NJPW – Best of the Super Juniors 26, résultats de la quinzième journée, la finale.

C’est le grand jour, la finale du célébrissime Best of the Super Juniors, fort de sa vingt-sixième édition cette année. Ce 5 juin marquait le retour du légendaire Hiroshi Tanahashi, les débuts de Jon Moxley et bien évidemment l’affrontement au sommet entre Will Ospreay et Shingo Takagi pour couronner le vainqueur du prestigieux tournoi.

EXHIBITIONS ENTRE MALHEUREUX PERDANTS ET ÉCHAUFFOURÉES ENTRE FACTIONS

Pour le premier combat du jour, ce fut le duo mexicain composé du champion de la division Junior Dragon Lee et Titán accompagné de Shota Umino qui affrontaient Bandido, Jonathan Gresham et (la serpillière) Ren Narita. Sans surprise, le champion adjuge la victoire à son équipe en triomphant de Narita d’un Running Knee en pleine face.

Pourtant favoris, El Phantasmo ni Taiji Ishimori ni Robbie Eagles n’ont su se hisser en finale du Best of the Super Juniors. Les trois lurons de BULLET CLUB étaient opposés à SHO & YOH épaulé par Ryusuke Taguchi. L’expérience n’aidera point, ce sera finalement El Phantasmo qui atomise SHO de son CR II pour la victoire. Malgré cela, les tensions sont palpables chez les vainqueurs, le canadien s’étant auto-tag pour le final du match. L’arrogance est un vilain défaut.

L’alliance entre CHAOS et l’élite de la New Japan est toujours d’actualité, l’équipe composée de Tiger Mask, Jyushin Thunder Liger, Toru Yano, Tomohiro Ishii et YOSHI-HASHI a défait le Suzuki-Gun (Minoru Suzuki, Taichi, Yoshinobu Kanemaru, Zack Sabre Jr.DOUKI) à cause de ce dernier, qui a subit le Karma de YOSHI-HASHI.

Ensuite, ce sont les ingouvernables Tetsuya Naito, BUSHI, EVIL & SANADA qui ont battu Toa Henare, Tomoaki Honma, Togi Makabe menés par Kota Ibushi. Rappelons que Naito et Ibushi se feront faces à Dominion pour le titre Intercontinental.

Une balade de santé pour Kazuchika Okada, qui, accompagné de Rocky Romero ont battu Marty Scurll & Brody King qui a subit de plein de fouet la fougue du Rainmaker.

RETOUR ESTROPIÉ

Absent depuis G1 Supercard suite à une blessure contractée au coude, Hiroshi Tanahashi nous manquait. Il effectuait (enfin) son retour ce jour et le comité de la New Japan Pro-Wrestling lui a imposé un adversaire de choix : nul autre que son nemesis Jay White, qui arbore dorénavant une bien belle barbe, c’est à souligner.

Malheureusement, le retour s’est légèrement mal passé pour l’Ace puisque le jeune néo-zélandais lui a rivé les épaules. Peut-être le début de la fin pour celui a fait briller la NJPW lors de ses heures noires.

La barbe lui va si bien. Un véritable salaud.

AUSSITÔT ARRIVÉ, AUSSITÔT DÉCORÉ 

Révélé comme étant l’homme qui menaçait Juice Robinson depuis des semaines, Jon Moxley effectuait aujourd’hui ses débuts sur le ring de la promotion japonaise pour une occasion au titre US de son compatriote.

Ce joyeux luron de Moxley n’était pas venu le faire dans la demi-mesure qui attaque le champion avant même le son de cloche et qui enclenche une bagarre longue de plus d’une vingtaine de minutes où il utilisera chaises, tables et bien plus encore. La disqualification chez New Japan on la cherche encore à l’heure qu’il est.

Au final, c’est le challenger qui s’impose de son Double Arm DDT pour s’octroyer son premier championnat à la New Japan pour son premier combat. Avant de partir, ce dernier salue le public, classe.

La bise à Stamford.

ASSASSINAT DU DRAGON 

La grande finale, enfin.

Favori, Shingo Takagi intimide avec un score parfait lors des phases de poules et sa série d’invincibilité tandis que Will Ospreay peut créer la surprise, tellement que l’anglais est inarrêtable en cet an de grâce deux mille dix-neuf.

Pourtant, c’est bel et bien Will Ospreay qui s’impose après plus de trente minutes d’affrontement assez brutal où le corps des deux hommes ont assez souffert – on fait coucou à la nuque d’Ospreay. Le britannique triomphe de son adversaire de son Stormbreaker et s’adjuge son second Best of the Super Juniors après son sacre en 2016.

Le lutteur anglais s’empare alors du micro et révèle bon nombre de choses au public : il met entre parenthèses sa carrière dans le circuit britannique, au grand dam des fans pour se concentrer davantage au Japon et qu’il meurt d’envie d’affronter qui que ce soit, même les poids-lourds.

Un grand futur attend le jeune anglais.

Pas le temps de souffler puisque Dominion se profile dans quatre petits jours où Will Ospreay affrontera donc Dragon Lee pour le titre Junior, Chris Jericho affronte Kazuchika Okada pour le titre IWGP poids lourd, sans oublier la défense du titre Intercontinental de Kota Ibushi face à Tetsuya Naito.

Soyez fier d’être fan de catch.

A propos de l'auteur

Huit ans de passion pour des combats d'hommes en slips parfois fluo. Une passion inébranlable.

Poster un commentaire

vel, accumsan ut dolor libero pulvinar ante. sit velit, commodo odio