Oscar Garcia, le Vert est dans le Fruit(é)

1
Ligue 1

Si cet intermède estival a été marquant à beaucoup d’égards pour les clubs majeurs de notre Ligue 1 Conforama, d’autres clubs ont connu des révolutions à des niveaux différents. L’AS Saint-Étienne, en tournant la longue page Christophe Galtier, a lui aussi mit le pied dans la porte, en confiant son destin à un des jeunes techniciens les plus prometteurs : arrivé en provenance du Red Bull Salzburg, dont la qualité de jeu  avait enchanté l’Europe du football, Oscar Garcia a choisi de dire non à certaines offres plus confortables pour venir opérer dans un Chaudron quelque peu mortifié par les dernières années de l’ère Galtier, du fait du jeu morne proposé. Autopsie d’un bouleversement.

Premières difficultés.

20 Mai 2017. Alors que le coup de sifflet final de la saison 2016/2017 est donné pour des Verts une nouvelle fois pathétiques sur la pelouse de Marcel Picot, Christophe Galtier a les yeux dans le vague. Sa sortie est ratée. Les trois derniers matchs de l’ASSE, censés mettre en scène de la meilleure des manière la sortie de l’entraîneur à défaut d’autres enjeux sportifs, ont été complètement bâclés, à la grande colère des supporters Verts. Dégommés par le PSG d’Unai Emery pour la dernière à domicile (14/05, 0-5) puis sacrant l’AS Monaco sur sa pelouse (17/05, 2-0), avant de produire une prestation calamiteuse face à une équipe de Nancy moribonde et qui actera sa descente au coup de sifflet final, malgré la victoire (20/05, 2-1), le club du Forez ferme un chapitre de son histoire pourtant bien commencé, mais qui s’achèvera dans une monotonie générale, avec un besoin urgent d’un nouveau souffle. Un nouveau souffle dont il faudra beaucoup de temps pour déterminer le nom qui l’incarnera. Fabio Célestini, Eric le Roy, Paul Le Guen et myriade d’autre noms sont pressentis. Oscar Garcia, inconnu de la majeure partie du public français, figure aussi dans cette liste, mais la finalisation met du temps à devenir effective, du fait des exigences de l’ancien entraîneur des Juvenil A du FC Barcelone. Il faudra attendre le 11 juin 2017, à quelques encablures de la reprise, pour qu’enfin le peuple vert connaisse enfin son nouveau guide.

Capture d’écran 2017-09-26 à 20.15.49.png

Un nouveau guide dont le caractère éruptif ne tarde pas à apparaître, dès les premiers jours d’exercice. Critique du professionnalisme à géométrie variable des différentes strates du club, frustré par un mercato ronronnant, l’Espagnol trépigne. Car pour lui, sa compétence a un prix, d’autant plus qu’elle explose à la figure d’un groupe incrédule devant une telle révolution. Saint-Étienne ou pas, France ou pas, le technicien de 44 ans, arrivé avec son staff, compte bien partir sur les mêmes ingrédients qui ont fait ses succès au Maccabi Tel-Aviv et à Salzburg notamment, à savoir fondamentaux du « juego de position » (bloc très haut, pressing constant, recherche des hommes libres, troisième homme, etc..), entraînements basés à 100% d’exercices avec ballon à forte intensité ; bref, une volonté d’un collectif pro-actif plutôt que réactif, comme cela l’a si souvent été avec le prédécesseur du Catalan de naissance. Une méthode qui laissera certains éléments sur le côté. Les historiques Fabien Lemoine, Jérémy Clément, et autres Corgnet et Roux sont priés de trouver un nouveau point de chute, tandis que certains joueurs à valeur marchande s’éloignent aussi du Forez, comme Kévin Malcuit ou Oussama Tannane. Cependant, les recrues tardent à arriver, malgré les coups de pression répétés du staff technique. D’autant que si les principes de jeu sont de mieux en mieux incorporés par l’équipe, les résultats des matchs amicaux sont mitigés et le début du championnat, qui offre aux Verts une opposition face à l’OGC Nice de Lucien Favre, arrive vite, très vite.

