drake (RB ; Arizona Cardinals): 137 yds ; 4 TD

Les Cardinals ont, peut-être, fait une bonne affaire en récupérant Kenyan Drake du côté de Miami en cours de saison. Après le match contre Cleveland on ne peut que le croire! Pourtant entre son début de saison à Miami et les derniers matchs avec les Cardinals, Kenyan Drake restait sur 11 défaites consécutives. Il a donc décidé de se fâcher et de s’essuyer les pieds sur la défense de Cleveland. Inarrêtable, il a battu son record en carrière avec 138 yards. Il a surtout inscrit quatre touchdowns pour s’offrir son 1er succès de la saison!

A seulement 25 ans, il doit maintenant confirmer cet exploit lors de la fin de saison. Si c’est le cas, il pourra devenir un lieutenant de choix pour Kyler Murray l’année prochaine.

 

Mention spéciale : Jameis Winston ; Ezekiel Elliott ; Julio Jones

 

 

Flop 3 : Philip Rivers au bout du rouleau

Philip Rivers (QB ; Los Angeles Rams): 307 yds ; 1 TD ; 3 Int ; 1 fubmle

Certes Philip Rivers a lancé 307 yards mais on retiendra surtout les quatre ballons perdus… Le plus inquiétant est qu’il semble dépassé par les évènements et qu’il est, peut-être, temps pour lui d’arrêter! Pourtant son équipe avait plutôt bien commencé le match mais tout a basculé à quelques secondes de la mi-temps. Alors que les Chargers ne sont menés que de deux points, Philip Rivers a la balle et il lui reste moins d’une minute pour essayer de marquer des points. Soudain l’impensable se produit, le quarterback semble pris de panique alors qu’il est seul. Finalement la défense des Vikings finit par mettre la pression sur Rivers qui perd la balle. Touchdown Vikings!

Les Chargers ne s’en remettront jamais et ils s’inclinent lourdement contre Minnesota (39-10). Vivement la fin de la saison pour Philip Rivers et ses coéquipiers.

 

Andy Dalton (QB ; Cincinnati Bengals) : 151 yds ; 1 TD ; 4 Int 

Sam Darnold s’était plaint de voir des fantômes lors de son match contre les Patriots. Il est fort à parier que Andy Dalton a dû en voir lui aussi car la défense des Pats lui a mené la vie rude, surtout en seconde période. Est-ce l’effet vidéo ou simplement le talent, toujours est-il que le quarterback des Bengals a été intercepté quatre fois par la redoutable arrière garde des Pats, déjà auteur de 25 interceptions cette saison.

Pourtant auteur d’un bon départ, les Bengals étaient même devant à la fin du 1er quart-temps. Trois interceptions (dont un pick-6) sur les quatre premiers drives mené par Andy Dalton pour commencer la 2ème mi-temps ont eu raison des espoirs des joueurs de Cincinnati. La fin de l’histoire est proche entre Dalton et les Bengals qui devrait miser sur Joe Burrow lors de la prochaine draft.

 

Derrick Henry (RB ; Tennessee Titans) : 86 yds ; 0 TD

Derrick Henry restait sur quatre matchs consécutifs avec plus de 100 yards et cinq matchs consécutifs avec au moins un touchdown. Contre Houston, les deux séries se sont arrêtées et on peut dire que le moment est mal choisi…En 21 courses, le running back de Tennessee n’a cumulé que 86 yards et il n’a presque jamais réussi à franchir le rideau défensif de Houston.

Les Titans s’inclinent (24-21) et ils laissent les Texans prendre seuls la tête de l’AFC Sud. Évidemment Derrick Henry n’est pas le seul responsable de cette défaite mais pour aller en playoffs, il se doit de dépasser les 100 yards et de marquer à chaque match. Le boulot de star est parfois ingrat.

 

Mention spéciale :Emmanuel Sanders, Devlin Hodges, Kenny Golladay

 

 

Défenseur de la semaine : Stephon Gimore en route vers le titre de défenseur de l’année?

Stephon Gilmore (CB ; New England Patriots): 2 Int ; 4 passes déviées ; 1 TD

1) Depuis plusieurs saisons, Stephon Gilmore est un des meilleurs cornerback de la ligue. 2)Vu le niveau de la défense des Patriots, difficile de ne pas voir le défenseur de l’année porter un maillot de la Nouvelle-Orleans. Voici deux raisons qui nous font penser que Gilmore ne devrait pas être loin d’obtenir cette distinction en fin de saison.

Contre les Bengals, il a encore été impeccable, interdisant tout accès à sa zone et réduisant Tyler Boyd au silence (3 réceptions ; 26 yds). Il a également intercepté deux fois Andy Dalton pour porter son total à six interceptions (leader en NFL). Cerise sur le gâteau, il a finit derrière la ligne pour son deuxième pick-6 de la saison.

 

Mention spéciale : Danielle Hunter ; Ryan Anderson ; Bobby Wagner

 

 

Rookie : Sanders relance Philly

Miles Sanders (RB ; Philadelphia Eagles) : 122 yds ; 1 TD à la course + 50 yds ; 1 TD en réception

Miles Sanders permet à Philly d’encore croire aux playoffs (credit photo: Bleeding Green Nation)

Privé de beaucoup de receveurs, Carson Wentz avait absolument besoin de jeu au sol pour pouvoir espérer gagner. Il a été servi avec le meilleur match en carrière du rookie Miles Sanders et c’est bien la seule satisfaction de ce match côté Philadelphie.

Le running back de Philly a dépassé la barre des 100 yards pour la 1ère fois de sa jeune carrière et il a inscrit deux touchdowns (un à la course et un en réception). Heureusement que Miles Sanders était là car les Eagles s’imposent difficilement contre les Redskins (37-27). Ils gardent une chance d’aller en playoffs mais le prochain match contre Dallas sera crucial.

 

Mention spéciale :  Terry McLaurin, AJ Brown, Tony Pollard

 

 

Surprise du chef : Perriman l’heure de gloire

Breshad Perriman (WR ; Tampa Bay Buccaneers): 113 yds ; 3 TD

C’est ce qu’on appelle être au bon endroit au bon moment. Receveur anonyme, passé par Baltimore et Cleveland, Breshad Perriman n’avait inscrit que 7 touchdowns en 48 matchs. Il a profité de l’absence de Mike Evans et d’un nouveau jour de grâce de son quarterback Jameis Winston (458 yds ; 4 TD) pour exploser les statistiques.

En seulement cinq réceptions, il a dépassé les 100 yards pour la première fois et inscrit un triplé. On espère qu’il a gardé le ballon du match car ce pourrait être le seul exploit de sa carrière!

 

Mention spéciale : Seth Roberts, Chris Conley, Mike Boone

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
ipsum felis tristique odio fringilla ut risus