OL Barcelone : ohé ohé capitaines abandonnés

0

Le 1/8è de finale aller de Ligue des Champions OL Barcelone promet d’assister à un grand match de football. Grâce aux joueurs et malgré les entraîneurs.



Bruno Génésio est un homme intelligent. Quand, derrière le gilet, ne sont pas venus se glisser les anis et les liqueurs servis à l’Azar ou d’autres estaminets lyonnais, sa lucidité l’honore. Seulement voilà. Il est l’entraîneur d’un président qui ne l’est guère plus, et qui l’oblige par son attitude à se prendre publiquement pour ce qu’il n’est pas.

Bruno Guardiola

Alors, quand il dit toute son admiration, légitime, pour un collègue au palmarès aussi prestigieux que Guardiola, et demande qu’on le prenne avec autant d’un sérieux que le gaillard catalan, on le raille. Et des « Pep Genesio » de fleurir. Or, le bougre le sait bien, lui, qu’il n’est pas de cette trempe-là et n’en sera jamais, et au fond de lui, derrière ce survêtement Adidas impeccablement repassé, son cœur de Gone n’est pas dupe.

Il n’en fallait pas plus aux Génésiosceptiques et Génésiodolâtres, sectes aussi mystifiées et catégoriques que forment leurs homologues qui s’intéressent au climat, pour se frotter les mains d’avance de l’affrontement entre l’OL et Barcelone en 1/8è de finale de Ligue des Champions. Comme si le Barça que va affronter la #TeamANenesse était encore celui de la glorieuse épopée 2009/2012. Comme si Valverde avait par-devers lui un génie à la hauteur de son illustre prédécesseur, et qu’il éteindrait définitivement, dans un sens comme dans l’autre, toutes les polémiques qui agitent les suiveurs rhodaniens.

“La gnaque les gars !”

Il est fort à parier que le match de ce soir pourrait se jouer sans entraîneur, ou presque, et que le résultat final ne sera à mettre qu’au crédit des joueurs, ou presque. Car, que ce soit avec une palanquée de monstres du football Messi, Suarez, Alba, Busquets et consorts, ou avec une équipe de joueurs doués et décidés à se montrer Fekir, Ndombélé, Aouar, Mendy et autres, l’une et l’autre équipe, et pour des raisons différentes, sont tactiquement presque autogérées. Le Barça parce que la colonne vertébrale de son jeu et de ses joueurs peut se dispenser d’un coach sans idée révolutionnaire comme Valverde ; l’OL parce que les idées tactiques de Bruno Génésio s’arrêtent aux systèmes et à la gnaque.

Reste à savoir ce que feront les joueurs de cet OL Barcelone.

Crédit photo : Foot Mercato



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here