Paris, le moment de crédibilité 

0
Ligue 1

Tout d’abord, sans s’étaler sur les détails, rappelons la déception de l’AS Monaco hier qui s’est lourdement inclinée à domicile contre Porto, dans un duel où Concecao a outrageusement dominé Jardim. Dans la présentation de ce soir, même format qu’hier : le match de notre club français et l’autre match à suivre. Le premier concerne donc le PSG dans le choc de la 2ème journée avec la réception du Bayern Munich. Le second se passe ne Espagne, où les Colchoneros de Simeone reçoivent les Blues de Conte. 

C’est plus que jamais l’heure pour le PSG

Une affiche comme on les aime, qui fait rêver et que l’on attend avec impatience. Une affiche qui ne manquerait pas de crédibilité si elle avait lieu le 26 mai prochain en finale à Kiev. Mais surtout, une affiche qui peut permettre au PSG de montrer qu’il est bien à prendre au sérieux au delà des frontières françaises. Même si le Bayern Munich est un monstre en Europe, petit-à-petit, le club de la capitale française se rapproche de ce genre de cador.

La tension est à son maximum, comme le prouve les résultats obtenus ce week-end par les deux clubs en championnat : un triste match nul pour les parisiens sur le terrain de Montpellier et un partage des points également pour les munichois à la maison contre Wolfsburg. Ces résultats ne sont pas anodins et démontrent que les deux adversaires de ce soir avaient déjà leur affrontement en tête.

Le Paris Saint-Germain est passé dans une autre dimension cette année avec un recrutement phénoménal que l’on ne citera même plus. Un recrutement qui oblige(ra) cependant Unai Emery à faire preuve de charisme et d’une gestion optimale. C’est peut-être là que l’on voit que le club francilien fait désormais partie des meilleurs, car dans tous grands clubs qui se respectent, les stars se bousculent et les vestiaires sont souvent animés. Pastore et Di Maria étant indisponibles, Emery pourra tout de même compter sur Neymar, un temps incertain après un problème au pied contracté la semaine dernière.

Neymar PSG 2017

Par contre, aucune certitude concernant le dispositif que le tacticien espagnol utilisera. Reconduire l’équipe victorieuse à Glasgow, avec Neymar et Mbappé aux côtés de Cavani mais qui voudrait dire se passer de Draxler ? Ou bien un 4-2-3-1 avec justement un soutien derrière Cavani, qui serait Draxler ou Mbappe pour prendre les espaces créés par les déplacements de l’urugayen, mais qui a une conséquence : un joueur en moins au milieu et donc moins de maitrise du match ? Ou encore un 4-4-2 avec Neymar derrière Cavani et Mbappe ? Une chose est sûre, le coach parisien dispose de problèmes de riches avec tant d’options et c’est sur ce type de choix qu’il sera juger. 

Du coté munichois, l’effectif est impressionnant, comme d’habitude. Tellement de possibilités à la disposition de Carlo Ancelotti, mais un point très important : l’absence de Neuer ! Le mur allemand ne sera pas de la partie au Parc des Princes (et même au retour à l’Allianz Arena) et c’est probablement là que le Bayern pourrait être pénalisé. Dans des matchs de ce niveau, ce sont les détails qui comptent et en l’occurence ici, l’absence du meilleur gardien du monde en est un gros. Son remplaçant ? Sven Ulreich, au club depuis 2 ans. Seulement 13 matchs avec le club bavarois pour 15 buts encaissés, dont un samedi en championnat sur lequel il a commis une bourde assez incroyable. Pas l’assurance totale dans les buts donc, mais le Bayern, affichant tout de même quelques tensions actuellement, possède un collectif hors du commun, et il n’y a aucun doute que le club allemand sera en mesure de poser des problèmes au PSG. 

Sven Ulreich vs Wolfsburg 2017.jpg

À la maison, devant ses supporters, c’est le moment rêvé pour le club parisien de s’imposer aux yeux de tous comme étant à prendre au sérieux. Paris peut sortir vainqueur de ce duel, mais cela passe par un match référence dans lequel la partition devra être jouer sans la moindre fausse note. 

Atlético Madrid – Chelsea : le combat tactique par excellence

L’autre grosse affiche de la soirée, que l’on pourrait aussi nommer Simeone-Conte. En effet, les deux coachs sont connus pour leur science du football et pour être de vrais meneurs d’hommes.

Un temps secoué par le dossier Diego Costa, dans lequel Conte a clairement affirmé qu’il ne comptait pas sur l’attaquant espagnol, Chelsea a su « stabiliser » la situation en confirmant un départ de son attaquant au mercato hivernal en direction de… l’Atletico Madrid. Contexte compliqué donc pour le joueur, qui ne jouera pas avant le mois de janvier, mais situation claire qui permet à Alvaro Morato, nouveau fer de lance de l’attaque des Blues, d’évoluer l’esprit serein.

Capture d’écran 2017-09-27 à 13.41.47.png

Le 3-4-2-1 devrait être utilisé par le coach italien, adepte de ce système qui se répand de plus en plus sur les terrains actuellement. Drinkwater étant absent, Bakayoko, en concurrence avec Fabregas, semble bien parti pour débuter la rencontre aux côté de l’inévitable Kanté. Autre absence à ne pas négliger, celle de Courtois dans les buts. Le gardien belge n’aura pas l’occasion d’affronter son ancien club et sera remplacé pas Caballero. Les anglais espèrent donc que ce dernier répondra aux attentes, lui qui avait déjà eu cette mission l’an dernier avec Man City.

Face à la Roma il y deux semaines, les Colchoneros avaient dominé les débats sans parvenir à s’imposer en Italie et comptent bien ce mercredi, conclure le match avec les 3 points pour passer devant leur adversaire du soir. Pour cela, Diego Simeone, avec un groupe au complet, alignera sans doute une équipe type avec son privilégié 4-4-2, comportant Griezmann et Vietto (ou Correa) à l’avant. Toujours pas de Gameiro à l’horizon qui, au vu de son temps de jeu famélique et de surplus l’arrivée de Diego Costa, devrait quitter ses coéquipiers dès cette hiver. 

Capture d’écran 2017-09-27 à 13.40.16.png

Les points vont donc valoir très cher dans ce groupe C où le vainqueur de cette rencontre entre concurrents directs, prendra une réelle option sur la qualification pour le tour suivant. Dans leur Wanda Metropolitano flambant neuf, les Matelassiers attendent les Blues de pied ferme pour écrire une première ligne glorieuse dans l’histoire européenne de ce stade. 

 

Programme complet de la soirée (source UEFA)

Capture d_écran 2017-09-25 à 14.54.14

 

Martin COLNEY

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here