Oumar Sissoko : “Ma situation au Havre ? Je la vis très mal !”



Son nom ne vous est forcément pas inconnu. Oumar Sissoko, gardien actuel du Havre se livre à WeSportFR sur les moments marquants de sa carrière. D’abord formé à l’INF Clairefonte puis à Metz où il fera ses débuts en pro, il prendra la route d’Orléans où il connaîtra la montée en Ligue 2. Tout en passant par la sélection malienne, il nous fait part de son mal-être dans son club actuel. 

 

Pourquoi as-tu choisi le poste de gardien de but, quelles sont les qualités nécessaires pour porter le numéro 1 ?

À vrai dire à la base j’étais joueur de champ dans mon enfance. Un jour l’un de mes coachs ma demandé si je voulais essayer ce poste, c’était en Benjamin au RSCM, Red Star Club de Montreuil, j’ai donc essayé et finalement j’ai bien aimé !

À ce poste il faut avoir un gros mental, une confiance en soi sans devenir arrogant, être travailleur… et être un peu fou pour se jeter un peu partout (rires).

 

Plusieurs membres de ta famille sont, comme toi, footballeurs professionnels. Comment expliques-tu cette passion familiale du football ?

Comme tout jeune de quartier de la banlieue parisienne on n’avait pas spécialement grand chose pour se divertir. Néanmoins on avait le ballon donc on s’est donné une chance dans cette voie et Dieu merci ça a fonctionné.

 

Tu as été formé dans un premier temps à Clairefontaine, que retiens tu de cette période ?

Clairefontaine ça reste et restera à jamais dans ma mémoire, c’est en intégrant ce pôle que j’ai vraiment donné un sens au football. On était jeune, dans les meilleures conditions, on pensait qu’au football et rien d’autre ! Je donnerais tout pour revivre ces moments-là.

 

Fin de formation à Metz, puis début en pro. Te rappelles-tu de ton premier match avec l’équipe première des grenats ?

Comment oublier ce moment ? Saison 2006-2007, 35ème journée, AC Ajaccio vs FC Metz, vendredi 4 mai 2007. J’ai réalisé mon rêve jouer en pro ce jour-là.

 

Tu es resté plusieurs années là-bas, en toute honnêteté, qu’est ce qui t’a le plus marqué dans ce club ? La montée en 2007, un match en particulier ?

Il y a plusieurs choses qui m’ont marqué. J’ai passé 9 ans au FC Metz, il y a eu des bons comme des mauvais moments… Si je dois parler du FC Metz c’est un club qui m’a tout donné, qui m’a accueilli comme une famille, qui a su me faire évoluer et atteindre mes objectifs. En bien il y a mon premier match en pro, ma signature, la montée… En moins bien les blessures, la descente et mon départ.

 

Peu de temps après tes débuts en pro, tu es appelé avec la sélection nationale Malienne. Est-ce-que tu te rappelles de cette première convocation ?

Oui je me rappelle, c’était en janvier 2008 pour la CAN au Ghana ! Honnêtement j’ai été très surpris de ma convocation tout en sachant que c’était la première pour moi, être parmi les plus grands joueurs maliens a été le deuxième rêve que j’ai réalisé.

 

Vient le transfert à Orléans, une belle saison, puis la montée en 2016 en ligue 2 après des années d’attente.. Donne nous tes impressions sur les deux années passées là-bas !

Orléans a été une épreuve dans ma carrière, la première fois pour moi de jouer en National depuis ma première signature en pro… Je suis arrivé dans un club formidable ! Mon arrivée a été spéciale car j’ai du remplacer le numéro 1 une semaine avant la reprise du championnat. Les dirigeants, le staff, les joueurs, les supporters, le club même, ont su m’intégrer de la meilleure des façons. On a fait une saison énorme en National qui s’est terminée par la montée en L2.


 

Quel est ton plus beau souvenir de carrière ?

J’ai beaucoup de beaux souvenirs, mais si je dois en mettre 1 en avant c’est mon premier match en pro !

 

Est-ce qu’une personne en particulier t’a aidé à devenir le gardien que tu es aujourd’hui ? 

Une personne non, mais plutôt plusieurs. Chaque personne que j’ai pu côtoyer dans le football ou hors football m’ont aidé à devenir qui je suis aujourd’hui autant en bien qu’en mal. Mais aujourd’hui je dois beaucoup beaucoup beaucoup à Franck RAVIOT

 

En 2017, tu prends la direction du Havre, pourquoi ce choix ? Sans langue de bois, comment vis tu ta situation actuelle au club ?

A la base j’étais censé partir à l’étranger, le Havre m’a contacté environ une semaine avant la reprise de la saison pour me faire savoir qu’ils étaient intéressés. J’ai eu une proposition écrite concrète alors qu’avec les autres clubs on était en discussion. Ma situation au Havre ? Je la vis très mal, j’ai effectué aucun match l’année dernière, une première dans ma carrière ! Aujourd’hui je m’entraîne avec le groupe réserve une première aussi dans ma carrière, c’est une épreuve. Je patiente je travaille, Dieu est grand.

 

La religion à l’air importante pour toi, peux-tu nous en parler ?

Je suis de confession musulmane et l’Islam à une très grande importance dans ma vie. Il faut savoir faire la part des choses entre vie privée et vie professionnelle. Pour moi tout ce que j’ai aujourd’hui, c’est par la grâce de Dieu.

 

Comment envisages-tu ton avenir sportif ? Quels sont tes objectifs ?

Mon avenir je ne le vois pas ici ! J’espère qu’au prochain mercato j’aurai le bonheur de trouver un nouveau challenge afin de retrouver le chemin des terrains, reprendre plaisir et faire ce que j’aime le plus : jouer au football.

 

On te laisse le mot de la fin !

Je voudrais remercier ma famille, mes amis, les éducateurs, entraîneurs, coéquipiers et supporters qui ont toujours été présents dans ma carrière, dans les bons mais surtout dans les mauvais moments pour me donner la force de me battre et de ne jamais baisser les bras quoi qu’il arrive.

 

Nous remercions Oumar pour sa gentillesse et sa disponibilité et nous lui souhaitons une bonne continuation dans sa carrière.

Image Une : Twitter 



A propos de l'auteur

Amoureuse du ballon rond depuis mon plus jeune âge, j'essaye d'exploiter mes talents sur les terrains depuis quelques années, même si mon profil ressemble à celui de Gregory Vignal. Le sport est ma religion, l'humour mon passe-temps.

Poster un commentaire

id quis, elit. Nullam consequat. adipiscing in ipsum Curabitur vulputate, et, id