Basketball

Nos 5 questions pour la prochaine saison de NBA

Si Steven Spielberg avait dû écrire la saison NBA 2019-2020, elle aurait été à des années lumières de ce qui s’est vraiment passé. De toute son histoire la grande ligue américaine n’avait jamais connu une saison aussi bouleversée, imprévisible et avec autant de dramaturgie. On ne s'est pas ennuyé avec des rebondissements toutes les semaines, heureux et parfois même tragiques. Pour cette saison 2020-2021, la NBA va repartir en essayant de faire comme si rien n’avait changé dans une période où rien ne sera plus pareil. À quelques jours de la reprise, voici le top 5 de nos attentes pour la prochaine saison qui s’annonce déjà exceptionnelle.

Comment la NBA va gérer ce contexte de coronavirus ?

Aaron Gordon masqué, symbole d'une saison qui s'annonce particulière.

Ce premier point est primordial et c’est surement celui qui donne le plus de sueurs froides à Adam Silver. Avant tout il est important de saluer l’énorme travail qui a été fait par la NBA pour accueillir les joueurs dans la désormais célèbre « bulle ». Aucun cas n’a été détecté et cela relève de l’exploit tant il a fallu s’adapter rapidement à un contexte inédit. Mais la bulle ne réunissait que vingt-deux équipes sur les trente que compte la ligue. La question est donc la suivante : comment gérer cela sur une saison entière ? Retour d’un seuil minimal de public ? Saison à huis clos ? Les informations à cette heure ci sont encore floues, mais une chose est sûre : quand il s’agit de nous impressionner,  la NBA sait mettre le paquet.

Les Lakers vont-ils faire le back to back ?

Les Lakers de Lebron James en mode back to back ?

Leur titre date d’il y à peine trois mois, mais les partenaires de Lebron James repartent déjà au combat. Un 17e titre pour Kobe, un 17e titre pour l’histoire, un 17e titre si particulier. Quelques semaines de repos et retour au boulot. Avec quel effectif ? Une chose est sûre, les Angelinos étaient déjà forts et, mauvaise nouvelle pour la concurrence, ils se sont encore renforcés. Exit Danny Green, Rajon Rondon ou encore Dwight Howard pour leur quête d’un deuxième titre de suite, les Lakers ont visé du gros poisson. Bonjour à deux des meilleurs 6e hommes de la ligue, à savoir Montrezl Harrel et Dennis Schröder. Pour accompagner tout cela, Los Angeles a additionné l’expérience de Marc Gasol et le shoot de Wesley Matthews. Ajoutez à cela la prolongation d’Anthony Davis et vous reformez l’armada autour de Lebron James. Les Lakers vont encore faire mal cette année et seront un favori logique pour un deuxième couronnement.

Atlanta et Phoenix iront-ils en playoffs ?

Désormais prononcer Atlanta, Phoenix et playoffs dans la même phrase c’est possible, et c’est même fortement envisageable. Oui, car les Hawks et les Suns sont passés en quelques années des bas fonds de la Ligue à une possible place en playoffs. Deux franchises qui se sont reconstruites par la draft, après avoir mangé leur pain noir pendant de nombreuses années. Les deux équipes ont réalisé deux excellentes intersaisons, peut-être même parmi les meilleures, en termes de transferts. De l’expérience à la mène (Chris Paul à Phoenix, Rajon Rondo à Atlanta), du scoring sur les lignes arrières (Jae Crowder aux Suns, Gallinari et Bogdanovic aux Hawks) et enfin des joueurs capables d'accepter des missions défensives avec E’twaun Moore (Phoenix) et Solomon Hill (Atlanta). Rajoutez à cela un rookie de chaque côté, un poste 5 avec Jalen Smith chez les Suns et l’ailier fort des Trojans, Onyeka Okongwu, sélectionné en sixième position à la draft par Atlanta. Les Hawks et les Suns vont attirer tous les regards l’an prochain.

La french connection va-t-elle nous donner envie de regarder Detroit ?

Killian Hayes et Sekou Dombouya, le nouveau visage de Detroit ?

Français drafté le plus haut de l’histoire, Killian Hayes ne tombe pas en terrain inconnu. À Détroit, il va retrouver son pote Sekou Dombouya : une bonne nouvelle pour les deux joueurs. Sekou, qui a connu une saison rookie difficile, pourra s’appuyer sur son ami pour donner un second souffle à son aventure du côté de Motor City. Pour Killian Hayes, c’est aussi une bonne chose de retrouver un compatriote français, qui plus est de sa génération. On imagine tout de suite l’alley-oop de Hayes pour Dombouya. Dans une franchise qui ne jouera rien la saison prochaine, les deux frenchies vont pouvoir se développer tranquillement . L’excitation de les voir ensemble sur le parquet de la Little Caesars Arena est grande.

Les Clippers, Bucks, Sixers et Rockets vont-ils prendre leur revanche ?

Spoiler alert, aucune de ces quatre équipes n’a été sacrée championne NBA. Décevant oui, surprenant aussi, car ces équipes ont fortement déçu au vu des promesses qu’elles pouvaient susciter en début de saison. Les Clippers sont les premiers à rentrer dans le box des accusés. Résumons leur saison : beaucoup d’inconstance, beaucoup de paroles dans le vent, beaucoup de déceptions. Au revoir Doc Rivers, bonjour Tyron Lue, bonjour Serge Ibaka et au revoir Montrezl Harell. Avec un cinq majeur qui n’a pas trop bougé autour de Kawhi Leonard et de Paul George, Lou Williams en 6e homme et Serge Ibaka dans la raquette, les Clippers repartent en mission.

Les Bucks ont, malgré eux, animé cette free agency. Alors qu’ils avaient réussi à arracher Bogdan Bogdanovic à la concurrence, le trade n’a pas été validé à cause d’une banale signature. Frustrant même si le bilan reste positif avec l’arrivée du très convoité Jrue Holiday qui est une vraie amélioration par rapport à Eric Bledsoe. Après d’autres petits coups malins (Portis, DJ Augustin, Forbes, Craig), l’heure est maintenant à la confirmation en playoffs. Une première place en saison régulière pour ne même pas atteindre les finales de conférence, c’est forcément décevant.

Les Sixers ont entamé leur révolution, et Daryl Morey en est le commandant en chef. Une grosse free agency et un nouveau coach (Doc Rivers) plus tard, la franchise de la ville de l’amour fraternel veut faire mal cette année et elle s’en donne les moyens. Des joueurs revanchards, un coach d’expérience, du shoot et de la domination dans la peinture, un cocktail explosif est en approche à Philadelphie.

Gardons le meilleur pour la fin, nos amis les Rockets. Quelle intersaison mouvementée du côté du Texas ! Le GM qui a construit l’ADN de ces Rockets qui prend la porte, exit Russel Westbrook, bonjour John Wall… Et enfin, pour couronner le tout, le franchise player qui n'en finit plus de visiter des strip clubs à travers les Etats-Unis. Malgré tous ces mouvements et ces controverses, les Rockets seront encore un outsider pour le titre… ou pour l’explosion.

Une saison particulière arrive à grands pas, avec  beaucoup d’incertitudes et beaucoup d’attentes. Début des réponses le 22 décembre.

Crédits Image :

Inside Basket

Basket Sessions

France 24

Sports business mag

Dernières publications

En haut