NJPW – Southern Showdown in Melbourne, on écrit l’histoire sur les terres australiennes

Avant d’entamer son G1 Climax, fort de sa vingt-neuvième édition qui débutera ce samedi 6 juillet, la New Japan Pro-Wrestling marquait un petit arrêt du côté de l’Australie en se produisant ce jour à Melbourne et demain à Sydney. Une occasion pour l’île de montrer de quel bois elle se chauffe en envoyant ses talents croiser le fer des lutteurs de la promotion nippone.  

LES ENFANTS DU PAYS ET TRADITIONNELLES ÉCHAUFFOURÉES ENTRE ACTIONS

Comme à leur habitude, ce sont les Young Lions qui ouvrent le bal – cette première nuit s’ouvrait par un combat à six hommes opposant Toa Henare, Shota Umino & Nick Bury à Michael Richards, Andrew Villalobos & Mark Tui. Combat d’ouverture qui se solde par une victoire du premier trio cité grâce à la Toa Bottom de Henare sur Villalobos.

Secondement, Slex, natif de Melbourne, a battu Aaron Sollow d’un High Kick esthétiquement très beau visuellement en à peine dix petites minutes de temps.

C’est ensuite la paire surprenante de YOH & Toru Yano, tous deux membres de CHAOS ont affronté BULLET CLUB composé de Taiji Ishimori et de Gino Gambino, vieille tête connue du clan. Malheureusement pour Gambino, il s’est fait avoir par un petit paquet de Yano. Sacré Toru.

Pour conclure la basse carte, CHAOS en les personnes de YOSHI-HASHI & Tomohiro Ishii qui ont battu une nouvelle fois BULLET CLUB, cette fois-ci composé de Yujiro Takahashi et de Chase Owens, qui prit malheureusement la fougue d’Ishii et son Vertical Brain Buster pour la victoire.

« It was at this moment, Chase knew… he’s f*cked up ».

FANTASME ET GUERRIERS DE LA DESTINÉE

Fort de sa victoire retentissante face à El Phantasmo lors de la dernière édition du Best of The Super Juniors le mois dernier, Rocky Romero était dans son droit de réclamer un combat de championnat au titre des poids légers de Revolution Pro Wrestling détenu par le canadien. Au terme de presque vingt minutes d’affrontement, El Phantasmo a bafouer l’affront du mois dernier en s’imposant de son CR II.

Cette fois-ci, El Phantasmo n’a pas fini dans l’arrière-train de Ryusuke Taguchi.

 On espérait une victoire inattendue, il n’en fut rien. La paire américano-australienne composée de Juice Robinson et de Mikey Nicholls affrontaient aujourd’hui les frères Tama Tonga & Tanga Loa pour le compte des championnats IWGP poids lourds par équipe. Ce n’est que seulement après quelques dix minutes de combat que Tonga prendra par surprise Nicholls d’un petit paquet pour conserver les titres par équipes.

« J’aurai dû ramener aussi Shane Torne chez New Japan »

L’ASSASSIN SURPASSE LE SNIPER ET L’AS & LE RAINMAKER SURPASSENT LEURS NÉMÉSIS

C’est directement au micro de Kevin Kelly que Will Ospreay, après son triomphe face à Dragon Lee, annonça qu’il allait défendre son championnat Junior Heavyweight face à Robbie Eagles lors de cette première nuit de Southern Showdown – pour ceux qui n’ont pas suivi, la chance au titre de Robbie Eagles survient suite à sa victoire face à l’anglais lors du Best of the Super Juniors 26. Une fois mais pas deux, Will Ospreay ne s’est pas laissé humilier une seconde fois puisqu’au terme de trente minutes de combat qu’il s’imposa de son Stormbreaker face à l’enfant du pays. Vraiment une triste journée pour l’Australie. Un affrontement inscrit dans le livre d’or du catch australien, malgré la défaite, Robbie Eagles a rendu fier un pays.

Eagles marque peut-être sa fin au BULLET CLUB en serrant la main de l’homme ayant triomphé de lui avec un El Phantasmo gisant au sol. 

Pour conclure cette première de nuit de catch à Melbourne, New Japan Pro-Wrestling a associé les deux grandes stars de la promotion, Hiroshi Tanahashi et le champion poids lourd IWGP Kazuchika Okada face au leader de BULLET CLUB, Jay White et Bad Luck Fale. Un combat assez fan service pour terminer la soirée sur une note positive due à la victoire du duo nippon. Non sans critiquer le talent des quatre hommes, beaucoup auraient préféré voir Will Ospreay et Robbie Eagles la place de main-event.

Tanahashi qui réfléchit au fait qu’un neuvième titre IWGP poids lourd serait pas de refus.

Non sans être l’événement prestigieux qu’il soit, New Japan Pro-Wrestling permet de faire rêver tout un pays dont le catch se développe peu à peu au fil des années. A l’image du catch français : les talents sont là, il ne manque plus un poil de détermination et une marque de sérieux pour voir un peu plus grand. 

 

 

 

 

 

 

 

 

A propos de l'auteur

Huit ans de passion pour des combats d'hommes en slips parfois fluo. Une passion inébranlable.

Poster un commentaire

at massa vel, sed Praesent neque.