OM : Où en est Rudi Garcia ?

Défait hier soir sur la pelouse de Nantes (3-2) après avoir mené deux fois au score, Rudi Garcia et son OM montre un visage inquiétant. Influencé par une saison dernière record, qu’en est-il vraiment ? Retour en détail sur l’aventure de Rudi Garcia dans la cité phocéenne.


Face à la mer

Recruté en octobre 2016 succédant à Franck Passi, Rudi Garcia arrive dans un OM qui sort d’une saison catastrophique avec une équipe assez faible qualitativement. Le rachat du club vient d’être effectué et c’est donc un tout nouveau board qui recommence la saison en cours. Son premier match à la tête de Marseille est lors du Clasico au Parc des Princes et un 0-0 arraché douloureusement. Lors de cette saison 2016-2017, l’Olympique de Marseille terminera à la 5ème place grâce aux recrutements de Payet, Sanson ou Evra au mercato hivernal. Néanmoins l’OM prend de sévères cartouches face aux gros du championnat, une situation assez mal vécue.

Pour la saison 2017-2018, de nouvelles arrivées comme les retours de Mandanda et Ocampos, le recrutement de Luiz Gustavo, Adil -ami, Jordan Amavi garnissent l’effectif marseillais orphelin de Gomis. L’ex buteur et capitaine est remplacé par Valère Germain et Mitroglou, une décision toujours discutable. Avec ce nouvel effectif, Rudi Garcia réalisera une saison exceptionnelle en terminant quatrième avec 77 points au compteur. La cerise sur le gâteau vient fin mai avec cette finale d’Europa League perdue face à l’Atletico Madrid. Seul ombre au tableau, les désormais familières défaites face à Lyon, Monaco ou Paris.

Un début de saison assez terne

Après cette défaite à La Beaujoire, l’OM pointe donc à la cinquième place à seulement quatre points de Lille, second. Rien d’inquiétant me direz vous ? Oui mais voilà, les Marseillais restent sur deux victoires lors des neuf dernières rencontres toutes compétitions confondues. Un constat alarmant qui est accompagnée par des faiblesses toujours plus graves dans le jeu. Seulement deux semaines après avoir prolongé son coach jusqu’en 2021, Marseille a peut-être déjà des regrets.

On va taper un peu sur Rudi, mais ne pas oublier non plus que toutes les parties prenantes ont aussi leur part de responsabilité. Les joueurs sont parfois scandaleux comme face à Francfort, le président aux PowerPoint devrait se concentrer sur son club et Andoni Zubizarreta peut revoir certains achats … Alors reprenons cela hiérarchiquement.

Tout d’abord, l’effectif semble avoir atteint son plafond l’an dernier et cela est problématique. C’est un effectif peu fourni d’un point de vue qualitatif. Ensuite le recrutement effectué par la direction depuis le rachat semble contre-productif. Figure de proue et surpayé pour le ramener sur la Canebière, Dimitri Payet est le plus gros salaire du club et les 30 millions d’euros investis auraient pu servir à d’autres causes. Très souvent mal utilisé par Rudi, disons que ce n’est pas le recrutement le plus critiquable. Le retour de Mandanda, en perte de vitesse, est lui plus discutable. Luiz Gustavo ou Adil Rami ont été satisfaisants voir très bon dans le cas du brésilien. Sanson est sur courant alternatif et a encore la possibilité de nous faire mentir.

Une gestion des hommes particulière

Sortons donc les gros dossiers : Comment parler des recrutements de Germain, Mitroglou, Sertic, Abdennour ? L’OM avait besoin d’un grand attaquant et c’est offert cette doublette pour la modique somme de 28 millions d’euros, sans oublier le salaire monstrueux du grec. Certes le système de Garcia n’aide pas mais le rendement des deux avant-centres est plus que famélique. Alors avec 28 millions d’euros on ne refera pas l’histoire mais on peut s’offrir Memphis, Ben Yedder, André Silva, ou un retour de Batshuayi sous bonne négociation. En ce qui concerne le recrutement des indésirables, ce sont des joueurs qui ont su profiter de leur meilleure période pour se hisser à Marseille.

Le plus gros problème visible depuis le début de saison semble être la gestion des hommes de Rudi Garcia. A commencer par les recrues Radonjic et Caleta Car. Deux jeunes joueurs étrangers qui découvrent un nouveau championnat, un nouveau pays et une nouvelle langue. Le coach de l’OM lance ses poulains dans des matchs bourbiers sans véritable préparation comme pour le défenseur croate face à Nîmes. Sans donner de continuité à ses idées, Garcia ne permet pas à ses recrues d’enchaîner et ces derniers ont leurs chances dans les matchs sans enjeu d’Europa League et dans de nouveaux systèmes. Si le cinéma s’arrêtera là, je n’en parlerais même pas, mais Radonjic et Caleta Car sont les premiers à se faire allumer en conférence de presse par leur coach. Assez limite comme comportement.

Remise en question

Une autre donnée s’est révélée cette saison. Luiz Gustavo, Mandanda ou Adil Rami sont tous plus “faibles” et commettent de véritable erreur dans le jeu. On parlait de sur-régime un peu plus haut, cela semble être le cas pour les joueurs avec le plus de bouteille. Seul FloTov semble être à la hauteur et porte ses coéquipiers avec un rythme de leader. Dans une équipe qui se cherche avec des dispositifs tous aussi incompréhensibles les uns que les autres, Rudi semble perdu et à la recherche de la bonne recette, problématique quand on vient de te prolonger pour trois ans.

Auteur d’un dernier tacle à l’encontre de ses joueurs hier soir, répétant par deux fois qu’ils méritaient “la palme de la stupidité”. Coach Rudi devrait peut-être se regarder dans la glace et se remettre en question. C’est marrant de tirer à boulets rouges sur son vestiaire, mais ces déclarations border-line auront bientôt leurs limites. Cet OM là ne nous donne pas l’impression de travailler à l’entraînement et répète toujours les mêmes erreurs. Entre recrutements pourris et mauvaise gestion du collectif, tu commences par où Rudi Garcia ?

Crédit photo / 20minutes.fr

 



A propos de l'auteur

Stevan Jovetic FC

Poster un commentaire

Sed Phasellus vulputate, pulvinar lectus venenatis dolor adipiscing suscipit sem, Praesent