Moteur, ça tourne !

À force d’insistance, les premières recrues arrivent. Les dirigeants stéphanois craquent le chéquier pour l’explosif Loïs Diony, en provenance de Dijon, et pour l’élégant Assane Diousse, talent brut de 19 ans débauché du milieu de terrain d’Empoli, ainsi que pour l’international Espoir Suisse Saidy Janko du Celtic Glasgow. Recrues qui vont pouvoir observer tout le potentiel d’une équipe qui remporte avec plus ou moins de maîtrise ses trois premiers matchs de Ligue 1, face à Nice (05/08, 1-0), Caen (12/08, 0-1) et Amiens (19/08, 3-0). Rejoint par les talentueux Gabriel Silva (Udinese) et Hernani (Zenit), l’équipe stéphanoise affiche des ambitions de jeu inédites, au plus grand bonheur des supporters du stade Geoffroy Guichard, accompagnées de résultats presque inespérés au vu du déroulement de l’intersaison.

Diony Sainté 2017

La quatrième journée de Ligue 1 fait alors figure de test. En effet, le déplacement au Parc des Princes face à un PSG au centre de toutes les attentions après la signature de Neymar et celle à venir de Kylian Mbappé, s’il ne concentre aucune attente au niveau des éventuels points, doit valider une très bonne entrée en matière et confronter les bases inculquées face à une équipe d’un standing bien supérieur. Si le résultat donne l’illusion d’un match à sens unique (3-0), Oscar Garcia sort grandi de ce premier test, car son équipe a tenu tête à l’ogre de la capitale, notamment sur la première mi-temps. L’adaptation des recrues, notamment celle d’Assane Diousse, est prometteuse et devient motif d’espoir pour des supporters déjà conquis, d’autant que d’autres joueurs tirent leur carte du jeu, à l’image de Jonathan Bamba ou de Ronaël Pierre-Gabriel, pur produits du centre de formation des Verts. Tous les feux sont au..vert, et l’ambition est de retour du côté du Forez.

Mystère et suspense.

Trois journées plus tard, l’ASSE n’a pas recroisé la défaite sur son chemin, même si les résultats et la qualité de jeu produite alternent bon et (un peu) moins bon. L’euphorie étant retombée, les hommes d’Oscar Garcia continuent leur apprentissage d’une méthode différente et spectaculaire, que l’arrivée de Rémy Cabella et sa prestation XXL face au SCO d’Angers (10/09, 1-1) valorise par l’apport d’une qualité technique et de déplacement au-dessus de la moyenne. Si pour sa première saison, qu’on appellera de transition, l’ancien protégé du regretté Johan Cruyff ne se voit pas imposer de résultats chiffrés, ce dernier ne compte cependant pas jouer les utilités.

Oscar Garcia Johan Cruyff

La marge de progression du groupe est importante, et le natif de Sabadell le sait, et vise haut, malgré la densité de la concurrence pour les strapontins européens (Marseille, Bordeaux et autres Lyon pour ne citer qu’eux). D’autant que le charme opère sur l’ensemble du groupe, en témoigne les déclarations des uns et des autres, comme cette interview d’Ole Selnaes, un des symptômes de la déchéance de Christophe Galtier en fin de saison dernière, accordée à France Bleu Loire le 25 Septembre : « Il a fait preuve de bienveillance à mon égard. Il connaît le football, ça se sent. Tout son staff est très professionnel, ils savent ce qu’ils veulent de nous. Ça fait du bien, et pas qu’à moi. Quand on joue bien on est solide. Mais on doit s’améliorer. C’est un peu tôt pour vraiment juger. Mais jusqu’ici c’est bien. »

Les indicateurs sont donc du côté du positivisme. Gageons que cette équipe, au fur et à mesure de sa construction, saura encore nous surprendre et nous enchanter comme cela a pu être le cas, à petites doses, depuis le début de saison. Qui peut le plus, peut le moins.

Maxence DURAND.

Sources :

france.bleu.fr

transfermarkt.fr

flashresultats.fr

Sport en directMercato Football

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here