Open d’Australie (H) : Rien à faire pour Tsitsipas, Nadal était injouable

0
Ligue 1

Pour sa 30ème demi-finale en Grand Chelem, Rafael Nadal n’a laissé aucune chance au novice Stefanos Tsitsipas. Le Majorquin a déroulé (6-2/6-4/6-0) pour s’offrir sa cinquième finale à Melbourne. L’identité de son adversaire sera connue demain, à l’issue de la rencontre opposant Novak Djokovic à Lucas Pouille.

 

Un début de match stratosphérique

Le numéro 2 mondial attaque pied au plancher cette première demi-finale. Bien que les trois premiers jeux soient équilibrés, Rafael Nadal va (très) vite prendre le jeu à son compte. Un premier jeu où Stefanos Tsitsipas réussit à reproduire les schémas de jeu qu’il avait utilisé pour venir à bout de Federer, à savoir un jeu porté vers l’avant avec une conclusion presque systématique au filet, et puis ça sera un peu prêt tout. L’Espagnol prend la maîtrise de l’échange avec son traditionnel coup-droit lasso, et, on aurait presque tendance à dire, balade le jeune Grec. Le niveau de jeu d’El Toro est stratosphérique. Oubliez l’idée d’une potentielle gêne à l’abdomen, Nadal ne rate rien. 11 coups gagnants, 100% de réussite derrière sa première balle et 100% de balles de break converties, il n’y a rien à faire pour le 15ème joueur mondial ; l’homme en face de lui est injouable.


Nadal en mode rouleau-compresseur

Le deuxième set est légèrement plus accroché, les deux joueurs tenant solidement leur mise en jeu jusqu’à 4 partout, excepté lors du cinquième jeu, où Tsitsipas doit sauver 3 balles de break consécutives pour ne pas se voir décroché (avec au passage un fameux “banana-shot” réalisé par l’Espagnol, lors du premier point).


C’est alors que Stefanos Tsitsipas fait le choix d’en remettre une couche lors du neuvième jeu, en retournant défier son homologue espagnol au filet, au moment où il doit de nouveau faire face à deux balles de break. Si sa première tentative est concluante, la deuxième (service-volée) à 30-40 l’est moins. Un retour dans les pieds de la part de Nadal et le jeune membre de la NextGen laisse filer ce jeu, puis ce set (4-6).

 

Alors qu’on pensait qu’il était difficile d’atteindre un niveau tennistique supérieur à celui de son premier set, Rafael Nadal va nous faire mentir lors de la troisième (et dernière) manche. Dès le premier jeu, l’homme aux 17 titres du Grand Chelem imprègne une intensité rare et break d’entrée un Tsitsipas qui semble aussi étouffé par les 39 degrés qu’affiche le thermomètre de la Rod Laver Arena que par la cadence imposée par Nadal. Toujours très serein au service, “Rafa” fait tout à son adversaire pour s’octroyer le double break (passing, lob, pour ne citer que ça). La partition est récitée à la perfection par le protégé de Carlos Moya. Il n’y a qu’un homme sur le court, et tout le monde l’a bien compris. Le plus âgé des deux joueurs boucle la rencontre sur son service, infligeant même une “bulle” à son adversaire (6-0).

 

A l’issue d’une prestation absolument magistrale, certainement l’une des meilleures de sa carrière sur dur, Rafael Nadal se qualifie donc pour la finale de cet Open d’Australie, où il tentera de glaner un 18ème titre en Grand Chelem. Vu le niveau de jeu affiché aujourd’hui (mais également depuis le début du tournoi), il a toutes les cartes en main pour le faire. Vivement dimanche !

 

Grégoire ALLAIN (@GregoireAln)

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here