OWL: une conclusion dantesque pour une incroyable saison

0

Au terme de plus de six mois de compétition, 4 stages, 280 rencontres en saison régulière, des playoffs de folie, l’heure de conclure cette formidable saison 2 de l’Overwatch League est venue. Et quoi de mieux qu’une finale entre les deux meilleures équipes: San Francisco Schock et Vancouver Titans. Retour sur la finale et une saison titanesque.

Retour sur une saison mouvementée

Les nouveautés de cette édition

Cette nouvelle édition de l’OWL se distinguait par deux choses. Tout d’abord, l’arrivée de 8 nouvelles équipes (Atlanta Reign, Chengdu Hunters, Guangzhou Charge, Hangzhou Spark, Paris Eternal, Toronto Defiant, Vancouver Titans et Washington Justice).
Vinrent ensuite les Homestands, des matchs délocalisés dans différentes villes (Allen, Cumberland et Los Angeles) organisés par les équipes. Ces déplacements sont l’occasion pour les joueurs de rencontrer les fans. Les Homestands seront mis à l’honneur en 2020, dans la troisième saison.

Le point noir de l’année et les changements qui ont découlé

Cependant le point majeur et controversé de cette saison fut la méta 3-3. Pour les non-initiés à Overwatch, une équipe est composée de 6 joueurs, chacun spécialisé dans l’un des trois rôles: Dégats (DPS), Tank et Heal (Soin). A noter également que chaque héros dispose de capacités donc une nommée “ultimate” qui est la plus importante. Cette dernière est unique à chaque héros et peut renverser un teamfight.
La 3-3 est donc composé de trois tanks, pour absorber un maximum de dégats. Elle est également formée de trois healers pour soigner les tanks. Ainsi, on obtient une sorte de grosse boule qui ne meurt pas et qui peut survivre très longtemps. Malheureusement, bien que très forte, cette composition était très redondante et peu intéressante à regarder. Par conséquent, beaucoup de spectateurs se sont désintéressés de la compétition, les pros se sont plaints et Blizzard a du faire des changements.

C’est donc à l’orée du stage 4 que des changements sont enfin apparus. Terminé la 3-3, Blizzard ayant fait en sorte que la sélection des héros soit bloqués en 2-2-2 (2 DPS, 2 Tanks et 2 Healers). De part ces modifications, le jeu s’est retrouvé plus fluide, les joueurs pouvaient jouer leurs héros préférés et le public était ravi.

Qui dit e-sport dit beau jeu

Mais évidemment, que serait une compétition e-sport sans ses moments épiques, ses remontadas ou ses clutchs plays. La plus belle remontada va sans aucun doute aux Shanghai Dragons, qui après avoir perdus tous leurs matchs de 2018 (oui oui, tous) à vainqueur du stage 3 contre San Francisco. On peut également penser à Los Angeles Valiant, qui après un 0-7 au stage 1, a réussi à se hisser en demi-finale du stage 3. L’équipe 100% européenne de Paris n’est pas en reste non plus. Dès leur premier match, ils ont réussi l’exploit de battre London Spitfire, champion de la saison 1. Je n’ai pas assez de doigts pour compter le nombre de fois où, seul devant mon écran, j’ai été ébloui par ce que je venais de voir. Le plus beau move revient, selon moi, à dafran, ex-joueur des Atlanta Reign. Lors de ce mouvement, aidé de son coéquipier Masaa, il est passé par le toit d’Hollywood, lieu normalement inaccessible. Par la suite, il a réussi à ult en plein milieu des joueurs de Paris, et à remporter le teamfight. Assurément une des actions les plus marquantes de cette saison.

Le match d’une vie pour les deux équipes

Les compositions des équipes

Vancouver et SF se sont régulièrement affrontées tout au long de l’année, notamment en playoffs des stage 1 et 2. Les deux formations étaient donc en 1-1 avant de rentrer sur le ring. Et que dire de cette affrontement au sommet. Les équipes avaient alignés le 6 suivant: Striker – sinatraa – smurf – Chohyobin – Viol2t – Moth pour les SF. Vancouver avait aligné: SeoMinSoo – Haksal – TiZi – JJANU – Twilight – Slime.

Le déroulé du match

Que dire si ce n’est que cette finale a démarré sur les chapeaux de roue. En effet, sur Lijiang Tower, ce sont les SF Schock qui l’emportent 2-0. Sinatraa et Haksal ont montré tout leur talent. L’un en étant décisif tout au long de la map; l’autre en réalisant un pentakill avec Doomfist. Les compositions de deux équipes étaient très méta avec de la double shield. Cette finale démarrait très bien. 1-0 dans ce BO7.

La deuxième map était Eichenwalde, une map hybride (un point à capturer, puis un convoi à escorter jusqu’au bout). Deux changements sont apparus du côté des SF, puisque Rascal a remplacé Striker et Architect a pris la place de sinatraa. Et on peut dire que ces changements ont été payant, puisque Architect, en jouant Bastion, a martyrisé les joueurs de Vancouver. Cependant, Vancouver n’en a pas perdu de sa superbe puisqu’ils ont réussi à valider l’escorte complète. Malgré tous leurs efforts pour revenir, pour attaquer, c’est San Francisco qui marque le deuxième point de ce BO, notamment avec sa Pharah sur laquelle il a été impérial.

Sur Anubis, sinatraa et Striker ont fait leur retour, ce qui a permit aux Schocks de jouer une compo plus méta que sur la précédente carte. Toujours aucuns changement du coté des Titans. Détail qui leur a peut-être été préjudiciable étant donné que c’est encore SF qui va remporter la map, malgré une bonne phase de défense des Titans. L’équipe du pont qui va donc s’offrir quatre balles de match, puisqu’elle mène 3-0.

Bis repetita pour Schock avec encore des changements, les mêmes que sur Eichenwalde. Sur cette quatrième carte, Gibraltar, une statistique a retenir: San Francisco n’a jamais perdu cette map. Et la statistique avait raison puisque après avoir déroulé sur leur attaque, San Francisco Schock l’ont emporté. Score final: 4-0.

Que retenir de cette finale ?

Une énorme performance des SF Schock qui a juste été meilleur tout simplement. Ils l’ont montré tout au long de la saison, ils ont fait preuve d’innovation, jamais ils n’ont douté, même malmenés, SF reste debout. Quant à Vancouver, ils ont simplement été en-dessous. Cependant, il faut rendre à César ce qui appartient à César, puisqu’ils n’ont pas démérité. Tout au long de la saison, les coréens ont su s’imposer et ont marché sur leurs adversaires.
Évidemment que l’on aurait aimé une finale plus serrée, plus accrochée mais elle n’a été que le reflet de la domination de San Francisco sur cette année.

Félicitations à SF, aux joueurs tout comme au staff (coachs, analystes,…).

Et après ?

Pour certains joueurs, l’année est loin d’être terminée. En effet, du 1er au 2 novembre 2019, lors de la Blizzcon, aura lieu la Coupe du monde. C’est lors de cette évènement que les meilleures équipes s’affronteront. On aura donc le plaisir de retrouver des équipes comme la Corée, double championne du monde, le Canada et bien évidemment la France. Par la suite, les joueurs se reposeront en attendant le début de la saison 3.

 

Cette saison fut pleine de surprises, d’émotions et de déceptions. Les 20 équipes ont su nous faire rêver, ont donné le meilleur durant cette année et rendez-vous pour la Coupe du monde, puis pour la prochaine saison.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here