En équipe

Olympique Lyonnais : et maintenant ?

Défait à domicile par Rennes dimanche dernier (0-1), l’Olympique Lyonnais traverse une période (très) compliquée. Entre les tensions qui règnent entre joueurs et supporters, et les lourdes blessures de ses cadres, la saison de l’OL a surement pris une nouvelle tournure après la semaine qui vient de s’écouler.

 

Un navire qui chavire

Paris, Nantes, Lille, Rennes. Voilà déjà 4 fois que l’OL s’incline sur ses terres depuis le début de la saison. Les Lyonnais ne sont que la 16e meilleure équipe de Ligue 1 à domicile. Un bien trop maigre bilan pour pouvoir faire peur à qui que ce soit.

Après une semaine marquée par des incidents entre les supporters et les joueurs suite à la qualification en 8e de finale de Ligue des Champions mardi dernier, les coéquipiers d’Houssem Aouar ont donc connu un nouveau coup d’arrêt, un de plus, dimanche en s’inclinant face aux Rennais au Groupama Stadium.

8e de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais est avant même la trêve hivernale à 10 points de la deuxième place, actuellement occupée par l’Olympique de Marseille. Un bilan comptable très loin d’être satisfaisant, mais ce qui inquiète encore davantage, c’est peut-être que les maux du club lyonnais ne s’arrêtent pas là.

Entre les résultats décevants, la faible qualité du jeu proposé et le contexte de tension qui entoure le club, l’OL est en crise. Et pour ne rien arranger, Memphis Depay et Jeff Reine-Adelaïde, deux des trois leaders techniques de l’équipe, se sont gravement blessés et sont “out” pour le reste de la saison. Une mauvaise nouvelle qui a été confirmé lors d’une des rares interventions de Juninho devant la presse, lui qui s’est fait très discret depuis le début de la semaine et des hostilités.


Dépité par l’annonce de ces longues absences, Jean-Michel Aulas est dans une impasse. Lui qui a lâché du lest en début de saison, en confiant en partie les clés du camion à un directeur sportif qui a fait le choix d’un nouveau coach inexpérimenté, le président emblématique de l’OL se retrouve confronté à une situation complexe, où personne ne semble prendre ses responsabilités, et où les supporters ne semblent pas enclins à tirer dans le même sens que le coach et que certains joueurs.

 

Des problèmes à tous les niveaux

Outre la simple restitution des faits qui perturbent l’OL ces derniers jours, plusieurs problèmes empêchent les joueurs de Rudi Garcia de s’exprimer comme on l’attend sur le rectangle vert. Tout d’abord, comme souvent depuis plusieurs saisons, l’équipe dans sa globalité ne semble pas parvenir à trouver les clés tactiques qui lui permettraient d’être régulièrement efficace dans les deux surfaces, ce qui empêche forcément les joueurs de s’épanouir pleinement au sein du collectif lyonnais.

Par ailleurs, à chaque poste ou presque, on peut distinguer des problèmes dans les rangs rhodaniens. La défense centrale tout d’abord, qui encaisse encore trop de buts, et dont le faible nombre de passes vers l’avant n’aide pas l’équipe dans les transitions.


Les latéraux ensuite, dont l’utilisation n’est pas beaucoup plus claire que ce qu’elle n’était sous Sylvinho. Avec en plus les blessures de Dubois et de Koné, Rudi Garcia est confronté à un problème de nombre. Il ne dispose en effet plus que de Tete, Rafael, Marçal et Bard pour occuper ces postes. Les trois premiers ayant souvent été blessés ces derniers mois, et le dernier ayant encore trop peu d’expérience pour être indiscutable au poste, les choix sont donc limités.

Au milieu ensuite, et surtout, est surement là le plus gros chantier de l’équipe lyonnaise. Impressionnant à Lille la saison dernière, Thiago Mendes n’est plus que l’ombre de lui-même, et ne donne pas satisfaction. Quant à Lucas Tousart, même problème ou presque que la défense centrale. Il perd plus de ballon qu’il n’en récupère, et n’apporte pas suffisamment dans le jeu vers l’avant. Face à Rennes par exemple, il n’a récupéré aucun ballon, et n’a gagné que deux duels sur quatorze.. trop peu pour espérer peser sur le milieu. La seule satisfaction se nomme Maxence Caqueret, dont les premières titularisations ont été encourageantes.

Enfin, offensivement, encore plus que sous Genesio, l’animation offensive est proche du néant. Lyon compte toujours sur des exploits individuels, et ne dispose pas d’ailiers qui s’imposent comme des références à leur poste. Par ailleurs, l’utilisation de Moussa Dembélé peut elle aussi susciter le débat. Si le joueur est responsable de sa méforme et de sa difficulté à scorer dans les grands rendez-vous, il est peut-être l’heure de se demander que veut réellement mettre en place le staff lyonnais, et quel pourrait-être le système qui permettrait aux joueurs alignés d’évoluer dans leur registre.

Côté banc, inutile de rappeler une fois de plus les statistiques désastreuses de Rudi Garcia face aux “gros” du championnat, et le passif à la préparation physique de Paolo Rongoni, amené par Garcia et qui a bouleversé ce qui avait été mis en place par Da Fonseca auparavant.

 

Quelles solutions ?

Après avoir fait l’état (critique) des lieux, il est temps de s’attarder sur les solutions dont dispose l’OL pour sauver ce qu’il reste encore à sauver lors de la deuxième partie de saison.

Premier point primordial, le recrutement. Si le mercato d’hiver accouche généralement rarement de gros coups, Lyon va devoir se monter intelligent. Le recrutement d’un voir deux latéraux, et d’un milieu à vocation technique (pointe basse ?), qui avait à la base été ciblé par le tandem Juninho-Sylvinho cet été, semble inévitable. À voir également pour un défenseur central en cas de départ de Marcelo. Quoi qu’il en soit, l’OL ne pourra sans doute pas recruter 4 ou 5 joueurs, et devra cibler, bien mieux que l’été dernier, les secteurs où il a urgemment besoin de se renforcer.

Garcia devra également bricoler à gauche le temps que Koné soit de nouveau apte à jouer. De même, sur l’aile gauche, il n’aura d’autre choix viable que d’installer Martin Terrier, pour permettre à Houssem Aouar d’évoluer dans l’axe. Le coach lyonnais serait d’ailleurs bien inspiré de donner les clés du camion à ce dernier, comme cela était également prévu au début de la saison, et d’autant plus désormais en l’absence de Memphis Depay.

Résultat de recherche d'images pour "cherki caqueret terrier"

Crédit photo : lequipe

Enfin, le salut de l’OL viendra peut-être de ce qu’il a su faire de mieux par le passé : jouer la carte des jeunes, et s’appuyer sur son académie. Si Caqueret est dernièrement utilisé de manière régulière dans l’équipe première, d’autres comme Solet, Cherki, Bard ou Gouiri gagneraient à être tester beaucoup plus souvent dans les semaines à venir. De toute façon, même si certains observateurs restent  sceptiques sur leur capacité à évoluer, malgré leur jeune âge, au plus haut niveau, le club, lui, n’a plus vraiment d’autre choix que de prendre des risques s’il veut atteindre l’Europe en fin de saison.

 

Crédit photo de l’image en Une : Sport 24 – Le Figaro

 

Grégoire Allain

1 commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
in felis risus. felis fringilla velit, Aliquam accumsan sem,