Open d’Australie (F) : Osaka accède au Graal !

0
Ligue 1

Naomi Osaka a livré une prestation de grande qualité pour venir à bout de Petra Kvitova, ce samedi matin, à Melbourne (7-6/5-7/6-4). La Japonaise remporte ainsi son deuxième titre en Grand Chelem, et accède par la même occasion au rang de numéro une mondiale, à 21 ans seulement.

 

Un premier set accroché

Le début de match est sans grand suspens. Les deux femmes tiennent solidement leur mise en jeu. Lors du cinquième jeu, Petra Kvitova s’offre les deux premières balles de break de la rencontre. Si elle semble plus forte à l’échange en évitant le coup droit de la Tchèque, la Japonaise subit lorsqu’elle sert sur le revers de son adversaire côté égalité. Avec panache, elle sauve ses deux premières balles de break, avant d’en sauver trois autres lors de son jeu de service suivant. Kvitova peut comme souvent s’appuyer sur sa patte de gauchère, surement la meilleure du circuit. Son service slicé suivi de son coup droit croisé dans le contre-pied met à mal la Nippone. Les deux joueuses doivent donc logiquement en découdre au tie-break. C’est le moment choisi par Osaka pour sortir le grand jeu. Un retour gagnant dans l’angle, un ace, un passing, et une nette supériorité à l’échange : c’est donc logiquement que la 4ème joueuse mondiale remporte ce 13ème jeu et s’octroie la première manche (7-6[2]).

 

Une seconde manche au scénario dramaturgique

Si Petra Kvitova fait le break d’entrée grâce à un coup droit retrouvé, c’est bien Naomi Osaka qui va trouver les clés dans ce milieu de deuxième set. La plus jeune des deux joueuses prend une première fois le service de son adversaire pour refaire son break de retard, avant de le prendre une deuxième fois consécutive pour prendre l’avantage. La Tchèque n’a plus aucune solution. Osaka s’est adaptée au service slicé de gauchère et trouve une telle longueur de balle qu’il est difficile de varier pour la double vainqueur en Grand Chelem. À 5-3 0-40, Osaka se procure trois balles de match. On ne voit alors vraiment pas comment le gain de la rencontre peut échapper à la Japonaise. D’autant plus qu’elle reste sur une série de 63 matchs remportés consécutivement après le gain de la première manche. On tweet déjà que la WTA a trouvé sa nouvelle reine. Mais c’était sans compter sur le mental de l’immortelle Petra Kvitova. Le match va alors basculer dans une nouvelle dimension. Kvitova sauve avec la manière ces trois balles de matchs, avant de se voir littéralement offrir la fin du set par Naomi Osaka. Si solide mentalement depuis le début des hostilités, la vainqueur du dernier US Open craque complètement. Une multitude de fautes directes combinée à plusieurs doubles fautes relancent tout l’intérêt de cette finale. 7-5 Kvitova. En pleurs, Osaka va devoir trouver les ressources pour ne pas s’écrouler dans le troisième et dernier set.

 

Osaka a tenu bon

Osaka stoppe sa série infernale de cinq jeux perdus consécutivement à l’entame de cette troisième manche, en retrouvant une qualité de frappe qui met son adversaire loin de la balle. Mieux, elle break Kvitova dès le jeu suivant, au gré d’une double faute de la Tchèque et d’une agressivité retrouvée. Osaka fait le vide et remet les choses à plat. Elle retrouve le plan de jeu avec lequel elle avait mis à mal son adversaire (peu de fautes, en trouvant une bonne longueur de balle pour ensuite mettre Kvitova loin de la balle avec son coup droit). A 4-2 en sa faveur, la tête de série numéro 4 obtient trois nouvelles balles de break, sauvées avec brio par Kvitova, qui recolle à 4-3 (avec cependant toujours un break de retard). Mais cette fois-ci, Osaka tiendra bon. La Japonaise conclut sur sa mise en jeu (6-4). Elle peut exulter (intérieurement en ce qui la concerne). La récompense est à la hauteur de ce qu’elle vient de réaliser. Elle sera la nouvelle numéro une lundi prochain. La WTA semble enfin tenir sa nouvelle reine, qu’elle cherche depuis si longtemps.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here